La phase

La phase

La phase

Les gadz’arts, élèves baptisés des Arts et Métiers, ont tous subi la période d’initiation confrérique des usinages. Parmi toutes les choses qui composent l’univers gadzarique, il en est une qu’il est impossible à oublier: la phase. La phase désigne le fait de taper du pied gauche à l’unisson alors que les élèves défilent les uns derrière les autres dans ce que l’on appelle un monôme. Lorsque l’on a épuisé le stock des chansons connues et qu’il n’y a plus aucun message à faire passer, l’Ancien se doit de garder le conscrit sous pression en lui rappelant de taper la phase. « Il faut que le Tabagn’s (l’école) tremble! »

Il est vrai que 150 personnes qui tapent du pied à l’unisson dans une pièce de 60 mètres carrés font vibrer les murs.

Comme tout gadz’art, je n’ai donc jamais oublié « La phase », car ces mots ont été  hurlés maintes fois à mes oreilles. Cette phase m’a rendu malade. Je raconterai bientôt.

 

Le temps est passé. D’autres souvenirs viennent s’ajouter. D’autres aventures. Et puis voilà que je m’intéresse à ce fameux At tur du Coran. Allah, de par sa volonté de confondre les mécréants, nous parle du mont sacré sans le nommer dans la majorité des versets et en ne le situant pas. At tur signifie Le mont. Sans autre précision.

Dans l’exégèse islamique classique, il s’agit du mont Sinaï. Il est situé à son emplacement officiel dans le sud de la péninsule du Sinaï. Mais récemment, je me suis penché sur la question du mont Garizim. Il est au coeur de la scission théologique entre les samaritains et les juifs. Tandis que les premiers le prennent comme leur lieu saint, les deuxièmes lui préfèrent le mont du Temple de Jérusalem. Dans cette querelle, qui n’est donc pas uniquement géographique, l’histoire de la Révélation, incarnée par les écrits des prophètes en dehors de la Torah (Rois, Chroniques, Daniel etc…), ceux du christianisme et enfin ceux de l’Islam sunnite/chiite, a donc tranché et fait de Jérusalem le lieu saint (trois fois saint), et fait des juifs (les judéens) les gardiens de la Torah et les pieux prédécesseurs en religion. De nos jours, nous sommes donc toujours au coeur d’une bataille pour la possession de Sion comme lieu saint. Pourtant, la venue du messie, il y a 2000 ans, devait mettre un terme à cette querelle doctrinale en supprimant l’autorité centrale du Temple. Les croyants devaient alors cesser les sacrifices et s’élever spirituellement en faisant de leur communauté, le Temple. Un Temple spirituel, non fait de mains d’hommes.

Pour appuyer ce principe, Nazareth, la ville associée à son nom pour l’éternité et qui ne correspondait à aucune prophétie antérieure, est parfaitement alignée avec les monts Garizim (djabal at tur) et du Temple de Jérusalem (Even hashtiya: la Pierre de la Fondation). Il n’y a donc aucune ambiguïté sur le lien entre ces trois endroits. Chacun peut le vérifier aisément à l’aide de la cartographie du web.

 

L’alignement (surement observable il y a 2000 ans)

 

Fort de ces constatations, je m’intéressais aux occurrences du mot at tur dans le Coran. J’ai d’abord voulu connaitre toutes ses étymologies. Je tapais donc at tur en arabe dans mon traducteur habituel.  

at tur  الطور peut se traduire par la phase

 

Allah ne fait jamais les choses par hasard et il est clair que l’outil de torture psychologique utilisé par les aspirants franc-maçons est sur le point de se retourner contre eux. Allah est le meilleur des stratèges.

Cette signification du mot est confirmé par le verset 71.14:

 وَقَدْ خَلَقَكُمْ أَطْوَارًا

Waqad khalaqakum atwaran

alors qu’Il vous a créés par phases successives

Ou atwaran est un mot formé sur la racine « ta wa ra », la même que tur.

Il serait totalement vain de nier la prédestination qui me guidait vers le mot at tur/ la phase.

 

Étudions à présent les occurrences du mot at tur dans le Coran.

52.1: Par le Mont.

At tur est le titre ainsi que le premier verset de cette sourate. Celle-ci ne raconte pas la révélation. Il est donc impossible de situer le lieu. Elle ne traite que du moment de rendre les comptes. Il y est question de montagnes qui se mettent en mouvement. Cela confirme que l’emplacement de montagne(s) sacrée(s) est au coeur du dévoilement. De nombreux versets du Coran décrivent les montagnes en marche le jour du jugement. 

