vendredi 1 mars 2024

Ya Fatima, Ya Hussein

19 juin 2014, 21:32

Pendant un moment, sur Fb, j’avais réussi, par la grâce d’Allah, a infiltrer un groupe de discussion dit « djihadiste ». J’assistais, impuissant, à des conversations qui me mettaient parfois hors de moi.  Le pire étant atteint, lorsque ceux-ci exposaient leur délectation à la vue de cadavres. Je n’ai pas eu droit aux photos qu’ils s’envoyaient par messages privés, fort heureusement. Les descriptions suffisaient largement pour se faire une idée de la soif d’horreur qu’ont ces gens. J’étais bien conscient que je n’aurais droit qu’à une seule mise en garde. J’ai donc attendu de bien avoir analysé le groupe pour intervenir de manière virulente. J’ai ensuite été écarté. Toutefois, il y avait parmi eux, un homme, armé de courage, qui tentait de tempérer leurs ardeurs. Grâce lui en soit rendu. Son effet semblait particulièrement limitée malgré sa proximité affective. J’ai donc choisi le procédé de l’électrochoc à l’aide d’un texte long et de références fournies, sur un ton très accusateur.

Les médias mainstream couvrent largement le sujet pour dénigrer l’Islam, je ne vais donc pas m’étendre. Toutefois, j’ai conservé une publication de l’un d’eux qui était la tête pensante du groupe. Celui-ci est très bien informé de ce qui se passe sur le terrain par un lien direct avec des combattants. Cet homme réalisait  des vidéos publiques de commentaires de l’actualité ou du débat sociétal dans une atmosphère beaucoup plus plaisante et pacifique.

Tragique malentendu au Châm.

Un frère gravement blessé en territoire ennemi à vu arriver des combattants vers lui…. Croyant que c’était des Chiites, il à prononcer certaines paroles pour se protéger… »Ya Fatima, Ya Hussein…… » Malheureusement, les combattants étaient des gens de EIIL… En entendant ça, ils ont achevé le frère (Qu’ils ne connaissaient pas, car appartenant à Ahrar Al Sham). Pour éviter ça, il faudrait peut être soigner les blessés, avant de faire une enquête pour savoir de qui il s’agit….. Je sais que c’est facile à dire de loin…. Triste, mais c’est le destin.

Le combattant sunnite, en dernier ressort, a donc « trahi sa foi » et en est mort. Ses « coreligionnaires », ne valant guère mieux que lui, ont donc assassiné un musulman qu’ils ne peuvent considérer comme mécréant selon leur critère et de surcroît un djihadiste, ce qui est, encore une fois selon leur critère, la faute la plus impardonnable qu’un croyant puisse faire. Croyez-vous que cette histoire leur ait servi de leçon? 

Ils se sont contenté de déplorer la fatalité dans la discussion qui a suivi. Ils ne se rendent pas compte du signe fort qu’Allah leur a  envoyé à l’encontre de leurs frères en religion que sont les chiites.

Chacun est rétribué selon ses œuvres.