Les Sentinelles

Les Sentinelles

Ceci est la dernière photo d’un sentinelle. Elle a été prise deux jours après le tsunami de 2004. Un hélicoptère venait s’enquérir de leur situation. Ils n’avaient visiblement pas souffert des éléments et étaient toujours prêt à se défendre face à la civilisation.

On ne saurait trop les blâmer. L’histoire de ces îles perdues au fin fond de l’océan indien est tristement banale. Voici un article sur le sujet:
https://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/les_peuples_indigenes_des_iles_andaman.asp

Le 16 novembre au matin, un évangéliste américain se prénommant John, animé de sa foi, avait décidé de débarquer sur l’île. Il a succombé sous les tirs des flèches.

Un ethnologue, interrogé par des journalistes a déclaré: « s’ils n’avaient pas été hostiles on ne parlerait plus d’eux depuis longtemps »
Voici l’article: https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/americain-tue-par-une-tribu-isolee-si-les-sentinelles-n-etaient-pas-hostiles-on-ne-parlerait-plus-d-eux-depuis-longtemps-affirme-un-ethnologue_3047139.html
Dans les différents articles postés sur internet, les internautes adhèrent massivement à cette idée dans les commentaires. Un mot revient souvent: « la liberté ». Beaucoup fustigent la démarche d’évangélisation et le condamnent avec moult railleries.

Eh bien, cette temporalité n’est pas un hasard. Cet homme était bien guidé par Dieu. Et ce n’est pas pour évangéliser les derniers indigènes de notre planète mais bien pour que chacun puisse faire le parallèle avec le mouvement des Gilets jaunes, qui est un mouvement des humbles qui se défendent face à un système corrompu. Ils ne sont pas parfaits. Ils commettent des erreurs. Ils ne pensent pas comme ceux qui se prétendent intellectuels voudraient. Qu’importe. Ce sont les coeurs qui parlent avant tout. Et quel que soit l’issue de ce mouvement, cela on ne pourra pas leur retirer.

Par l’action de John Chau, Dieu voulait en réalité évangéliser, c’est à dire apporter la liberté, les plus nantis de cette planète que nous sommes.

Les commentaires sont clos.