 

L’épisode du buisson ardent aprés avoir quitté Madyan

28.23 Lorsqu’il arriva au point d’eau de Madyan, il y trouva une communauté de gens qui donnaient à boire, et il trouva aussi deux femmes se tenant à l’écart

28.27 Il dit: «Je voudrais te marier à l’une de mes deux filles que voici, à condition que tu travailles à mon service durant huit ans. Si tu en achèves dix, ce sera de ton bon gré; je ne veux cependant rien t’imposer d’excessif. Tu me trouveras, si Allah le veut, du nombre des gens de bien».

28.29 Puis, lorsque Moïse eut accompli la période convenue et qu’il se mit en route avec sa famille, il vit un feu du côté du Mont.

28.30 Puis, quand il y arriva, on l’appela, du flanc droit de la vallée, dans la place bénie, à partir de l’arbre : « Ô Moïse ! C’est Moi, Dieu, le Seigneur des mondes ».

 

19.52   Du côté droit du Mont  Nous l’appelâmes et Nous le fîmes approcher tel un confident.

 

Remise des Tables de la Loi après avoir quitté l’Égypte.

28.44 Tu n’étais pas sur le versant ouest quand Nous avons décrété les commandements à Moïse. Tu n’étais pas parmi les témoins.

28.45 Mais Nous avons fait naître des générations dont l’âge s’est prolongé. Et tu n’étais pas résident parmi les gens de Madyan, en leur récitant Nos versets. Mais c’est Nous qui envoyons les messagers. (les mots traduits par « récitant nos versets » peuvent prendre un sens différent, voilà pourquoi ce verset se termine par la précision sur les messagers, ceci afin de confirmer qu’il s’agit bien de la révélation de la Torah)

28.46 Et tu n’étais pas sur le versant du Mont quand Nous avons appelé.

 

20.80 O Enfants d’Israël, Nous vous avons déjà délivrés de votre ennemi, et Nous vous avons donné rendez-vous sur le flanc droit du Mont.

 

L’engagement (L’Alliance)

2.63  Et quand Nous avons reçu votre engagement et élevé le mont au-dessus de vous : « Prenez avec fermeté ce que Nous vous avons donné, et souvenez-vous de ce qui s’y trouve, afin que vous vous prémunissiez ».

2.93  Et quand Nous avons reçu votre engagement et élevé le mont au-dessus de vous : « Prenez avec fermeté ce que Nous vous avons donné, et écoutez ».

 

4.154  Nous avons élevé au-dessus d’eux le Mont, pour prix de leur engagement, Nous leur avons dit : « Entrez par la porte en vous humiliant », et Nous leur avons dit : « Ne transgressez pas le Sabbat ». Nous avons contracté avec eux un pacte solennel.

 

Non liés à des évènements

23.20 ainsi qu’un arbre qui pousse au mont Sinaï, en produisant l’huile d’onction et dans laquelle se trempe la nourriture.

95.1 Par le figuier et l’olivier! 95.2 Par le mont Sinaï 95.3 et cette cité sûre !

 

De plus nous savons que le prophète Chuayb est venu avertir le peuple de Madyan avant la venue de Moïse. Aucune précision sur la période, mais nous pouvons penser que les gens de Madyan sont donc des croyants. Nous apprenons du Coran, qu’ils étaient des commerçants et qu’ils vivaient dans une grande cité prospère puisqu’il y a présence de notables.

11.89 Ô mon peuple, que ma dissension ne vous incite pas à encourir ce qui a frappé le peuple de Noé, ou le peuple de Hûd, ou le peuple de Sâlih, et le peuple de Lot n’est pas très éloigné de vous.

11.94 Lorsque vint Notre ordre, Nous sauvâmes Chu`aïb et ceux qui avaient cru avec lui, par une miséricorde de Notre part. Le cri saisit ceux qui étaient injustes, les laissant gisants dans leur demeure,

Nous savons que le Coran cite  Moussa (Moïse), Noûh (Noé), Hoûd prophète des ʿĀd, Sâlih prophète des Thamûd, Ibrahim (Abraham), Lût, Chu`ayb, dans les sourates 11 et 26. Chu’ayb est donc bien le dernier à venir avant Moïse, puisqu’il n’aurait pas manqué d’en faire mention étant donné l’importance de celui-ci. Ceci est confirmé par le fait que l’homme qui propose une de ses deux filles à marier à Moïse n’est pas un polythéiste puisqu’il fait référence à Allah.

