lundi 4 décembre 2023

‘Amram

La Bible des pierres

samedi 23 décembre 2017
Dernières modifications le 23 mars 2023·15 minutes de lecture
Dans le Coran, une place particulière est accordée à la famille de ’Imran. Si j’écris ainsi, c’est tout simplement parce que le ayn en début de mot est une consonne mais disparaît en français. L’hébreu moderne a fait lui aussi disparaître le ayn. L’arabe le conserve. Pour la suite, je vais donc noter ‘Imran. La famille de ‘Imran est une famille bénie et qui est au cœur de la Révélation. Elle se situe dans le prolongement de la lignée des Patriarches. ‘Imran est un descendant de Levi, l’un des 12 fils de Jacob/Israël.
Dans la Bible, l’accent est mis sur la lignée fondatrice des Patriarches. Mais si Moise et Aaron, paix sur eux, sont fils de ‘Amram et qu’une lignée sacerdotale est issue d’eux, elle n’a pas de place particulière dans les écrits relatant la période située après l’installation en Canaan. Les écrits bibliques, au contraire, tournent autour de la lignée davidique. David, paix sur lui, est quant à lui, fils de Juda. Les Juifs, donc descendants de Juda, attendent la venue d’un Messie, c’est à dire d’un roi oint d’ascendance davidique. Il est donc clair que la famille de ‘Amram et celle de David sont distinctes.
Dans les évangiles, le Messie, en la personne de Yehoshouah ben Yossef, est présenté comme descendant de David. Pour appuyer cette idée, deux généalogies différentes sont proposées, mais qui sont toutes les deux davidiques. De plus, il est dit que la Nativité a lieu à Bethléem, lieu de naissance de David et lieu d’accomplissement d’une supposée prophétie messianique de Michée. Apparemment donc, les évangiles confirment la Bible judéenne et non le Coran.
Des détracteurs du Coran ont fait valoir de grossières erreurs dans l’ascendance de Marie, paix sur elle. Le Coran affirme que Marie et la mère de Jean le baptiste appartiennent à la famille de ‘Imran puisqu’elles sont descendantes d’Aaron. Zacharie, le père de Jean, est grand prêtre. Les évangiles et le Coran sont en accord sur ce point. Il est au service du Temple lorsque il a une révélation divine concernant la naissance de son fils.
Il est essentiel de connaitre la répartition territoriale initiale des tribus d’Israël. Chaque tribu s’est vu attribuer une partie de la Terre Promise. Toute sauf une, la tribu des lévites. Les lévites, de par leur fonction sacerdotale, n’ont pas de territoire défini. Ils sont donc partout. Si bien que lorsque Juda et Samarie se séparent, nous trouvons des lévites des deux cotés. Ainsi, que le Coran affirme que le Messie soit lévite plutôt que de Juda, ne perturbe pas la théologie. De toute façon, les savants musulmans n’accordent pas énormément d’importance à ces détails. Que le Messie soit fils de Juda ou de Levi, après tout, quelle différence? A l’heure actuelle, les tribus d’Israël ont disparu. Ils ne restent plus que les Juifs. Ainsi un lévite sera donc automatiquement considéré comme juif. Il n’y a aucune trace de son royaume d’origine.
A présent que toutes ces précisions ont été faites, poursuivons. Nous constatons donc des contradictions entre les écritures qui paraissent secondaires. Nous allons voir qu’il n’en est rien.

