Six boulettes

Six boulettes

Un schibboleth, en hébreu : שִׁבֹּלֶת , est une phrase ou un mot qui ne peut être utilisé – ou prononcé – correctement que par les membres d’un groupe. Il révèle l’appartenance d’une personne à un groupe : national, social, professionnel ou autre. Autrement dit, un schibboleth représente un signe de reconnaissance verbal.
Le schibboleth apparaît dans le Livre des Juges 12:4-6. Dans cet épisode, les Giléadites utilisent ce terme pour distinguer leurs ennemis Éphraïmites parmi les fuyards. Les Éphraïmites se trompant sur la façon de prononcer la lettre sin’, ils écorchaient là le dernier mot de leur vie…
Lorsque Jephté, chef des hommes de Galaad, eut défait les Éphraïmites et pris les gués du Jourdain, de nombreux fugitifs voulurent traverser le fleuve. Quand un fuyard d’Éphraïm disait : « Laissez-moi passer », les gens de Galaad demandaient : « Es-tu éphraïmite? » S’il répondait « Non », alors ils lui disaient : « Eh bien, dis schibboleth! » Il disait sibboleth, car il n’arrivait pas à prononcer ainsi. Alors on le saisissait et on l’égorgeait près des gués du Jourdain.
Ephraïm est à l’origine le nom d’une des 12 tribus d’Israël. Dans Ésaïe, le terme Ephraïm désigne le royaume du nord. Il est donc synonyme de Samarie. Juda est le royaume du sud.
Es 11.13 La jalousie d’Ephraïm disparaîtra, Et ses ennemis en Juda seront anéantis; Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda, Et Juda ne sera plus hostile à Ephraïm.
La franc-maçonnerie utilise encore le principe du schibboleth pour cultiver son secret. Comme vous le savez si vous me lisez, j’attache une importance particulière à la division politique nord-sud d’Israël: Juda et Samarie. Cette division va donner naissance à deux religions distinctes: le judaïsme et le samaritanisme. La Bible, qui parfois n’est qu’un simple livre d’histoire partisan, telle que nous la lisons, a été écrite par Juda. Les samaritains y sont décrits comme des païens. Dans ce célèbre épisode, les rédacteurs de la Bible témoignent qu’il y a bien deux manières de prononcer le shin. Nous retrouvons le shin dans des mots connus de tous comme Yishrael (Israel), shalom, Yeroushalaim (Jérusalem), shabbat. Ces deux prononciations ne sont donc pas une déformation récente de la langue hébraïque. Elles remontent à une époque postérieure à la scission du royaume. Or, les rédacteurs de Juda attestent que ceux qui ne savent pas prononcer le son SH sont les mauvais. En arabe, tout comme en français, les mots se prononcent avec le son S : Israil, salam, sabbat. Tout comme l’hébreu parlé par les samaritains.
Quant au mot shibboleth, il se retrouve dans le Coran: sunbulāt. Il a la même signification: épi. On le retrouve notamment dans l’épisode des sept épis du rêve du roi d’Égypte (commun à Genèse et au Coran). Ainsi que dans ce verset:
2. 261. Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressemblent à un grain d’où naissent sept épis, à cent grains l’épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est immense, et Il est Omniscient.

Laisser un commentaire