Voici ce que j’ai trouvé sur wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Madian#cite_note-6:

L’étymologie de Madiân est probablement une forme substantivale de la racine m-d-y, « s’étendre ».

 

A présent, reprenons des passages clefs du récit biblique.

Jacob est envoyé par son père vers Laban afin de se marier. Il fait un rêve d’une échelle entre le ciel et la terre puis arrive à un puits où il fait la rencontre de deux femmes. Laban propose à Jacob de rester à son service pendant deux périodes de 7 ans au terme desquelles il marie les deux sœurs. En repartant de ce lieu, il est dit qu’il « combat » contre Dieu et prend le nom d’Israël. Sa descendance devient les enfants d’Israël.

Son fils, Joseph, au terme d’une longue histoire, a acquis un haut rang parmi les égyptiens et sa famille vient le rejoindre.

Le temps passe, environ 600 ans, et les descendants de Joseph sont alors asservis par le pharaon. Moïse, par la ruse d’Allah, est élevé par le pharaon. Ainsi, il reprend le statut de son ancêtre Joseph. Après avoir tué un égyptien, il s’enfuit hors du pays et trouve refuge à Madyan, supposément situé dans le nord ouest de l’Arabie. Il rencontre et aide les filles de Jethro près d’un puits. En récompense, le père lui propose l’une de ses filles. Il est dit qu’il reste un certain temps sans autre précision en menant une vie de berger. C’est en se promenant son troupeau dans le désert, qu’il est attiré par un feu sur la montagne et que Dieu l’informe de sa mission.

Ensuite, sorti d’Égypte à la tête de son peuple, le voilà au milieu du désert. Cette fois, c’est au mont Sinaï, supposément situé dans le sud de la région du même nom entre les deux bras de mer, que Dieu révèle ses commandements. Mais le peuple a adoré un veau d’or. Il est donc condamné à errer dans le désert sans entrer en terre promise. Il est mentionné que Jethro seul, vient visiter Moïse et son peuple pour écouter son épopée et lui donner conseil. Il repart dans son pays. Moïse ne repasse donc pas à Madyan. Enfin, à la mort de Moïse, le peuple peut enfin pénétrer dans le pays promis à Abraham quelques 700 ans plutôt. Josué, qui a succédé à la tête d’Israël, mène la guerre contre les populations polythéistes de Canaan.

Cette épisode de conquête achevée, les enfants d’Israël reçoivent la bénédiction divine sur la pente du mont Garizim sous l’autorité de Josué.

Deutéronome, 11, 29 – Et lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, tu prononceras la bénédiction sur la montagne de Garizim, et la malédiction sur la montagne d’Ebal.

Josué, 8, 33 – Tout Israël, ses anciens, ses officiers et ses juges, se tenaient des deux côtés de l’arche, devant les sacrificateurs, les Lévites, qui portaient l’arche de l’alliance de l’Éternel; les étrangers comme les enfants d’Israël étaient là, moitié du côté du mont Garizim, moitié du côté du mont Ebal, selon l’ordre qu’avait précédemment donné Moïse, serviteur de l’Éternel, de bénir le peuple d’Israël.

 

Puzzle

Nous voici avec un énorme puzzle! Tentons de le résoudre, voulez-vous.

Du Coran, nous comprenons une chose essentielle: Moïse a reçu les enseignements divins au même endroit qu’il a vu le buisson ardent. Une montagne nommé Sinaï. Sur cette montagne sacrée, il y a des figues et des oliviers. Elle est situé proche de Madyan. Madyan est un carrefour commercial et n’est donc pas en plein désert. Il y a notamment une grande cité. Cette cité n’a pas été détruite par Dieu. Mais seulement les mécréants. Lorsque Moïse revient d’Egypte, les gens de Madyan écoutent ses versets. Madyan est situé non loin de Sodome et Gomorhe.  

Il y a une parallèle évident entre l’histoire du mariage de Moïse avec celle de Jacob. Mais cette dernière ne nous est pas racontée dans le Coran.  Une étymologie de Madyan serait « s’étendre ». Ceci fait écho à la promesse de Dieu à Jacob: « Tu t’étendras. » dans son rêve.

Genèse 28.14 Ta postérité sera comme la poussière de la terre; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi;

Ceci est d’ailleurs confirmé par ce verset de l’histoire de Chouayb:

7.86 (…) Rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux. Puis c’est Lui qui vous a rendu nombreux. Et regardez ce qui est advenu des fauteurs de désordre.

