Au coeur de la dawa

Au coeur de la dawa

L’article qui suit est entièrement basé sur le travail d »Abû Soleimân al-Kaabi tel qu’il l’expose dans sa conférence « Le message d’Issa dans l’Islam contemporain »: https://www.youtube.com/watch?v=qsu78U5cmCk

 

Bien entendu, je vous invite à l’écouter car je ne vais pas tout reprendre ici et que, bien que long (2h05) cette conférence est très dense et riche d’enseignements. La réécouter plusieurs fois ne sera pas un luxe.

Si elle est basée sur une réflexion utilisant l’analogie afin de se poser en guidance pour les croyants, elle est aussi une mise en abyme. Je tacherai d’illustrer mon propos dans la suite.

 

L’intention de l’auteur est donc de préparer ses auditeurs à la période messianique afin de leur donner les armes qui leur permettront d’affronter les moments les plus rudes. Ainsi, vers la fin de l’exposé, il met en garde les croyants qui se disent pieux contre l’idée néfaste qu’ils puissent être sauvés au dépend des autres.

Cette exhortation est un bienfait certain à mettre à son crédit et fait parti de sa propre dawa.  « Ceux qui sont coincés dans leur orgueil et se considèrent sauvés. »

Hélas, et c’est là le but de cet article, il manque le coeur de l’enseignement messianique. Voilà pourquoi je parle de mise en abyme. L’auteur analyse très finement les parallèles entre les différents groupes juifs pré-messianiques et les groupes musulmans contemporains, avec le but de catégoriser Jésus absolument. Ceci afin de découvrir qui il est, afin de le reconnaitre. Vaine tentative.

Je cite:« Les nazaréens n’excluent pas la lutte armée. » La doctrine des nazaréens n’est donc pas centrée sur la lutte armée, elle n’est qu’une possibilité. De plus, l’appartenance à un groupe n’implique pas d’en suivre intégralement les préceptes. Se baser sur cette analyse succincte des nazaréens n’est donc pas pertinent pour établir un profil psychologique du messie.Le deuxième argument pour justifier ses conclusions, est basé sur un verset où Jésus appelle ses disciples à revendre ce qu’ils ont comme possession pour les troquer contre une épée. Bien entendu, il sort le verset de son contexte, alors qu’à un autre moment de l’exposé il dénonce les chrétiens dans cette pratique. Ce qui est encore plus frappant, c’est de se rendre compte que le messie utilise souvent des images fortes pour choquer l’imaginaire et ne pas se rendre compte que le mot épée ici est utilisé avec la même intention. J’en veux pour preuve que dans certains hadiths il est dit: « l’épée de sa bouche ». Ce qui signifie une certaine violence verbale. C’est d’ailleurs de cette manière que le messie « tue » le dajjal.

En réalité, concernant ce verset en particulier, il s’agit du passage d’un prêche « passif » guidé par Dieu vers ceux qui seront les piliers futurs de la diffusion que les disciples reconnaissent  en étant accueillis par eux d’une volonté désintéressée,  à un prêche offensif et « colonisateur » de la pensée pour diffuser le message le plus efficacement possible  au peuple. Le passage du pendant, à l’après ministère.

 

Ce n’est donc en aucun cas la lutte armée que Jésus préconise.

 

Rendre cette conclusion, c’est passer à coté des enseignements de Dieu durant les 1200 ans précédents au travers de son peuple. Israël n’a jamais été une puissance militaire. A chaque fois que ses élites corrompues spirituellement ont tenté d’étendre l’influence de ce peuple, ils ont essuyés de graves revers. Il suffit pour cela de se référer à l’histoire de Josias se proclamant messie et  tué à la bataille d’Armageddon par l’armée du pharaon. 

 

Le royaume est spirituel, il est dans les coeurs. Là est le seul moyen de faire régner Dieu sur terre de façon durable. Les chrétiens authentiques ont bien compris ce message. C’est là le vrai corps de la doctrine chrétienne. Voilà pourquoi Dieu a fait de la communauté chrétienne la plus grande au monde. 3.55: Quand Dieu dit : « Ô Jésus, Je suis Celui qui met fin à ta vie, qui t’élève vers Moi, qui te purifie de ceux qui ont dénié ; Celui qui place ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui ont dénié, jusqu’au Jour de la Résurrection. Puis vers Moi est votre retour, et Je jugerai entre vous ce en quoi vous divergiez.

Considérer les chrétiens comme dépossédés de toute foi et dans l’égarement complet est un déni de la réalité. Certes, la majeure partie des dogmes chrétiens sont faux et doivent être abrogés, mais l’essentiel est là.

Tant que la umma n’acceptera pas cette réalité, les chrétiens ne se fondront pas avec eux dans l’Islam, ainsi que les juifs: 4.159:Il n’y a personne, parmi les gens du Livre, qui n’ait été appelé à croire en lui avant sa mort. Au Jour de la Résurrection, il sera témoin contre eux.

 

Cette conférence, fruit d’un remarquable travail, est donc source d’égarement car ce qu’elle prétend dénoncer, elle le pratique elle-même. Mais croyez en la sincérité de son auteur, son erreur est voulue par Dieu afin d’être un révélateur du mal qui ronge les musulmans à l’heure actuelle.

 

Un mal contre lequel j’ai déclaré la guerre et que j’extirperai par la force!

Laisser un commentaire