Le nouveau changement de paradigme

Le nouveau changement de paradigme

En prérequis, vous pouvez lire cet ancien article, Apocalypse +30. F

Apocalypse +2012, le nouveau changement de paradigme

Pour résumer cet ancien article, le basculement du monde antique et polythéiste à un véritable monothéisme n’a eu lieu  qu’il y a 2000 ans. Le Dieu des Patriarches a cessé d’être le dieu exclusif d’une tribu pour acquérir sa réelle dimension universelle. Tout simplement parce que tant que leur Dieu était un dieu de victoire et de conquête, Il n’était qu’un dieu parmi les autres. Le fait de n’adorer qu’un dieu était alors considéré comme un égarement allant à l’encontre de la pensée « naturelle » par la majorité des penseurs antiques. Le séisme messianique d’un Dieu de défaite, a engendré le christianisme, qui affirma très tôt son universalité. La religion des juifs, appelée judaïsme, n’est en réalité qu’une forme de christianisme alternatif. En effet, elle aspire tout autant à l’universalité. Sa doctrine s’est adapté au nouveau paradigme et le peuple élu s’est attribué un rôle central dans l’humanité plutôt qu’une exclusivité sur le divin. Qu’on ne se méprenne pas, le paganisme actuel du christianisme ne remonte pas à ses origines et ne saurait expliquer à lui seul le schisme entre disciples du Messie et non-disciples. Ce n’est donc pas le rejet de la trinité mais bien le refus d’abandon de l’idée de nation qui est au coeur du schisme. Ce que l’on pourrait nommer simplement dans notre vision actuelle, une théocratie, en opposition avec une démocratie. D’ailleurs, à notre époque, ceux qui se disent juifs et antisionistes, comme par exemple les Neturei Karta, si ils ne reconnaissent pas la légitimité de l’état d’israel, c’est uniquement parce que celle-ci ne peut s’acquérir qu’à la venue du Messie selon eux. Nous constatons qu’ils n’ont donc pas abandonné l’idée de la théocratie. Ils n’ont tout simplement pas accepté une partie du message messianique. J’irais même jusqu’à suggérer qu’ils appartiennent au paradigme ancien. Rien d’étonnant que leurs comportements et rites soient très proches de ceux des populations salafistes. Mais je suis taquin.

Revenons un instant sur la première période messianique. Souvenons-nous que celle-ci a été enclenché par le ministère musclé de Jean le Baptiste. Son empreinte sur la société juive de l’époque a été si profonde que sa communauté a perduré jusqu’à nos jours. Si Jean et Jésus sont complémentaires, il n’en demeure pas moins qu’ils sont aussi en rupture l’un par rapport à l’autre. Ce qui peut expliquer qu’une partie de ses disciples n’aient pas accepté le Messie. Il faut alors bien comprendre que Jean est en réalité le fossoyeur du monde ancien, tandis que Jésus est la pierre de fondation du monde nouveau. La différence entre les deux hommes marquent celle existant entre les deux paradigmes.

Pour s’en convaincre, il suffit de citer deux passages des Évangiles:

Mat 11.2 Jean, ayant entendu parler dans sa prison des oeuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples:

11.3 Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?

11.11Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.

11.12 Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent.

11.13 Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean;

Jean a enseigné aux croyants le repentir, en vue du rétablissement du royaume. Il a reconnu Jésus dans un premier temps, mais comme celui-ci n’agit pas selon sa compréhension, il se met à douter avant de mourir. Jésus reconnait la grandeur de Jean, pour aussitôt montrer qu’il appartient au monde antique et agit selon son paradigme. Dans le verset 12, il dénonce tous ceux qui prétendent représenter Dieu sur terre. En clair, la religion selon la conception des élites. 2000 ans plus tard, seuls les noms ont changés. Les religions se sont multipliés, mais sont toujours élaborées du haut vers le bas.

Un mot pour en finir sur cette période. Si on analyse le contexte, il s’agit d’une minorité de croyants au milieu d’un monde polythéiste. De ce point de vue là, malgré les apparences, les proportions n’ont pas variées: il y a toujours aussi peu de véritables croyants. Il faut comprendre que le monde est une palette complète d’appréhension du divin, et qu’il n’y a aucune raison pour que la nature de l’homme ait changé.