Racine ‘mr

Pour commencer, intéressons-nous à l’étymologie du mot ‘Amram. Le sens classique décompose en deux mots: ‘am et room. ‘Am signifie peuple et room est le verbe élever. Cela donne le peuple élevé. A première vue, dans le sens de “l’élection” divine, la Bible conforterait l’idée d’une lignée spéciale aux yeux de Dieu. En arabe, ‘Imran ne peut se décomposer de la même manière. La racine ‘AMR renvoie à la notion de vie et au verbe résider. ‘Imran n’est généralement pas traduit et est pris comme transposition de l’hébreu. Le mot ne semble pas lié aux mots basés sur la racine ‘AMR du Coran. Pourtant si l’on cherche, on trouve un mot approchant: ‘umrah. Aucune étymologie n’est donné pour ce nom propre qui semblerait une nouveauté coranique. A la ‘umrah est lié le Hajj. De la même manière, Hajj semble être un simple nom propre. La racine HJJ signifie argumenter, ce qui n’a pas de rapport. C’est qu’en réalité, le mot Hajj vient de l’hébreu. Le Ha arabe est équivalent au Het hébreu. Tandis que le djim est équivalent au guimel. Hajj vient donc de Hag. Et Hag, dans la Bible, signifie fête, dans le sens d’une fête rituelle en l’honneur de l’Éternel, ordonnée dans la Torah. La Hag des pains sans levain est la Pâque. C’est au cours de la Pâque, que les croyants se rendent au Temple. Ils effectuent alors un pèlerinage. Cela confirme l’origine hébraïque du mot Hajj du Coran. C’est donc tout naturellement que l’on imagine que le mot ‘Umrah pourrait être de la même origine car ces deux pratiques seraient des héritages de la tradition d’Abraham, paix sur lui. Toutefois, dans le verset 2.158, un verbe est construit sur sa base: i’tamara, qui signifie effectuer la ‘Umrah. Ainsi que 52.4: al bayt al ma’mour: la maison de l’endroit où on (???). (le préfixe ma indique un endroit, comme le ma de masjid) Le mot est traduit selon la racine arabe par fréquenté. Cela donne: Par la maison fréquentée. Il est donc question d’un temple, sans plus de précision. Mais fréquenté me semble abusif, car ailleurs dans le Coran, la racine fait référence à une installation dans la durée dans un lieu de vie. Un temple n’est pas un lieu de résidence. Nous pourrions être tenté par le mot vie, d’autant plus que sur internet, on peut trouver le sens de “vie” à la racine hébraïque. Mais dans le Coran, sachant que Jean/Yahya, paix sur lui, appartient à la famille de ‘Imran, nous apprenons que personne dans sa lignée n’a eu de nom similaire à Yahya (S19v7), en écho avec l’annonciation dans l’évangile de Luc. Ce nom est basé sur le mot vie. On peut le traduire par “il vivra” ou “il prête vie”, en lien avec sa naissance d’une femme âgée et stérile. (à noter l’utilisation unique dans le Coran dans S19v13 du mot hanan en référence au prénom hébreu Yohanan) La signification de ‘Imran n’est donc pas à chercher dans l’arabe. Le sens est donc à trouver dans l’hébreu.
Nous voici de nouveau avec le mot ‘Amram. Mais, nous n’allons pas le couper en deux pour trouver son sens. Nous allons simplement enlever sa terminaison en M. Nous voici avec la racine ‘AMR en hébreu. Nous sommes alors renvoyé vers le mot ‘amar: esclave. Ainsi, la famille de ‘Amram ne serait pas un peuple élevé, mais la famille des esclaves d’Allah. Ce qui s’accorde avec certains versets sur les prophètes. On pourrait argumenter que parce qu’ils sont les esclaves d’Allah, les prophètes ont été élevés. Certes. Mais le but à atteindre n’est pas l’élévation, mais bien la soumission. C’est une opposition radicale de philosophie. Et que sont des prêtres attachés au service du Temple par la naissance, sinon des esclaves de Dieu? La ‘Umrah désignerait ainsi l’acte pour les croyants de se rapprocher physiquement des esclaves de Dieu pour s’inspirer d’eux. Ils viennent donc au Temple en dehors des périodes de fêtes pour réaffirmer leur volonté de se rapprocher du statut d’esclaves.
Très bien, pourrait-on dire. Mais à quoi peut donc bien servir tout cela? Eh bien il se trouve que depuis très longtemps, la question de la Galilée me perturbe. Elle nous est présentée comme juive et liée à la Judée antique. Entre la Galilée et la Judée, nous avons les ennemis des croyants, à savoir les Samaritains, dans les Évangiles. C’est qu’en réalité, il y a une réelle volonté de confusion. En effet, Hérode, qui est mort en -4, était roi de toute la région. A sa mort, les romains la séparèrent entre ses 3 fils. L’ainé reçut ce qu’on appelle communément la Judée. Le deuxième, la Galilée. L’ennui, c’est que la Judée romaine n’est pas la Judée antique. La Judée romaine inclue la Judée antique, ainsi que la partie sud de la Samarie. Les romains n’ont que faire des querelles théologiques entre Juifs et Samaritains. Ils ont découpés la région suivant d’autres critères, comme le font tous les empires. La Galilée est en réalité, la partie nord de la Samarie. D’ailleurs, il est rapporté que les judéens déconsidèrent les galiléens. La réalité, c’est que tout ceci est une négation de la réalité historique. Les judéens, au premier siècle, considéraient les galiléens comme des Samaritains. Ce n’est que parce que la période messianique est advenue que la Galilée est devenu juive. Le Messie devenait juif. Que l’on devienne son disciple ou non. D’ailleurs n’avez-vous pas remarqué que bien que se désavouant de lui, les Juifs modernes tiennent toujours à affirmer la judéité de Jésus? “Il est des nôtres, disent-ils, il est juif!”
Comment trancher sur la question? Jésus est-il Juif ou Samaritain? Jésus considère-t-il le Temple de Jérusalem ou celui du mont Garizim? Jérusalem est-elle maudite ou bien Sichem? Car oui, c’est bien de cela dont il est question.
Si nous lisons l’histoire officielle des deux royautés, à Jérusalem et en Samarie, une chose saute aux yeux: la royauté a été étonnamment stable à Jérusalem, chaque roi fut descendant de son père, sauf quelques rares exceptions. Tandis qu’en Samarie, ce ne fut qu’une longue suite d’assassinats, de coups d’état, de profanation et d’idolâtrie. L’opposition parait beaucoup trop caricaturale pour être vraie. La Bible des pierres nous raconte une autre histoire. La Bible de pierres ne ment pas. Dans les premiers temps de la séparation de Juda et Samarie, c’est Samarie qui rayonnait. Une dynastie régnait alors sur le pays: la dynastie des Omrides. Voir ceci.
https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Donn%C3%A9es_arch%C3%A9ologiques_sur_Omri_et_les_Omrides&redirect=no
Extraits:
“La première trace archéologique de l’existence d’un état centralisé est constituée par le royaume d’Israël, que fonde le Roi Omri. Ce sont les royaumes voisins, Aram, Moab et Assyrie, qui nous fournissent des sources historiques par leurs archives et par trois stèles :
la
stèle de Tel Dan, https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_Tel_Dan
la
stèle de Mésha, https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_Mesha
et l’
Obélisque noir
. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ob%C3%A9lisque_noir
La
stèle de Tel Dan mentionne qu’Achab est roi d’Israël.
La
stèle de Mésha mentionne qu’Omri et Achab ont tous deux régné.
L’
Obélisque noir nous prouve que l’armée d’Achab figure parmi les plus puissantes de la région.
Enfin, les archives assyriennes, en mentionnant la maison d’Omri, attestent que c’est effectivement le roi Omri qui fonde la dynastie. On sait ainsi, par l’archéologie
 et indépendamment du récit biblique, qu’Omri fonde la ville de Samarie, sa capitale, que son fils Achab lui succède et que la dynastie des Omrides règne de -884 à -842.”
Beaucoup d’approximation sur cette page.

