Les coudées franches

Les coudées franches

Les pyramides fascinent les hommes depuis des milliers d’années. De nombreuses théories ont été émises pour lever le mystère qui les enveloppe. Depuis quelques années, on a découvert que ces monuments étaient liés aux mathématiques et délivraient un message au monde. Vraisemblablement ce savoir était connu par des initiés et lié étroitement à la Révélation, depuis ses débuts jusqu’au Coran. Et que de tous les savoirs, celui-ci semble fournir les clefs du pouvoir ici-bas. Nous allons voir comment. Il est une chose essentielle à comprendre: les plus grands ennemis de Dieu ont toujours été ceux qui ont tenté de s’approprier sa Révélation. Et ce n’est non pas en pensant ou en s’affirmant lutter contre Lui, mais bien en étant intimement persuadé d’œuvrer à ses cotés. Je vous l’ai déjà dit: nous ne sommes jamais plus redoutable dans le mal qu’en étant persuadé de faire le bien. L’orgueil rend aveugle. Et personne n’est à l’abri. Ni vous, ni moi.
Dans cet article, je vais tâcher de faire une synthèse des données mathématiques afin de servir un propos spirituel. Mais comme parfois des dessins valent mieux que des mots, et qu’il faut bien fournir quelques explications, ce sera parfois un peu technique.

Coudée

Personne ne peut nier la précision des réalisations de l’Egypte antique, à la fois dans l’orientation spatiale, dans l’ajustement et dans la finition. Aucune donnée relative à tout cela ne nous est parvenu (papyrus, gravure, etc…) Il y a donc fort à parier que le savoir s’est transmis de manière orale. Nous sommes donc face à une tradition architecturale occulte (c’est à dire cachée au non-initié). Cela n’a rien d’extraordinaire en soi: de nombreuses confréries se sont transmis des savoirs protégés à différentes époques de l’humanité.
Je ne vais pas ici reprendre les différents calculs. Il est aisé de se perdre dans les nombres et de vouloir prouver tout et n’importe quoi. Il suffit juste de retenir que la pente de la pyramide exprime Pi de manière simple. Et que l’on peut en déduire Phi, le nombre d’or, également. Voici les dimensions en coudées:
 
 

 

Dimensions en coudées
La pente de la pyramide est de 22/28. Or, l’approximation antique de Pi était 22/7, soit la pente divisée par 4. Pi est un outil mathématique obligatoire en architecture. Les architectes égyptiens connaissaient donc Pi et avait choisi de matérialiser ce savoir dans la pyramide. Fantastique travail si l’on considère que le monument est demeuré de nombreux siècles le plus grand au monde, jusqu’à une époque où la connaissance de Pi était tombé dans le domaine public. Internet regorge de sites dédiés au sujet. Vous n’avez qu’à chercher.
Ce qui est beaucoup plus intéressant, c’est la valeur de la coudée royale. Si l’on prend un cercle de 1 mètre de diamètre et qu’on le divise en 6 morceaux, nous remarquons que la longueur de la partie de périmètre est égale à 0.5236 mètre, soit la longueur de la coudée royale telle qu’elle se déduit des mesures prises sur la pyramide.
 
Les dimensions de la chambre royale (c est la coudée) laissent peu de place à l’interprétation.

Autrement dit: c=Pi/6 ( la longueur d’un cercle est égale à 2*Pi*r, ici r=0.5m).

 

Avec le rayon égal à 1m, il faut diviser le périmètre en 12 pour retrouver la coudée
 
La canne des architectes
La coudée fait parti d’un ensemble d’unités de mesure, liées entre elles par le rapport Phi sur une canne d’architecte. La particularité de ce lien est qu’une mesure est égale à la somme des deux précédentes et qu’elle est égale à sa précédente multipliée par phi. Ainsi nous avons:
la paume = 34 lignes = 7,64 cm
la palme = 55 lignes = 12,36 cm = la paume*φ
l’empan = 89 lignes = 20,00 cm = la palme*φ = palme + paume
le pied = 144 lignes = 32,36 cm = l’empan*φ = empan + palme
la coudée = 233 lignes = 52,36 cm = le pied*φ = pied + empan
Avec φ = 1,618
De même, il existe un triangle rectangle qui contient toutes ces longueurs. Son périmètre total est égal à la coudée. On le dessine simplement avec les longueurs 10 et 20. Nous voyons encore ici le lien évident entre le mètre et la coudée.

En « dépliant » les différents cotés, nous obtenons simplement les différentes subdivisions de la coudée royale.
 
