La condamnation de Jeanne d’Arc

La condamnation de Jeanne d’Arc

Dernières modifications le 6 octobre 2014·4 minutes de lecture

S’il est bien un sujet qui a fait couler de l’encre sur la relation entre Dieu et la France, dite fille ainée de l’Église, c’est bien l’histoire de Jeanne la pucelle. Manipulation politique pour les uns, authentique cadeau de Dieu pour sauver le pays pour les autres, voilà une femme qui a été utilisée pendant sa vie et après sa mort. Elle est encore de nos jours, l’objet d’enjeux idéologiques. De la femme originelle, il ne reste pas grand chose, elle n’a été que le support d’une légende. LA légende chrétienne hexagonale. Je vous invite à écouter la longue conférence qu’Henri Guillemin a fait à son sujet.

J’ai toujours connu ma mère passionnée par cette histoire. En réalité, elle était plus que passionnée, nous allons le voir plus loin.

Sa grande passion demeure Elvis Presley, qu’elle considère comme un dieu. Ainsi que Yul Brynner et Marlon Brando. Tandis qu’elle haïssait plus que de raison le président de l’époque, Giscard, qu’elle maudissait copieusement. Je crois que ce qui me faisait le plus peur quand je vivais avec elle, ce sont ces moments où je regardais la télévision dans le salon comme le plus clair de mon temps et où, dans la cuisine, je l’entendais parler toute seule à quelqu’un. Parfois elle en venait à entrer dans de grandes colères à l’égard de cette personne. J’ai toujours fait semblant de rien, j’étais bien trop impressionné. De tous ses comportements anormaux, c’était clairement celui-là, et de loin, qui m’indiquait que je vivais en compagnie d’une personne malade psychologiquement.

Il a fallu que j’atteigne l’age adulte et que je ne vive plus sous son toit, pour arriver à en parler à une tierce personne.

Le temps a passé et nous voici en Septembre 2013. Elle est alors internée en clinique psychiatrique depuis plus d’un mois. Je me suis attelé à la tâche de déblayer son appartement de tout ce qu’elle a pu amassé pendant des décennies. Elle garde tout, même ce dont elle aurait du se débarrasser. Ce qui devait arriver, arriva. J’ai fini par tomber sur la preuve matérielle qui me manquait. Emballé dans un sac plastique cerclé par des élastiques, puis dans du papier, quand je mets la main sur ce livre, je comprends tout de suite qu’il renferme un secret. Le titre: La condamnation de Jeanne d’Arc. Il s’agit du compte-rendu du procès. Tout un programme. Celle qui fut brulée parce qu’elle entendait des voix. Des notes manuscrites de différentes couleurs sont apposées sur un grand nombre de pages de l’ouvrage. Une date revient: 1976. J’ai alors 3 ans. Je pénètre dans l’univers de ma mère. Je découvre, le coeur battant, ce qui y vit.

Pêle-mêle, il y est question de Yul Brynner, Elvis, mais aussi Giscard, sa femme Anémone, des acteurs américains, d’autres gens inconnus. Cela tourne beaucoup autour de Dieu, de la trinité, du Saint-Esprit etc… mais jamais les mots vierge ou Marie n’apparaissent.

Un an est passé. J’ai choisi de rendre certaines pages public.

Stephan 3 ans dernière chance => Apocalypse ou le monde tel que vous l’avez rendu (pollution) etc.. avec la renaissance naturelle en plus

1975 avril.

Le clergé français d’Outre mer obéit toujours autant…

J’ai dit « Il est né. »

« Attendez qu’il grandisse. » m’a-t-il été répondu

Stephan 3 ans éternellement

Il est gentil le Bon Dieu. Il laisse tout faire même jouer avec son Esprit. Aucune plainte ne sera enregistrée après….

(…)

En 1945 la paix n’a pas été signée. Il poursuit sa mission.

IL n’est Dieu le Fils que depuis le 06 – 11 – 1976. de par MA Décision. N’en faites pas Satan…

Allez voir à la Société Générale ce que c’est que de parler des VOIX (ma mère travaillait à la SG)

Mais comme personne ne veut croire que je suis le Saint Esprit, c’est pas grave

J’ai pas demandé à l’être, ça ne me rapporte rien si ce n’est pas de vie privée dans la saleté…. je voudrais vivre

Les commentaires sont clos.