‘Omri

Décidément, le français et l’hébreu moderne gomme toutes les subtilités des langues sémitiques. Car en réalité, Omri est sur la racine ‘AMR est devrait être écrit ainsi: ‘Omri.
La dynastie des ‘Omrides qui régnait en Samarie était de la lignée des esclaves d’Allah. Il est fort probable qu’elle se soit poursuivie au delà de ce qui est rapportée. En effet, l’Obélisque noire rapporte que Jéhu était descendant de ‘Omri. Nous ne sommes jamais mieux servi que par les ennemis des croyants pour connaitre la vérité. La famille de Jéhu et celle de ‘Omri serait donc les mêmes.

Obélisque noir

Détails de l’obélisque:

Yehu se prosterne devant Shalmaneser III
Ia-ú-a mar Hu-um-ri-i : « Yehu, fils d’Omri ».
Yahua est le nom de roi qui se rapproche le plus de l’inscription dans l’intervalle du règne du roi assyrien. Les ‘omrides officiels sont Ahab, Ahaziah, Joram, and Athaliah. Ses descendants: Jehoahaz, Jehoash.

J’ai reçu l’hommage de Iaua (Jéhu) fils de  Omri : de l’argent, de l’or, un bol en or, un vase en or à fond pointu, des gobelets en or, des seaux en or, de l’étain, un bâton pour un roi [et] des lances.

Stèle de Tel Dan

Sur la stèle de Tel Dan, on peut lire:

1. […………………]…….[…………………….] et coupa/coupé […………………….]
2. [………] mon père partit vers [………………..c]ombattant à/contre Ab[….]
3. Et mon père succomba; il alla vers ses [pères]. Et le roi d’I[s-]
4. raël pénétra dans la terre de mon père[. Et] Hadad me fit moi-même roi.
5. Et Hadad alla devant moi[, et] je partis de ………..[……………..]
6. de mes rois. Et je tuai deux ro[is] [puis]sants, qui avaient sous leurs ordres deux mil[le cha-]
7. riots et deux mille cavaliers. [Je tuai Yo]ram fils d'[Ahab]
8. roi d’Israël, et je tuai [A’haz]yahou fils de [Yoram r]oi
9. de la Maison de David.
10. leur pays …[………………………………………………………………..]
11. autre …[……………………………………………………….. et Yehu ré-]
12. gnait sur Is[raël………………………………………………………………….]
13. siège sur [………………………………….]