Il est une notion essentielle à imprimer dans les têtes: Dieu ne cherche pas à faire du chiffre.

Le monde d’ici-bas n’a qu’une vocation de test. Il donnera sa rétribution à ceux qui ont passé ce test avec succès, qu’importe leur nombre.

Lorsque l’on se place dans cette perspective, l’établissement d’un royaume divin ici-bas n’a aucune espèce d’intérêt. Pourquoi aspirer à faire de ce monde un paradis? Comment Allah pourrait-Il poursuivre son test avec les générations à venir dans un monde parfait?

Si les uns prophétisent la fin du monde physique, et les autres l’instauration d’un khalifa ou équivalent, c’est tout simplement que la nature humaine fait que nous avons du mal à nous projeter dans le futur et que nous avons toujours tendance à nous considérer comme l’évolution ultime de l’humanité ou bien comme les plus décadents (selon la perception de chacun).

Non. Nous ne sommes ni les plus décadents, ni la quintessence de l’humanité. En conséquence de quoi, il n’y aura pas de khalifa et le monde ne va pas disparaitre. Nous aurons des descendants. Il y aura des hommes justes, il y aura des pervers. Certains accéderont au paradis, les autres non. Mais tous seront jugés de la même manière que nous.

Pourtant, tout le monde ressent que nous visons un bouleversement. Quel est donc sa nature? Nous sommes au point de rupture, un changement de paradigme est en cours. Pouvons-nous comprendre les bases du paradigme futur?

C’est ce que je vais tenter de faire maintenant.

Il est évident que ce qui a bouleversé profondément le monde est le numérique. Il est fait souvent mention de révolution de l’internet.

Je serais donc tenté de nommer les périodes. Nous avons donc le monde antique, puis le monde mécanique et enfin le monde numérique. A chaque monde correspond un paradigme. Le monde mécanique est un monde monothéiste avec intermédiaires, c’est à dire que quelque soit la religion, des hommes se sont interposés entre Dieu et les hommes pour imprimer leur vision. L’accès « démocratique » aux livres saints, leur lecture, leur analyse, est un phénomène très récent. Internet a bouleversé tout cela. De nos jours, n’importe qui peut se lancer dans une critique poussée des religions. N’importe qui peut, même l’espace d’un court moment, enseigner à ses coreligionnaires. Tout cela aurait été impensable il y a seulement quelques dizaines d’années. Et c’est d’ailleurs toujours farouchement combattu par une grande partie des croyants.

Et il est vrai que la foi implique l’humilité. Nous sommes donc face à un paradoxe. Et je vais le résoudre simplement: tant de mensonges ont été introduits dans la religion, qu’il appartient à chacun de faire sa propre démarche intellectuelle pour démêler le vrai du faux. Les esprits éveillés ont bien compris qu’il n’était plus question de suivre un groupe en particulier. Certains diront qu’il existe un danger réel que chacun se fasse sa propre religion et que l’aspect communautaire soit gommé. Je répondrais que c’est déjà le cas: il y a autant de religions que de croyants. L’homme est un être social. Il n’y a donc aucune raison de craindre que le lien soit rompu. Le seul véritable danger n’est pas pour la population, mais pour tous ceux qui ont su profiter de ce rôle d’intermédiaire. Qu’ils soient religieux ou hommes de pouvoir.

Devons-nous crier victoire et imaginer que nos descendants n’auront plus à supporter cette domination?

Je vais vous décevoir, mais non. Non.

Cette domination va simplement changer de forme.

Pour comprendre ce changement de paradigme, il suffit d’observer le mouvement des taxis. En effet, les taxis, bien loin d’être des indépendants, sont en réalité asservis économiquement à des entreprises. Location de plaques, crédits, centralisation des appels. Pour exister il faut se soumettre aux patrons. En face, les cybers-taxis, une toute nouvelle forme d’économie liée au numérique. Une nouvelle forme d’asservissement. A long terme, il est évident que les taxis traditionnels vont disparaitre. Ce n’est qu’une question de temps. Dans d’autres domaines, la bascule vers le numérique s’est déjà opéré. Ce qui change c’est la taille des structures. De nationales ou européennes, nous sommes passés aux internationales.