Enfin, le verset 4.154, montre que l’Alliance prise avec les enfants d’Israël n’est pas au milieu du désert mais dans un lieu où il y a une porte. En effet, ils doivent passer une porte et s’humilier. Hors, il n’y a que dans une cité bénie par Dieu, qu’une telle action peut avoir lieu.

2.58 Et quand Nous avons dit : « Entrez dans cette cité, et mangez-y à volonté là où vous voulez ; entrez par la porte en vous prosternant et dites « Rémission ». Nous vous pardonnerons vos fautes et donnerons plus aux bienfaisants. »

Vraisemblablement, il s’agit de Madyan.

Je ne vois ici qu’une seule explication:  

At Tur, le Mont, le mont Sinaï, le mont Garizim, le mont Horeb, sont un seul et même endroit.

Ce mont s’élève au sud du pays de Madyan, qui est la cité de Sichem, l’actuelle Balata dans la banlieue de Naplouse.

Le Mont est situé au sud de la cité, le versant ouest est donc bien à droite.

Madyan a été ainsi nommé car c’est le lieu à partir duquel la descendance de Jacob devait s’étendre.

En réalité, le prophète Chu’ayb a préparé le retour d’une partie d’Israël (les descendants de ceux qui avaient émigré suite à la famine de l’époque de Joseph), sous la conduite de Moïse en facilitant l’expansion du monothéisme à partir de la cité proche du Mont. Tandis que l’autre parti des descendants de Jacob est resté en Canaan, mêlés à la population polythéiste. C’est la récitation des versets de la Torah et des exploits de Moïse qui participe à la cohésion des enfants d’Israël et qui entraine la conversion de leurs voisins. La force de la Parole suffit. Nul besoin d’une guerre sanglante. L’invention de cette guerre lors de la mise par écrit de la Torah (Josias ou/et exil à Babylone) a servi à donner au peuple d’Israël une certaine légitimité en tant que royaume dominateur aux yeux des autres nations quelques 500 ans plus tard. Ce sont ces rédacteurs tardifs que Dieu traite de pervers ici:

2.59 Mais, à ces paroles, les pervers en substituèrent d’autres, et pour les punir de leur fourberie Nous leur envoyâmes du ciel un châtiment avilissant.

Madyan et le Sinaï devaient être, selon la légende,  dans le désert, donc hors du pays, pour que l’entrée soit une conquête triomphale plutôt que dépeindre une entrée humble. Ces deux lieux devaient être bien distincts afin que la révélation soit faite en présence des hébreux seuls et non de la population locale de Madyan.

 

En définitive, tout cela est relativement simple à comprendre bien que dense en informations. Prenez le temps de tout relire et de vous plonger dans les textes pour les plus motivés, notamment les sourates 20 et 28. Il ne fallait détenir qu’une simple clef de lecture pour assembler les morceaux.

 

Paix sur vous.

 

 

 

 

Remarques:

Immersion

Il est à signaler que dans le verset 23.20, le mot utilisé pour tremper (sibghin) désigne aussi l’action d’immersion et de baptême. Il est donc question de royauté messianique et d’enseignements spirituels pour ceux qui en ont faim (pain).

 

Le puits

Une partie de l’histoire de Jacob pourrait donc être un glissement depuis celle de Moïse. Son pacte avec Laban pour obtenir la main de Rachel au bout de 7 ans serait en fait une version romancée de celui conclu entre Moïse et Jethro. Jacob aurait donc bien marié les deux filles de Laban qui vivaient proche du puits de Sichem, mais uniquement dans le but d’accomplir la prophétie d’une grande descendance qu’il a eu durant son rêve de l’échelle.

Ainsi, c’est tout naturellement que Moïse, alors fugitif, devant s’éloigner des cotes de la Méditerranée tenues par des garnisons égyptiennes et ne pouvant survivre dans le désert tout seul, s’est rendu au coeur du foyer hébreu, dans une cité sûre. Connaissant l’histoire de Jacob, il a attendu l’aide de Dieu auprès du fameux puits.

Ceux qui ont rédigé les deux récits, des judéens, avaient pour but de minorer l’importance de ce puits dans l’histoire de Moïse, afin que les lecteurs ne puissent faire le rapprochement avec celui de Sichem alors en territoire samaritain.

 

Les « géants »

Le peuple s’invente des excuses pour le pas obéir. Parce qu’ils ne veulent pas franchir la porte, ils sont condamnés à errer. En vérité, il n’y a rien à craindre car la venue a été préparée: le peuple redouté a été terrassé (épisode de Chu’ayb).