Où l’on apprend donc que c’est Hazael, auteur de la stèle, qui tue Yoram et non Yéhu selon les prophéties d’Elisée de 2Rois 8:7-15 . Yéhu est donc bien le fils de Yoram et lui succède. La totalité du chapitre 2 Roi 9 semble corrompue. Elle se résume au fait que Yéhu est oint par Elisée ou un de ses disciples après la mort de Yoram suite à la bataille.
Le Ahab en crochet n’est que pure spéculation de la part des spécialistes puisque il n’y a aucune lettre. Nous savons qu’il est  roi ou fils de roi d’Israël. Dans la Bible, on nous présente un Yoram qui règne au même moment en Judah. Il y a de fortes raisons de penser qu’il s’agit du même homme.
La stèle continue et nous dit que [A’haz]yahou est fils d’un roi de la maison de David. Il s’agit de celui que l’on nomme Ochozias en français. Lui aussi apparaît dans les deux chronologies mais avec une variante: celui d’Israël serait frère de Yoram. Cela semble compatible avec la stèle. Deux frères tués au   même moment en -841.
Yéhu est cité ensuite. Nous avons vu sur l’obélisque qu’il est de la maison d’Omri.
Ahab signifie frère du père.

Stèle de Mésha

Sur la stèle de Mésha, on peut lire:

Omri s’était emparé du pays de Madaba et (Israël) y demeura pendant son règne et une partie du règne de ses fils, à savoir quarante ans

Il n’est pas fait mention du nom du fils d’Omri.

Lamassus du palais de Sargon II de Dur-Sharrukin

La chaîne de vidéos internet Arkeos, qui est spécialiste dans la connexion entre l’archéologie et la Bible, nous rapporte l’inscription au pied d’une statue du palais de Sargon II qui est cité ici dans Esaie 20:

20.1 L’année où Tharthan, envoyé par Sargon, roi d’Assyrie, vint assiéger Asdod et s’en empara,
Son palais a été mis à jour lors de fouilles au 19ème siècle:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dur-Sharrukin
Voici des extraits de  l’inscription:
Palais de sargon, grand roi, roi puissant…
Il sanctionna les lois de Balmit, en présence des sacrifices offerts à Oannès et à Dagon…
Il déclara la guerre à l’Arménie
Il fit esclaves les princes de circeium, de Hamath, de la Commagène, de la ville d’Ashdod…
Il foudroya Samarie et toute la maison d’Omri
 Si l’ennemi d’alors mentionne la maison d’Omri, c’est qu’il s’agit bien de la dynastie au pouvoir. L’histoire égyptienne nous enseigne que lorsque les dynasties sont interrompues, les nouveaux souverains s’emploient à effacer le souvenir de leurs prédécesseurs et à fonder de nouvelles dynasties. Il est donc fort peu probable que des prétendus usurpateurs du pouvoir se soient présenté comme descendants légitimes de la maison d’Omri au regard des couronnes étrangères. Il faut raisonner dans le contexte de l’époque et bien comprendre que personne ne voyait un intérêt à légitimer la continuité d’une dynastie aux yeux de l’histoire.
Sargon II est donc bien le roi qui mis fin à la dynastie d’Omri et à Samarie  définitivement en -722 après que son père, Salmanasar, mentionné dans 2Rois 18, pris la ville après un très long siège.
 « Avec l’assurance d’Aššur, qui me fait toujours atteindre mon but, je combattis contre eux […] J’emmenai 27 290 de leurs habitants, ainsi que 50 chars pris pour ma troupe royale […] Je modifiai Samarie et la rendit plus grande qu’auparavant. Des gens venus de terres que j’avais conquises y furent installés sur mon ordre, je fis de l’un de mes eunuques leur gouverneur, et je leur imposai le tribut et l’impôt comme aux Assyriens.  »

Chronologie (En travaux)

Sur cette base, établissons une nouvelle chronologie pour la maison d’Omri:

Asa(אָסָא (ʾĀsāʾ) ________________________: –911 -870
Achab (hébreu : אַחְאָב), fils d’Omri, entre -874 et -853

Omri, ( )( )_________________________:  -885 -874
Josaphatיְהוֹשָׁפָט (Yehôshāphāt) : « Dieu a jugé »___: -870 -848.
Joram ( יְהוֹרָם (Yehôrām)____________________ : – 848 -841
Ochozias ou Achazia, אֲחַזְיָהוּ (ʾĂḥazyāhû)________ : -841 frère de Joram
Jéhuיהוא (Yéhu)) __________________________: -841 -814 fils de Achazia
Joachazיהואחז) Yahuachaz____________________: -814 -798 fils de Jéhu

La période Saul/David/Salomon s’étend de -1050 à -931. La dynastie ‘Omride de -884 à -722. Il convient donc d’être très critique à l’égard du récit de la Bible juive sur la question de la filiation du pouvoir.
Il semble probable que ce sont les descendants de cette lignée légitime au trône qu’Hérode cherchait à faire disparaître. Les rois ‘Omrides étaient de la famille de ‘Imran. Samarie était le véritable Israël. Sichem, la ville du Temple des esclaves du Créateur. Garizim, le mont du Temple. Le Messie, un Lévite Samaritain. Jérusalem n’était que le palais.