 
Enfin, une dernière figure géométrique, l’étoile à cinq branches, contient elle aussi les 5 longueurs, mais de manière moins évidente. Nous pouvons percevoir l’aspect occulte de cette connaissance, puisqu’elle nécessite une manipulation pour se révéler à partir d’un simple mètre pliant.
 

Si l’on dispose un mètre pliant (5 morceaux de 20 cm) en étoile à 5 branches puis que l’on déplie deux longueurs, la longueur obtenue est égale à la coudée royale.
 
La longueur de la coudée royale a varié au cours du temps. Cette longueur de 0.5236 est liée à cette pyramide en particulier. Si nous admettons que les égyptiens maitrisaient déjà l’outil mathématique Pi, nous devons également admettre qu’ils utilisaient donc le mètre puisque le mètre est proportionnel à la coudée grâce à Pi. C’est à ce moment là que les réalisateurs de “la révélation des pyramides” livrent leur interprétation personnelle. En effet, ils affirment que les égyptiens connaissaient le mètre. Cette affirmation n’a tout simplement aucun sens. Le mètre n’est pas une valeur absolue. C’est une longueur choisie arbitrairement afin d’harmoniser les constructions. Il faut donc comprendre ici, que les révolutionnaires français ont établi la longueur du mètre en 1791 en se basant sur la coudée de Khéops. Il est d’ailleurs amusant de lire sur Wikipédia que le mètre est le résultat de la mesure du méridien et de sa division par 2 millions. En effet, si l’on se rend sur la page qui traite du méridien terrestre, il est mentionné que celui-ci mesure 20 003,932 km. On se rend compte de la supercherie: la division ne tombe pas juste. La longueur du méridien a été mesurée bien après l’établissement de la longueur du mètre. Le mètre n’a donc aucun lien avec une valeur absolue liée à la terre.
Nous constatons donc que l’établissement du mètre en tant que valeur étalon du système international est basé sur la coudée royale de Khéops. Cela signifie que ceux qui ont voulu marquer le monde de leur empreinte, se proclament tout simplement comme les héritiers des architectes égyptiens. Mais ils ne le font qu’aux yeux des initiés. Certains historiens démontrent que la révolution française qui a mis fin à l’ancien régime a été fomentée au sein des loges maçonniques. D’ailleurs, certains maçons se trahissent en affirmant orgueilleusement qu’ils sont les dignes héritiers de ces architectes et que c’est l’architecte Imhotep qui est le véritable fondateur de la franc-maçonnerie. Pas de peuple merveilleux disparu, pas de technologie hallucinante, et encore moins de message transmis à notre génération quant à un cataclysme. Ce que nous apprenons ici, c’est que les franc-maçons modernes ont hérité de la longueur du mètre au bout de nombreux millénaires et ont choisi de marquer leur avènement sur le monde en rendant cette longueur publique. Ils ont rendu visible ce qui était caché. Un avènement. La dimension du mètre aurait un statut “divin”.
Seconde venue
Pour initier la révolution française, qui marque l’accession au pouvoir des loges au détriment de la noblesse, ce qui n’est autre, au final, qu’un coup d’état interne à la maçonnerie, il aura fallu un événement déclencheur. Et cet événement, c’est l’accomplissement de la deuxième venue. Comme nous sommes dans une perspective illuministe, la connaissance de cette deuxième venue est réservée aux initiés.
Un Messie aurait été reconnu par le passé? Tout à fait possible. Il se trouve que Adam Weishaupt est né à Ingolstadt (qui signifie: dans la ville de Gol) et il est mort à Gotha. De Gol à Gotha. Cela vous rappelle quelque chose? Golgotha signifie le lieu du crâne dans les Évangiles. Weishaupt est mort le 322ème jour de l’année. C’est donc pour célébrer cette mort que ses adeptes, les Skulls & Bones, arborent un crâne et le 322.
 