5.21 Ô mon peuple, entrez dans la terre sainte que Dieu vous a destinée. Et ne revenez pas sur vos pas, car vous retourneriez perdants ».

5.22 Ils dirent : « Ô Moïse, il y a là un peuple d’une force redoutable. Nous n’y entrerons pas avant qu’ils ne sortent de là. Mais s’ils sortent de là, alors nous entrerons ».

5.23 Deux hommes d’entre ceux qui craignaient Allah et qui étaient comblés par Lui de bienfaits dirent: «Entrez chez eux par la porte; puis quand vous y serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c’est en Allah qu’il faut avoir confiance, si vous êtes croyants».

5.24 Ils dirent: «Moïse! Nous n’y entrerons jamais, aussi longtemps qu’ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons là où nous sommes».

5.25 Il dit: «Seigneur! Je n’ai de pouvoir, vraiment, que sur moi-même et sur mon frère: sépare-nous donc de ce peuple pervers».

5.26 Il dit : « Elle leur sera interdite pendant quarante ans, ils erreront sur terre. Ne t’afflige pas pour les gens dépravés ».

fi l ard: sur la terre, il n’y a donc pas mention de désert. On peut comprendre ici que la condition de possession de toute la terre environnante, passe par la possession de la cité sûre qui l’administre politiquement. Ceux qui accompagnent Moïse sont appelés à régner sur cette terre en remplacement de ceux qui ont été frappés dans leurs maisons. Ils seraient donc l’élite.

 

Descendre en Egypte

2.61 Et quand vous avez dit : « Ô Moïse, nous ne pouvons plus endurer de n’avoir qu’une seule nourriture. Invoque donc pour nous ton Seigneur pour qu’Il produise pour nous de ce qui pousse de la terre, de ses légumes, de ses concombres, de son ail, de ses lentilles et de ses oignons ». Il dit : « Voulez-vous échanger ce qui est inférieur pour ce qui est meilleur ? Descendez en Égypte, vous y trouverez certainement ce que vous demandez ».

ihbitoo misran peut se traduire par « descendre en Egypte ». Misra est le mot utilisé pour Egypte partout dans le Coran, et c’est le mot moderne employé. Quant à ihbitoo, sa racine signifie systématiquement la chute/descente, notamment pour le renvoi du paradis. Pris au sens littéral, il s’agirait de descendre géographiquement, ce qui signifierait que le peuple se situe plus au nord que ce pays, donc pas dans le désert situé à son orient.

Dans certaines traductions, misran est traduit par villes. Dans ce cas là, la descente est spirituelle puisque elle est  le refus de l’épreuve imposée. Les villes ne sont donc pas loin. Il ne faut pas perdre de vue que Canaan est un pays aride peuplé essentiellement de bergers semi-nomades. Il n’y a que peu d’agriculture et on ne peut certes pas y vivre de la cueillette sauvage.

 

Les trois messagers de la sourate Ya Sin

36.13 Propose-leur l’exemple des compagnons de la cité, quand lui vinrent les envoyés.

36.14 Quand Nous leur envoyâmes deux [envoyés] et qu’ils les traitèrent de menteurs. Nous [les] renforçâmes alors par un troisième et ils dirent: «Vraiment, nous sommes envoyés à vous».

36.15 Mais ils [les gens] dirent: «Vous n’êtes que des hommes comme nous. Le Tout Miséricordieux n’a rien fait descendre et vous ne faites que mentir».

3 messagers s’adressant à un peuple au même moment, et révélant un Livre: il ne peut s’agir que de Moïse et de son frère Aaron, épaulés lors de l’entrée dans la cité par Josué (Yūshaʿ ibn Nūn). C’est le seul moment de la Révélation où une telle configuration est possible.

Le récit se poursuit avec un homme:

36.20 Un homme vint du bout de la ville en courant, et dit : « Ô mon peuple, suivez les envoyés.

36.26 Il lui fut dit : « Entre au Paradis ».

Il s’agit vraisemblablement de Caleb, cité de nombreuses fois dans la Bible, notamment dans ce passage:

Nb 14.24 Et parce que mon serviteur Caleb a été animé d’un autre esprit, et qu’il a pleinement suivi ma voie, je le ferai entrer dans le pays où il est allé, et ses descendants le posséderont.