Je ne jure pas par cette cité.
La ouqsimou bi hadha l balad.

Notes:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Asa_(Juda)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Omri
https://fr.wikipedia.org/wiki/Achab_(roi)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Josaphat_(Juda)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joram_(roi_d%27Isra%C3%ABl)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joram_(roi_de_Juda)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ochozias_(Isra%C3%ABl)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ochozias_(Juda)
https://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9huhttps://en.wikipedia.org/wiki/Kurkh_Monoliths
.
.
.
.
.
.
.
.
Voici une copie de la page:
https://stringfixer.com/fr/Sargon_II_of_Assyria

Sargon II

Sargon II ( cunéiforme néo-assyrien : Šarru-kīn , [2] [3] signifiant probablement « le roi fidèle » [3] ou « le roi légitime ») [4] était le roi de l’ empire néo-assyrien de la chute de son prédécesseur Shalmaneser V en 722 avant JC à sa mort au combat en 705 avant JC. Bien que Sargon ait prétendu être le fils du précédent roi Tiglath-Pileser III ( r .  745-727 av. J.-C.), cela est incertain et il a probablement gagné le trône en l’usurpant à Shalmaneser V. Sargon est reconnu comme l’un des néo les plus importants -Rois assyriens en raison de son rôle dans la fondation de la dynastie SargonideSargon en néo-assyrien2.png, qui régnera sur l’empire néo-assyrien jusqu’à sa chute moins d’un siècle après la mort de Sargon.

Le roi a probablement pris le nom de Sargon du souverain légendaire Sargon d’Akkad , qui avait fondé l’ empire akkadien et régné sur la majeure partie de la Mésopotamie près de deux mille ans auparavant. À travers ses campagnes militaires visant la conquête du monde, Sargon II aspirait à suivre les traces de son ancien homonyme. Sargon a cherché à projeter une image de piété, de justice, d’énergie, d’intelligence et de force et reste reconnu comme un grand conquérant et tacticien en raison de ses nombreuses réalisations militaires.

Ses plus grandes campagnes furent sa guerre de 714 avant JC contre Urartu , le voisin du nord de l’ Assyrie , et sa reconquête de 710-709 avant JC de Babylone , qui avait réussi à se rétablir en tant que royaume indépendant à la mort de Shalmaneser V. Dans la guerre contre Urartu, Sargon a contourné la série de fortifications urartiennes le long de la frontière des deux royaumes en marchant autour d’eux le long d’une route plus longue et il a réussi à saisir et à piller la ville la plus sainte d’Urartu, Musasir . Dans la campagne babylonienne, Sargon a également attaqué depuis un front inattendu, marchant d’abord le long du Tigre , puis attaquant le royaume par le sud-est plutôt que par le nord.

De 713 avant JC à la fin de son règne, Sargon a supervisé la construction d’une nouvelle ville qu’il avait l’intention de servir de capitale de l’empire assyrien, Dur-Sharrukin (signifiant «forteresse de Sargon»). Après la conquête babylonienne, il a résidé à Babylone pendant trois ans, avec son prince héritier et héritier Sennachérib servant de régent en Assyrie, mais il a déménagé à Dur-Sharrukin à la fin de son achèvement en 706 av. La mort de Sargon en campagne à Tabal en 705 avant JC et la perte de son corps par l’ennemi ont été considérées par les Assyriens comme un mauvais présage et Sennachérib a immédiatement abandonné Dur-Sharrukin en devenant roi, déplaçant la capitale vers la ville de Ninive .

Arrière-plan

Situation politique en Assyrie

Bas-relief de Nimrud représentant le père supposé de Sargon II, Tiglath-Pileser III, debout au-dessus d’un ennemi vaincu. Exposé au British Museum .

Le règne de Sargon fut immédiatement précédé par les règnes des deux rois Tiglath-Pileser III ( r .  745–727 av. JC) et Shalmaneser V ( r .  727–722 av. JC). La nature de l’ascension de Tiglath-Pileser au trône d’Assyrie en 745 avant JC n’est pas claire et contestée. [5] Plusieurs éléments de preuve, y compris qu’il y avait une révolte à Nimrud , la capitale de l’Empire assyrien, en 746/745 avant JC, [5] [6] que d’anciennes sources assyriennes donnent des informations contradictoires en ce qui concerne la lignée de Tiglath-Pileser , et que Tiglath-Pileser dans ses inscriptions attribue son ascension au trône uniquement à la sélection divine plutôt qu’à la sélection divine et à son ascendance royale (généralement effectuée par les rois assyriens), ont été interprétés comme indiquant qu’il était un usurpateur. [5] Bien que certains soient allés jusqu’à suggérer que Tiglath-Pileser ne faisait pas partie de la dynastie royale précédente, la dynastie Adaside de longue durée , du tout, [7] ses affirmations de descendance royale étaient probablement vraies, ce qui signifie que indépendamment de qu’il ait usurpé le trône ou non, il y était un prétendant légitime. [6]