Tous les membres de la famille Bush ont été membres des Skulls & Bones. Le premier a fait fortune en commerçant avec l’Allemagne nazi et les deux autres ont été président des États nazis d’Amérique. Si l’on ajoute à cela que Weishaupt est né dans une famille juive, qu’il a mené de brillantes études chez les jésuites (l’élite catholique) et qu’il fonda l’ordre des Illuminatis, nous voilà en pleine théorie conspirationniste. Si nous décomposons le nom Weishaupt, nous obtenons: Weis haupt, blanche tête. Mais il y a une cerise sur le gâteau: ses initiales sont A et W, c’est à dire l’alpha et l’oméga que l’on retrouve sur le chrisme qui est le symbole du Christ à partir de Constantin. Allah est taquin.
Cana
Dans un article précédent, nous avons vu que ce sont les mêmes qui ont marqué de leur empreinte les Évangiles grâce à la canne. Les noces de Cana. Le bâton de prophète se transmute en canne selon l’alchimie illuministe. Éternelle revanche du bâton qu’avait lancé Moïse,paix sur lui, devant la cour de pharaon et qui avait signé la première victoire des gens du Livre. Ce fut ensuite le Messie, qui par sa venue, mis fin à la centralité du Temple et donc à l’hégémonie des Architectes. Il les achève par ces mots (lire cet article):
Mathieu 21:42 Jésus leur dit: N’avez-vous jamais lu dans les Écritures (Psaumes 118.22): La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle; C’est du Seigneur que cela est venu, Et c’est un prodige à nos yeux? 43 C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. 44 Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé.
Si les écrits d’Ézéchiel légitimant la place des Architectes sont une réponse cinglante à l’affront de Moïse, l’évangile de Jean est la réponse à l’attaque du Messie. Cet évangile est central dans la religion chrétienne moderne. Cette religion a donné naissance au Vatican. C’est ce même Vatican qui a fixé la date du calendrier. Ainsi, bien avant l’universalité du système métrique, c’est l’universalité de la date du jour qui s’est imposé au monde. Chacun peut juger de l’arbitraire de ce choix. Il est clair qu’à chaque fois qu’un groupe impose au monde une valeur universelle, vous pouvez être sur de ses mauvaises intentions. Il n’y a qu’à voir avec quelle force, les droits de l’homme sont imposés au monde. Dernier universalisme qui marque le triomphe des illuminés de la connaissance? Que nenni. Dieu, par l’intermédiaire du Messie, est en train de réduire leur travail de ces derniers millénaires à néant.

Axe royal

Mais revenons à la France. Et surtout à Paris. Paris et son fameux axe “royal”.
 

L’axe « royal ».
Rappelons au passage le surnom de la FM: l’art royal. Cet axe part d’une pyramide. Le mot concorde nous rappelle le concordat (En matière politico-religieuse, un concordat est un traité signé entre le Saint-Siège et un État particulier dans le but de définir les domaines respectifs et clarifier les relations entre l’Église catholique et les autorités civiles du pays signataire ). Ensuite l’arc de triomphe de l’Étoile, édifié par Napoléon (venu en “pèlerinage” au pied des pyramides). Et enfin, sur le parvis, l’Arche de l’ultime Alliance et son tabernacle de métal. Cet axe comporte une particularité majeur: son angle avec l’axe est-ouest. 26 degrés.
Une intuition. Voilà que j’ai superposé cet axe “royal” avec le triangle “d’or” de la coudée. (signalons au passage, qu’un quartier proche des Champs-Élysées se nomme le triangle d’or) Et puis ensuite, je suis venu y poser le schéma de la pyramide, et surtout la représentation de la grande galerie qui mène à la chambre royale. Voici le résultat:
 