Où l’on voit bien que la véritable terre promise est le Paradis et n’est donc pas de ce monde, contrairement à la vision imprimée dans le Bible. Ceux qui le peupleront seront les élus, ceux qui sont resté fidèles à la Parole et non à l’appartenance à un groupe d’ici-bas.

 

Surprise au réveil

28.28.« C’est (conclu) entre toi et moi, dit [Moïse]. Quel que soit celui des deux termes que je m’assigne, il n’y aura nulle pression sur moi. Et Allah est Garant de ce que nous disons ».

Ce verset est destiné à démentir la tromperie inventée dans la Bible à l’encontre de Jacob par son beau-père.

 

La route caravanière

Voici de nouveaux éléments dans deux sourates:

 

15.76 Cette ville (Sodome) se situait sur une route établie

37.137 Et vous passez certainement auprès d’eux (les habitants de Sodome) le matin

37.138 et la nuit. Ne raisonnez-vous donc pas?

25.40 Ils sont passés par la cité sur laquelle est tombée une pluie de malheurs. Ne la voient-ils donc pas?

 

D’après ces éléments, Sodome se situe sur une route caravanière. Donc cette ville n’a pas été engloutie dans les entrailles de la terre et elle n’est donc pas à l’écart cachée. Il n’est pas précisé si elle est habitée  et c’est là où réside toute l’ambiguïté, mais le verset 25.40 nous montre qu’elle est bel et bien visible en parcourant la route. Il est à noter que lors de la révélation du Coran, le mont du Temple de Jérusalem était à l’abandon et faisait peine à voir. L’endroit témoignait de la colère de Dieu. Même si en l’occurrence, il s’agissait des guerres judéo-romaine du premier siècle.

 

 

La forêt de Madyan

Voici un extrait du tafsir d’ibn Kathir sur les versets suivants de la sourate 15:

« Les  habitants  de Laïka, eux  aussi,  étaient dénaturés (78)  Nous les avons  châtiés.  Leur  cité,  comme  l’autre,  se  trouve  sur  un  chemin

connu (79).

Les habitants de Laïka étaient le peuple de Chouaïb. A savoir que le  mot Laïka signifie en arabe le bocage ou le lieu où on rencontre des

arbres touffus.  »

 

Etant donné la proximité des deux cités et le fait qu’elle soit toutes les deux sur une route caravanière, elles appartiennent logiquement à la même route. Voici un nouvel élément pour aider à situer Madyan. Nous apprenons qu’il y a une forêt.

 

Voici l’extrait d’un livre trouvé sur Google à propos des forêts en Samarie:

 

Correspondance d’Orient (1830-1831)

Par  Michaud, Poujoulat.

Page 205

« d’après le témoignage de tous nos vieux chroniqueurs, la forêt qui fournit aux croisés le bois nécessaire à la construction des machines, était située à quelques lieues seulement de Jérusalem, du côté de Naplouse, or la forêt de Césarée est à seize ou dix huit lieues de la ville sainte. Puisque les guerriers de la croix pouvaient trouver des bois à quelques milles de leur camp, pourquoi seraient ils venus si loin, et dans un pays ennemi, qui assurément ne les aurait pas laissés en paix? Raoul de Caen et tous les chroniqueurs qui ont parlé de la forêt découverte par les croisés, la placent au milieu d une terre montueuse dans des vallons enfoncés ce qui ne pourrait convenir au pays plat que nous parcourons. Au temps des juges et des rois d’Israël, c’est du territoire de Naplouse qu’on tirait le bois pour les sacrifices du temple aujourd’hui comme au temps des Hébreux comme à celui des croisades le pays de Sichem est encore en plusieurs endroits un pays boisé. »

 

https://books.google.fr/books?id=8dlIAAAAcAAJ&hl=fr&hl=fr&pg=RA1-PA205&img=1&zoom=3&sig=ACfU3U2fYaDKengj32tD1heevmupRDeg0w&ci=15%2C894%2C839%2C500&edge=0

 

 

Notes:

La phase:

https://translate.google.fr/#ar/fr/%D8%A7%D9%84%D8%B7%D9%88%D8%B1

 

Un monôme au pied de la tour Effeil. Tout un symbole!

https://www.youtube.com/watch?v=gHBLsRd0tzE

 

Un midrash (hadith juif)

Dans la littérature rabbinique classique, le mont Sinaï est devenu synonyme de sainteté ; en effet il est dit que : « Lorsque le messie des juifs viendra, Dieu joindra les monts Sinaï, Tabor et Carmel ensemble et rebâtira le Temple de Jérusalem ».

Laisser un commentaire