Bien que ce soit principalement à l’époque de Sargon et de ses successeurs que l’Assyrie a été transformée d’un royaume principalement basé dans le cœur de la Mésopotamie à un empire véritablement multinational et multiethnique, les fondations qui ont permis ce développement ont été posées pendant le règne de Tiglath-Pileser à travers de vastes réformes civiles et militaires. En outre, Tiglath-Pileser a commencé une série de conquêtes réussies, subjuguant les royaumes de Babylone et d’ Urartu et conquérant le littoral méditerranéen. Ses innovations militaires réussies, y compris le remplacement de la conscription par des prélèvements fournis par chaque province, ont fait de l’armée assyrienne l’une des armées les plus efficaces réunies jusqu’à ce point. [8]

Après un règne de seulement cinq ans, le fils de Tiglath-Pileser Shalmaneser V a été remplacé comme roi par Sargon, soi-disant un autre des fils de Tiglath-Pileser. On ne sait rien de Sargon avant qu’il ne devienne roi. [9] Probablement né c. 762 avant JC, Sargon aurait grandi pendant une période de troubles civils en Assyrie. Des flambées de rébellion et de peste ont marqué les règnes malheureux des rois Ashur-dan III ( r .  773–755 avant JC) et Ashur-nirari V ( r .  755–745 avant JC). Au cours de leurs règnes, le prestige et le pouvoir de l’Assyrie avaient considérablement diminué, une tendance qui ne s’est inversée que pendant le mandat de Tiglath-Pileser. [1] Les événements exacts entourant la mort du prédécesseur de Sargon Shalmaneser V et l’ascension de Sargon au trône ne sont pas entièrement clairs. [9] Il est souvent supposé que Sargon a déposé et assassiné Shalmaneser dans un coup d’État de palais. [8]

De nombreux historiens acceptent l’affirmation de Sargon d’avoir été un fils de Tiglath-Pileser, mais ne le croient pas pour avoir été l’héritier légitime du trône en tant que prochain en ligne après la fin du règne de Shalmaneser. [10] Même alors, sa prétention d’avoir été le fils de Tiglath-Pileser est généralement traitée avec plus de prudence que les prétentions de Tiglath-Pileser sur l’ascendance royale. [11] Certains Assyriologues, tels que JA Brinkman, croient que Sargon, à tout le moins, n’appartenait pas à la lignée dynastique directe. [12]

Usurpation

Sargon II (à droite) et un dignitaire. Bas-relief du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin , v. 716–713 avant JC. Exposé au Louvre .

La question de savoir si Sargon a usurpé le trône assyrien ou non est contestée. Qu’il aurait été un usurpateur est principalement basé sur l’une des nombreuses interprétations possibles de la signification de son nom (que cela signifierait «le roi légitime») et sur le fait que ses nombreuses inscriptions discutent rarement de son origine. Cette absence d’explication sur la façon dont le roi s’intègre dans la généalogie établie des rois assyriens n’est pas seulement une caractéristique des inscriptions de Sargon, mais aussi une caractéristique des inscriptions à la fois de son père supposé, Tiglath-Pileser, et de son fils et successeur, Sennachérib . Bien que Tiglath-Pileser soit connu pour avoir été un usurpateur, Sennachérib était le fils légitime et l’héritier de Sargon. [13] Plusieurs explications ont été offertes pour le silence de Sennachérib sur son père, la plus acceptée étant que Sennachérib était superstitieux et craint le terrible sort qui est arrivé à son père. [14] Alternativement, Sennachérib aurait pu souhaiter inaugurer une nouvelle période de l’histoire assyrienne, [13] ou aurait pu ressentir du ressentiment contre son père. [15]