Axe royal de Paris, grande galerie de Khéops, triangle de la coudée royale.
Avec un tel savoir, vous auriez été intronisé grand maître (sic) d’une loge au 19ème siècle. Ici, c’est gratuit. Pas de cérémonie d’intronisation, pas de culte du secret, nul besoin d’adhérer à quoi que ce soit et pas de cotisation. Mais je suis taquin.
A Paris, nous savions où nous étions. Jusqu’ici, rien de bien formidable. Une simple confirmation, somme toute. Ce qui va suivre est bien plus intéressant.
Polymères
Outre les dimensions de la pyramide, c’est son mode de construction qui pose le plus de questions. Il y a quelques années, le professeur Davidovits est venu avec une toute nouvelle explication: le moulage. Plutôt que de débiter, égaliser, polir, transporter et ajuster des blocs énormes, les architectes égyptiens auraient mis au point la formulation de la polymérisation de la pierre. Toutes ces opérations complexes n’auraient donc existé que pour certaines pierres et non pour la grande majorité de l’édifice. Un verset du Coran vient appuyer cette théorie:
28.38.Et Pharaon dit : « Ô notables, je ne connais pas de divinité pour vous, autre que moi. Haman, allume-moi du feu sur l’argile puis construis-moi une tour peut-être alors monterai-je jusqu’au Dieu de Moïse. Je pense plutôt qu’il est du nombre des menteurs ».
Le processus de polymérisation nécessite une importante source de chaleur. Ici le mot tour désigne un édifice en hauteur. Cela pourrait très bien être une pyramide. Notons une supposition du docteur Bucaille autour du nom Haman. Ce verset n’est pas sans nous rappeler l’épisode de la construction de la tour de Babel comme défi à Dieu.
Mais Davidovits va plus loin. Il prétend, en effet, que l’architecte Amenhotep serait en réalité Joseph (Youssouf, paix sur lui). L’histoire de sa capture et de sa mise en esclavage serait en réalité une mise en scène pour cacher la vraie raison de sa place au sein de l’Egypte: sa connaissance en polymérisation. Ce savoir ancien mis au point par Imhotep aurait été perdu. Seul Joseph aurait été capable de le retrouver. Il aurait donc redonné au pays sa gloire passée. Le scientifique fait donc passer les Patriarches pour les détenteurs d’un savoir. La piété est mis au second plan. Il s’agit là d’une version vraiment illuministe de la Révélation. Il y a fort à parier que l’Ordre a développé des thèses similaires et les a transmises au cours du temps. Un ordre occulte et multiforme persuadé d’œuvrer pour le bien de l’humanité dans l’ombre.
Ainsi, chaque histoire de prophète peut être interprétée selon ce prisme. A chacun ses particularités, à chacun les connaissances qu’il apporte. Il n’est pas besoin de mener une enquête poussée et de vouloir tout décortiquer, tout comprendre. Il est juste essentiel de s’imprégner de cette vision de la Révélation, sa philosophie et de ressentir là où elle a pu exercer son emprise sur les textes du Livre, ou tout du moins leur interprétation ( ou les textes complémentaires comme les midrashs ou les hadiths).
Le croissant et l’étoile
L’Islam moderne est symbolisé par le croissant et l’étoile. Comme je me plais à le répéter si souvent, le symbolisme pictural n’est pas divin. Alors que je m’éveillais à la foi, il y a de cela bientôt 5 ans, je comprenais que ce symbole cachait quelque chose. Mon intuition me dirigeait vers la géographie. J’ai réalisé ce dessin pour marquer les esprits:
 

Le Grand Israël est un projet sioniste. Le véritable projet divin d’expansion de la foi est purement céleste et ne s’embarrasse pas de frontières.
Mais, il y a 5 ans, si j’avais placé naturellement l’étoile sur la Mecque, j’étais bien incapable de fournir une explication. Le croissant fertile m’avait sauté aux yeux. Il m’a fallu tout ce temps pour comprendre le reste.
Première chose à savoir: l’emplacement de la Kaaba. La Kaaba est située à 21°25’21” de latitude nord. Soit à un angle de 21.4225 degré avec l’équateur. Soit 111.4225° avec le pôle sud. Or, si nous multiplions cette valeur par 1.618, soit Phi, le nombre d’or, nous obtenons environ 180°, soit l’angle entre les pôles. L’angle avec le pôle nord est donc de 68.58°. Multiplié par Phi, cela donne environ 111°.
La Kaaba a pu donc être située, avec les capacités anciennes de mesure, au point d’or du méridien qui y passe. Cette particularité fut transmise de manière occulte depuis un long moment, jusqu’à ce que les outils numériques modernes permettent à n’importe qui de se rendre compte qu’il ne s’agit que d’une approximation (au même titre que la mesure du méridien qui aurait donné le mètre il y a de cela un peu plus de 200 ans). A l’heure actuelle, ce genre de “preuves scientifiques” sert le propos de vidéos de concordistes musulmans.
Imaginons que les illuministes aient fait de Moïse, paix sur lui, celui qui avait amené la canne comme outil de compréhension, fait de Jésus un nouvel arbre de la connaissance, ils ont certainement fait de Muhammad, paix sur lui, un détenteur d’un savoir et le pont entre le ciel et la terre.
Nous discernons alors comment ce nombre d’or lié à la situation géographique de la Kaaba a pu donner naissance à une symbolique “divine” de l’étoile qui est une matérialisation géométrique de celui-ci et comment le chiffre 5 a pu s’imposer de la sorte au sein de l’Islam illuminé. Les 5 prières, les 5 piliers, les 5 pointes de l’étoile.
Il aura pour cela fallu tordre le Coran pour lui faire dire ce qu’il ne dit pas et y ajouter des textes pour justifier ce misérable symbolisme.
D’ailleurs, mon petit doigt me dit que ce fameux commandement dans la Torah sur la représentation a plus à voir avec le symbolisme et les symboles qu’avec le dessin illustratif et les statues. Mais ce n’est qu’une interprétation.
Au final que retenir de tout ceci: Fuyez le symbolisme. Ayez un rapport avec Dieu le plus simple possible. En effet, les prières, au nombre de trois, sont réparti simplement en fonction de la course du soleil: coucher, lever et zénith comme il est écrit dans le Coran quand on accepte de le lire honnêtement. Attachez-vous au fond et non à la forme dans la prière.
Et surtout, oubliez cet article et ces informations. Cela n’a strictement aucun intérêt.
 
