Comprendre la Loi

Comprendre la Loi

Dernières modifications le 10 avril 2013·7 minutes de lecture


Il n’est pas de liberté sans lois. La loi est l’élément essentiel, le pilier fondateur. Sans loi, c’est l’anarchie, le chaos, le règne du plus fort. S’affranchir des lois, et je parle bien de celles issues de la constitution, signifie soit assumer de vivre en marge de la société en étant autosuffisant, soit avoir acquis suffisamment de pouvoir et d’argent pour se situer au dessu

s du peuple. Etre autosuffisant n’est qu’une utopie car qui peut prétendre être réellement débarrassé de l’influence de la société? Cela implique de devoir reconsidérer absolument tous les aspects de la vie quotidienne jusque dans les moindres détails. Revenir à notre état originel. Est ce cela la solution? En réalité, vivre en apparente autarcie au fin fond de l’Ardèche est un luxe réservé à une poignée de gens. Que faisons nous de la population entassée dans les immenses complexes de béton de la banlieue parisienne? Nous leur proposons de se mettre au vert aussi? Soyons sérieux. Quant à ceux qui se placent au dessus de nous, je n’ai qu’un seul mot pour les décrire, ils appartiennent à la Mafia. Une mafia internationale qui a réussi grâce à l’argent à acquérir le pouvoir total sur le monde. Il est peu surprenant que la Mafia soit née dans le même pays que le Vatican. Mais je m’emporte.

Le vrai courage est de bâtir le monde avec la diversité d’opinion de la population. Des hommes ont toujours aimé le luxe. Que pouvons nous y faire? Nous n’allons pas les éliminer.
Ce que nous pouvons changer c’est notre système de valeur et cesser de placer la possession d’argent comme valeur fondamentale. Les journaux “people” disparaitront naturellement.

Etant issu des singes, l’homme n’a pas découvert un système de loi en fouillant le sol, il a du d’abord comprendre la nécessité de les établir. Cela ne fut certainement pas une partie de plaisir. La rédaction, la mise en pratique somme toute de cette idée, m’apparait comme une discipline intellectuelle beaucoup plus accessible.
Parce que l’être humain est imparfait, nous avons du composer avec le mal et nos différences.
Le système des lois a alors progressé et s’est complexifié de manière à rester en adéquation avec la société.
Jusqu’ici nous sommes dans un raisonnement rationnel.
Passons dans ce qui est considéré par la majorité comme de l’irrationnel. Pour moi, la notion de conscience supérieure appartient aux lois de la métaphysique et s’avère totalement rationnel, mais j’adapte mon discours selon les règles en vigueur. “Dieu” appartient au domaine de l’irrationnel selon la loi, conservons le en tant que tel.
Si “Dieu” est une réalité pour la majorité de l’humanité, alors il faut admettre l’existence du diable. Si “Dieu” apparait comme un concept difficile à expliquer, le diable pourrait s’apparenter à la personne la plus mauvaise sur terre. Celui qui n’a personne au dessus de lui. Nous ne sommes plus dans le concept, c’est une réalité. il existe bel et bien une personne sur terre qui n’a de compte à rendre à personne. Imaginez que pour arriver à une telle position, il faut être capable de bien des prodiges dans le mal.
Vous allez alors me dire que cela pourrait être quelqu’un de bien qui est à cette place.
Humm… Désolé, mais vu la façon dont fonctionne le monde, j’ai peine à le croire.
Le seul moyen de combattre le mal absolu est par le bien absolu.
Au contraire du mal absolu, le bien absolu ne peut être incarné par une seule personne. Il est la conjonction de toutes les forces du bien qui sont en chacun de nous.
Pour parvenir à déployer cette force, nous devons nous atteler à la tache de la recomposer dans son entier.
Nous devons donc nous unir.
Cette phrase tombe sous le sens, mais entre connaître le but et posséder le moyen d’y parvenir il y a un monde.
Et pour nous unir nous avons besoin de la Loi.
L’apprentissage des connaissances, quelles qu’elles soient, passent par des cycles.
Naissance, vie et mort.
Le savoir entre en nous, il y vit, il y travaille, puis enfin nous mourrons à nos vieilles idées.
Puis nous débutons un autre cycle de connaissance.
Ce qui est valable à l’échelle individuelle est valable à l’échelle de l’humanité par analogie.
La Loi universelle s’enseigne dans un cycle.
La Torah est l’injection dans le système de nouvelles lois. Les 613 Mitzvot. L’amour est le moteur qui fait travailler ces lois dans le peuple. Le Coran achève le cycle, en nous permettant de faire disparaître en nous des lois mauvaises.
Une parenthèse ici, je ne parle que du coté ABrahamique par souci de simplification et de point de vue occidental, mais le système ne vaut que par la complémentarité avec le coté Brahmanique.
J’entends d’ici les protestations. Certaines lois dans la Torah et dans le Coran vont à l’encontre de la raison.
Je suis d’accord avec vous, j’ai eu la même réaction.
Il ne faut jamais perdre de vue que ces lois ont été rédigées pour des peuples vivant à des époques très reculées de la notre. Légiférer sur la lapidation n’a pas toujours été dénué de sens.
Il faut admettre que si l’on ne change pas un individu en peu de temps, il en va de même pour une société.
Vous seriez vous battu pour la cause animale alors que l’esclavage était chose normale? Vous auriez fini lapidé. Et pas, parce que c’était préconisé dans la loi judaïque.
Il faut aussi considérer que les humains n’ont pas attendu les prophètes pour se spiritualiser. Il est impossible de passer d’un peuple païen à un peuple monothéiste en un claquement de doigt.
Le mot clef est le syncrétisme.
Tout l’enjeu ensuite, est de débarrasser la religion des traces du paganisme.
La transition se fait en douceur sur plusieurs générations.
Le Coran, comme je l’ai démontré, a eu plus qu’un rôle de livre de fin de cycle. Il avait pour tâche de rectifier l’impulsion donnée par le catholicisme. Un autre système s’est mis en place.
Syncrétisme avec les cultes païens, avec le judaïsme, avec la chrétienté. Adaptation aux meurs de l’époque et notamment la place de la femme. Prise en compte de l’évolution à venir sur des populations éloignées en temps et espace. Favoriser une expansion efficace.
Voici la liste des contraintes. Non exhaustive.
Je vous laisse seul juge sur le résultat à l’heure actuelle. L’Islam n’est il pas la seule opposition suffisamment solide pour s’opposer à l’hégémonie du monde capitaliste? A moins que vous pensiez que le monde dans lequel nous vivons est formidable et qu’il ne faut rien y changer. Si tel est le cas, je vous conseille de fuir cette page facebook.
Croyez vous qu’une bande d’arabes conquérants pouvait avoir une vision aussi claire sur les enjeux à longue échéance du monde?
La question est posée.

S’il est bien un thème récurrent dans la religion, c’est bien la lutte contre l’homosexualité. Elle a toujours été condamné. Ce sujet est toujours d’actualité.

“Dieu” ne pouvait pas condamner l’homophobie dans les Livres saints.
Les humains n’auraient pas compris.
Ceux qui n’ont que de la haine à l’égard des homosexuels et se cachent derrière leur Bible n’ont pas du intégrer le passage traitant de la tolérance et de la compréhension de la différence.

Pardonnez leur, ils ont encore besoin de réviser. Ils n’ont pas encore digéré la Loi.

Le Khalifa est la réécriture de la Loi (Sharia) par nous-même.

Paix.

Les commentaires sont clos.