Sargon faisait parfois référence à Tiglath-Pileser. Il s’est explicitement identifié comme le fils de Tiglath-Pileser dans seulement deux de ses nombreuses inscriptions et s’est référé à ses «pères royaux» dans l’une de ses stèles . [13] Si Sargon était le fils de Tiglath-Pileser, il aurait probablement occupé un poste administratif ou militaire important pendant les règnes de son père et de son frère, mais cela ne peut être vérifié puisque le nom utilisé par Sargon avant de devenir roi est inconnu. Il est possible qu’il ait eu une certaine forme de rôle sacerdotal puisqu’il a montré une affection répétée pour les institutions religieuses tout au long de son règne et il aurait pu être l’important sukkallu («vizir») de la ville de Harran . Qu’il soit le fils de Tiglath-Pileser ou non, Sargon souhaitait se démarquer de ses prédécesseurs et est aujourd’hui considéré comme le fondateur de la dernière dynastie régnante d’Assyrie, la dynastie des Sargonides . [16] Il y a des références aussi tard que les 670, pendant le règne du petit-fils de Sargon Esarhaddon , à la possibilité que « les descendants de l’ancienne royauté » pourraient essayer de saisir le trône. Cela suggère que la dynastie Sargonide n’était pas nécessairement bien connectée aux anciens monarques assyriens. [17] Le roi babylonien répertorie dynastiquement Sargon et ses descendants de Tiglath-Pileser et Shalmaneser V: Tiglath-Pileser et Shalmaneser sont enregistrés comme de la  » dynastie de Baltil  » (Baltil étant peut-être la partie la plus ancienne de l’ancienne capitale assyrienne d’ Assur ) , alors que les Sargonides sont enregistrés comme appartenant à la « dynastie de Ḫanigalbat », les reliant peut-être à une ancienne branche junior de l’Assyrie moyenne de la famille royale assyrienne qui gouvernait en tant que vice-rois dans les parties occidentales de l’Empire assyrien avec le titre de  » roi de Hanigalbat  » . [18]

Indépendamment de sa filiation, la succession de Shalmaneser V à Sargon a probablement été délicate. [19] Shalmaneser n’est mentionné que dans l’une des inscriptions de Sargon:

Shalmaneser, qui n’a pas craint le roi du monde, dont les mains ont apporté le sacrilège dans cette ville [Assur], a mis son peuple, il a imposé le travail obligatoire et une lourde corvée, les a payés comme une classe ouvrière. L’Illil des dieux, dans la colère de son cœur, renversa son règne et me nomma, Sargon, roi d’Assyrie. Il a levé la tête; laissez-moi saisir le sceptre, le trône et la tiare. [19]

Cette inscription sert plus à expliquer l’ascension de Sargon au trône qu’à expliquer la chute de Shalmaneser. Comme l’attestent d’autres inscriptions, Sargon ne voit pas les injustices décrites comme ayant été effectivement imposées par Shalmaneser V. D’autres inscriptions de Sargon indiquent que les exonérations fiscales de villes importantes comme Assur et Harran avaient été révoquées « dans les temps anciens » et les travaux obligatoires décrit aurait été menée sous le règne de Tiglath-Pileser, pas de Shalmaneser. [19]

Nom

Tête en bronze d’un roi de l’ Empire akkadien , représentant très probablement Sargon d’Akkad ou son petit – fils Naram-Sin (vers 2200 avant JC). Sargon II a probablement pris son nom de Sargon d’Akkad et on pense qu’il s’est inspiré des exploits de l’ancien roi. Anciennement exposé au musée de l’ Irak .

Deux anciens rois mésopotamiens antérieurs avaient utilisé le nom de Sargon; Sargon I , un roi assyrien mineur du 19ème siècle avant JC, et le bien plus célèbre Sargon d’Akkad , qui avait gouverné la majeure partie de la Mésopotamie en tant que premier roi de l’ Empire akkadien du 24ème au 23ème siècles avant JC. [20] Sargon II partageant le nom d’un des plus grands conquérants antiques de la Mésopotamie n’était pas une coïncidence; les noms dans l’ancienne Mésopotamie étaient importants et délibérés. Sargon lui-même semble avoir principalement lié son nom à la justice. [21] Ceci est illustré dans plusieurs inscriptions, telles que la suivante, qui se rapporte à Sargon payant ceux qui avaient possédé la terre qu’il a choisie pour construire sa capitale Dur-Sharrukin sur:

Conformément au nom que les grands dieux m’ont donné – pour maintenir la justice et le droit, pour guider ceux qui ne sont pas forts, pour ne pas blesser les faibles – le prix des champs de cette ville [Khorsabad] j’ai payé leurs propriétaires … [21]

Le nom était le plus souvent écrit Šarru-kīn (ou Šarru-kēn ), une autre version, Šarru-ukīn , n’étant attestée que par des inscriptions et lettres royales moins importantes. La signification directe du nom, basée sur l’auto-perception de Sargon, est communément interprétée comme «le roi fidèle» dans le sens de la droiture et de la justice. Une autre alternative est que Šarru-kīn est une reproduction phonétique de la prononciation contractée de Šarru-ukīn en Šarrukīn , ce qui signifie qu’elle doit être interprétée comme « le roi a obtenu / établi l’ordre », faisant peut-être référence au désordre soit pendant le règne de son prédécesseur. ou désordre créé par l’usurpation de Sargon. Le rendu conventionnel moderne du nom, « Sargon », dérive probablement de l’orthographe de son nom dans la Bible , srgwn . [3]