Une dernière chose parce que je suis taquin et, qu’au fond, le bal des quenelles ne fait que commencer. En langage gadz’art, on retrouve le nombre d’or en très bonne place. En effet, accolé au fameux ‘s qui se dédouble dans ce cas précis (ne me demandez pas pourquoi), il donne phi’ss (φ ‘ss), qui signifie “moi”. Généralement, les gadz’arts réagissent bruyamment quand ils entendent leur numéro de famille. Cela donne le son “Foooïs”. Sinon, ils se contentent modestement d’un simple “c’est le phi’s”. (phi’s laro signifie “moi aussi”, mais ne me demandez pas pourquoi)
 

Parce que je n’ai pas eu accès aux connaissances géométriques, je n’ai eu droit qu’à l’équerre et pas au compas.
Comme vous le savez, j’ai été baptisé gadz’art de la famille 26. Si bien qu’à l’évocation de l’angle royal des Parisiens, je dois alors écrire: C’est le fils.
Paix sur les âmes de bonne volonté.
 

 

Petite manip conscrite cra zal’oeil poür les voüfs. Ebid’s!
 
Notes: De la pierre brute à la pierre lisse Dans les temples maçons se trouvent deux pierres, l’une brute, l’autre lisse. Elles symbolisent le travail spirituel du maçon sur lui-même pour passer d’un état primitif à un état abouti. Nous savons que Dieu ordonne à Israël que l’autel du Temple soit en pierre brute. De l’autre, la Kaaba est un cube lisse et noir. La question est: Dieu a-t-il voulu égarer les illuministes en les faisant fantasmer sur la forme de la Kaaba, ou bien ce sont ceux-là qui lui ont donné cette forme? L’oeuf ou la poule.
153 Nous avons vu que l’évangile de Jean est un pur produit de la pensée illuministe. Dans le dernier chapitre, nous y lisons le miracle des 153 poissons (Jean 21.11). Or la somme des nombres de 1 à 17 est égale à: Σ(i=1, i=17) i = 1+2+3+4+5+6+7+8+9+10+11+12+13+14+15+16+17= 153
L’édifice: site bibliothèque pour la F.M. nous apprend que les 17 premiers degrés sont ceux de l’initiation. Puis vient la résurrection et le passage au 18ème degré où le maçon passe maître et devient un véritable maçon. Lire le paragraphe 2. Quelques extraits:
La F\M. garde le secret de la « résurrection mystique »(…) Ces 17 degrés préparent l’individu pour le quatrième ou fondamental degré pris par le M\ M qui ne peut le prendre que lorsqu’Il est en possession du véritable mot perdu.
153 est le nombre triangulaire de 17: La formule mathématique pour calculer le nombre triangulaire de l’entier n est : n(n+1)/2. Pour 17 : 17×18/2, soit 153.
Mais 153, c’est aussi la somme des factoriels (factoriels que l’on retrouve dans la numérotation des familles gadzariques, la famille 24 n’existe pas: il s’agit de la famille 4!) de 1 à 5: 1!+2!+3!+4!+5!=1+2+6+24+120=153 Le factoriel est le résultat de la multiplication du nombre mis en factoriel par le factoriel du nombre précédent. Exemple: 5!= 5*4!=120. Ce qui évoque la philosophie propre au nombre d’or puisque grâce à celui-ci, l’on peut produire des suites particulières comme on l’a vu plus haut.
Le 153 de l’évangile de Jean est un message destiné aux initiés de la présence des nombres “sacrés” 5 et 17. Je vous salue Marie est récité 153 fois dans un rosaire au fil des Ave Maria. (récitation répétitive qui nous rappelle le fameux “dhikr” islamique où l’on a substitué le rappel basé sur la réflexion à la répétition vide de sens)
Nombres que l’on retrouve de manière plus évidentes dans l’Islam puisqu’ils sont respectivement le nombre de prières et de cycles de prosternations obligatoires (17 rakats répartis en 5 prières). Nous comprenons alors la raison profonde du nombre étrange de rakats dans la prière de maghrib.

Laisser un commentaire