Quoi que l’on fasse, ce fameux nouvel ordre mondial se concrétise.

Il n’y a cependant aucune raison de s’alarmer. Si il existe un ordre mondial de la domination, de l’asservissement, de l’abrutissement des masses, bref de tout ce qui terrorise celui qui veut le bien pour autrui, il existe également un ordre mondial du beau et du bien.

Sur internet, Dieu peut vous guider vers la Vérité. Il le peut et il peut vous égarer totalement.

Rien ne changera. Si vous lisez ces lignes, que vous les comprenez, que vous les faites votre, aucun hasard là dedans. Il veut votre bien.

Paul avait vu juste quand il parlait de circoncision du coeur. Mais il était bien trop en avance sur son temps. Disons qu’une partie des enseignements messianiques n’étaient destiné qu’à traverser le temps pour nous parvenir intacts. Ils ne pouvaient être compris pleinement jusqu’à maintenant. Il s’agit par exemple de la parabole des talents.

http://www.stephanpain.com/2015/03/03/la-parabole-des-talents/

https://www.facebook.com/notes/stephan-pain/la-parabole-des-talents/10153087179867645

La circoncision est liée au sexe, donc à la reproduction, donc à la succession. Le moteur de la transmission de la religion au travers du temps, fut, jusqu’ici, la famille. Le Coran insiste sur les liens du sang et l’importance de la famille et des parents. Un bon entourage familial est garant de bases solides pour la foi. Le revers de la médaille, c’est qu’au sein d’une famille opposée à la religion, la personne sera tout autant conditionnée mais dans l’autre sens. Jusqu’à présent, les religions étaient divisées plus ou moins géographiquement. Il y a un critère ethnique non négligeable. Comment accepter qu’un individu naissant dans un endroit en particulier puisse être tenu à l’écart de la vérité de Dieu? C’est impensable. Pourtant, si l’on se rend dans un lieu de culte, on ne peut que constater que les « convertis » sont l’exception.

Prétendre que les européens seraient prédestinés à être des mécréants tenus loin de l’Islam est une vision totalement pervertie de la religion. Cette idée de prédestination absolue est un fléau à combattre.

L’avenir ne peut s’envisager que dans la perspective où personne ne saurait être conditionné par sa naissance. Internet est l’outil idéal pour parvenir à cela. Un autre bout de peau est mobile dans le corps humain: les paupières. Les paupières cachent les yeux qui permettent de s’abreuver d’enseignements sur internet. Ainsi, de la circoncision du prépuce, nous passons à la circoncision des paupières. Du conditionnement familial, nous basculons à l’accès absolu au savoir. Allah n’a alors plus aucune entrave pour guider qui que ce soit.

Dieudonné a ébranlé les élites. Il a pointé là où cela faisait mal. Il a reçu un écho favorable auprès d’un grand nombre.

Il s’est crée alors une sorte de nébuleuse: la « dissidence ». Une seule issue semble possible aux yeux de tout ce monde: une révolution.

Pour la grande majorité, cette révolution peut se faire dans la paix, dans un travail de fond. Chacun luttant à sa manière pour contrer les « méchants ». Dieudonné est un homme du spectacle, aimé ou détesté, nul ne peut lui contester sa popularité, son talent et son esprit brillant. Il fait parti des grands de ce monde, de la même manière que Jean était le fils d’un grand prêtre du Temple, Zacharie, héritier de la famille de Jacob, la paix sur eux. Au fond, il fait parti de ces élites qui se placent entre Dieu et les hommes. Il a eu l’immense courage de les trahir, de se tourner réellement vers le peuple, et d’ainsi ouvrir la voie à d’autres.

Il n’y aura pas de révolution. Le pouvoir ne quittera pas les mains des méchants. Il n’y aura ni khalifa, ni fin du monde. La seule et unique volonté de Dieu est ce changement de paradigme.

Là est le véritable royaume céleste.

Paix sur vous.

Luc 17.20 Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit: Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.

17.21 On ne dira point: Il est ici, ou: Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

Laisser un commentaire