L’Islam est un fascisme comme les autres

L’Islam est un fascisme comme les autres

6 novembre 2013, 14:10

Sous ce titre volontairement provocateur se cache pourtant une réalité. Non pas que je réalise brusquement que j’adhère à une pensée fascisante, mais je prétends que tout système politique est un fascisme. Quel qu’il soit. Pas de jaloux!

Ce qui fait la richesse de l’humanité, c’est sa diversité. Une diversité de couleurs, de sons, de formes mais aussi et surtout une diversité de pensée. Si il est possible d’habiller de la tête au pied une armée dans le but de l’uniformiser, il s’avère beaucoup utopique d’uniformiser le contenu des cerveaux.

L’humanité étant par essence imparfaite,  il est donc impossible que le système qui la coordonne le soit. Il y aura donc toujours des dissidents. De façade ou confirmés, ils sont le grain de sable, ceux que l’on ne voudrait jamais entendre.

Se sentir concerné par la politique c’est avant tout adhérer à un système de valeur, se reconnaitre au sein d’une communauté. Mais c’est surtout imaginer que l’on puisse détenir la Vérité ou tout du moins cheminer dans sa direction. C’est ainsi que la majorité des personnes impliquées politiquement, malgré pour certains une adhésion de façade, rejettent spontanément toute religion,  symbole d’un passé d’une société aux castes clairement définies.

Au fond, j’ai beaucoup plus de respect pour un athée convaincu qui prône l’extinction de toute forme de croyance. Il va jusqu’au bout de son raisonnement. Dans son système de pensée, la religion est un outil d’asservissement qu’il faut éliminer. La nature profonde de l’homme serait alors areligieuse. Car ici le but recherché est bien l’harmonie de l’humanité. Que l’on soit déiste ou non, quelque soit la spiritualité qui nous construit, nous aspirons tous à cette paix. Et cette paix ne peut passer que par la découverte de l’ensemble des lois nous régissant de manière « naturelle ».

Animé par un désir de réconciliation et de coexistence des spiritualités, j’ai travaillé à un moyen de coordonner  tous ces schémas de pensée. J’ai cru un temps avoir trouvé. En réalité je n’avais compris que l’articulation globale du cycle des révélations. Finalement, j’ai du me résoudre à l’évidence: il n’y a qu’une seule Vérité. La coexistence pacifique de différents mode de pensée est un leurre. De la poudre aux yeux. Cette coexistence n’a que deux issues possibles: le communautarisme ou la laïcité. Le premier cadre brise les liens et empêche le mélange qui avec le temps conduit les générations vers la Vérité. Le métissage philosophique aboutit inexorablement  à la compréhension. Quant à la laïcité, c’est en réalité le triomphe absolu d’une religion qui se place au dessus de toutes les autres et use du pouvoir politique pour établir son autorité. Ceux  qui prétendent croire en Dieu et accepter la laïcité telle qu’elle est pratiquée dans les pays occidentaux sont des traitres. Ni plus ni moins. Ils sont les adeptes de cette méta-religion transparente.

Si en effet, la religion nous fournit les outils de communication dont nous avons besoin avec notre Créateur, c’est aussi un ensemble de lois qui sert la justice rendue entre nous.

Cet ensemble de lois représente la vision que possède globalement une communauté sur notre lien avec la nature et les autres hommes.

Autrefois, nous nommions ceux qui vivaient dans une société différente de la notre, des barbares.

A présent les frontières ne définissent plus les modes de pensée, nous nous mélangeons allègrement et parlons les mêmes langues, mangeons la même nourriture. A présent, le lointain étranger n’est plus un barbare, c’est le voisin qui est un fasciste.

Le choc des civilisations est donc inévitable. Une seule peut subsister.

Doit-il y avoir une guerre? Peut-on réussir par le dialogue?Je crois que ces questions sont sans fondement. La « nature » décidera.

Gardez en tête que les combats et ceux qui les remportent ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit.

Khalifa et sionisme.

https://www.facebook.com/notes/stephan-pain/khalifa-et-sionisme/10151957344742645
Les commentaires sont clos.