Le nom de Sargon n’était probablement pas un nom de naissance, mais plutôt un nom de trône qu’il a adopté lors de son ascension au trône. Il est beaucoup plus probable qu’il ait choisi le nom en fonction de son utilisation par le célèbre roi akkadien plutôt que de son utilisation par son prédécesseur en Assyrie. Dans les textes assyriens tardifs, les noms de Sargon II et de Sargon d’Akkad sont écrits avec les mêmes orthographes et Sargon II est parfois explicitement appelé le «second Sargon» ( Šarru-kīn arkû ). Sargon en tant que tel a probablement cherché à imiter des aspects de l’ancien roi akkadien. [4] Bien que l’étendue exacte des conquêtes antiques de Sargon ait été oubliée à l’époque de l’Empire néo-assyrien, le dirigeant légendaire était toujours dans les mémoires comme un « conquérant du monde » et aurait été un modèle séduisant à suivre. [22]

Une autre interprétation possible est que le nom signifie «le roi légitime» et pourrait donc avoir été un nom choisi pour imposer la légitimité du roi après son usurpation du trône. [8] Sargon d’Akkad était également monté sur le trône par usurpation, commençant son règne en prenant le pouvoir du dirigeant de la ville Kish , Ur-Zababa . [4]

Règne

Règne précoce et rébellions

Carte de l’ Empire néo-assyrienne au moment de Sargon II et la déportation des Juifs sous le règne de Sargon et ses deux prédécesseurs Téglathphalasar III et Salmanazar V .

Sargon était déjà d’âge moyen lorsqu’il devint roi, probablement dans la quarantaine, [23] et résida dans le palais d’ Ashurnasirpal II ( r .  883–859 avant JC) à Nimrud . [24] Le prédécesseur de Sargon, Shalmaneser V, avait essayé de continuer l’expansionnisme de son père mais ses efforts militaires avaient été à la fois plus lents et moins efficaces que ceux de Tiglath-Pileser III. Notamment, son siège prolongé de Samarie , qui avait duré trois ans, aurait pu se poursuivre au moment de sa mort. Après que Sargon soit monté sur le trône, il a rapidement aboli les politiques fiscales et de travail qui étaient en place (et qu’il a critiquées dans ses inscriptions ultérieures) et aurait alors pu procéder à la résolution rapide des campagnes de Shalmaneser. La Samarie a été rapidement conquise et par sa conquête, le Royaume d’Israël est tombé. Selon les propres inscriptions de Sargon, 27 290 Israélites ont été expulsés d’Israël et réinstallés à travers l’Empire assyrien, suivant la manière assyrienne standard de traiter les peuples ennemis vaincus par la réinstallation . Cette réinstallation spécifique a entraîné la fameuse perte des dix tribus perdues d’Israël . [15] Il est également plausible que Shalmaneser ait résolu le siège de Samarie avant qu’il ne soit déposé par Sargon: Sargon étant le ravisseur Samarie dérive des propres inscriptions de Sargon, alors que la Bible et la Chronique babylonienne attribuent la victoire à Shalmaneser. [25]

Initialement, le règne de Sargon a rencontré une opposition dans le cœur assyrien et dans les régions à la périphérie de l’empire, [26] peut-être parce qu’il était un usurpateur. [8] Parmi les premiers rebelles les plus prolifiques contre Sargon se trouvaient plusieurs des royaumes auparavant indépendants du Levant , tels que Damas , Hamath et Arpad . Hamath, dirigé par un homme appelé Yau-bi’di, est devenu la principale puissance de cette révolte levantine, mais a été écrasé avec succès en 720 avant JC. [26] Après que Hamath ait été détruit, Sargon a continué en battant Damas et Arpad dans la bataille à Qarqar la même année. L’ordre rétabli, Sargon retourna à Nimrud et força 6 000 à 6 300 «Assyriens coupables» ou «citoyens ingrats», des personnes qui s’étaient rebellées au cœur de l’empire ou qui n’avaient pas soutenu la montée au trône de Sargon, à se déplacer en Syrie et reconstruire Hamath et les autres villes détruites ou endommagées par le conflit. [15] [26]

L’incertitude politique en Assyrie a également conduit à une rébellion en Babylonie, le royaume autrefois indépendant du sud de la Mésopotamie. _arduk-apla-iddina II , le chef du Bit-Yakin, une puissante tribu chaldéenne, a pris le contrôle de Babylone et a annoncé la fin de la domination assyrienne sur la région. La réponse de Sargon à cette insurrection fut de faire immédiatement marcher son armée pour vaincre M _arduk-apla-iddina. Pour contrer Sargon, le nouveau roi babylonien s’est rapidement allié à l’un des anciens ennemis de l’Assyrie, Elam , et a rassemblé une armée massive. En 720 avant JC, les Assyriens et les Elamites (les Babyloniens arrivant trop tard sur le champ de bataille pour se battre) se sont rencontrés dans la bataille dans les plaines à l’extérieur de la ville de Der , le même champ de bataille où les Perses deux siècles plus tard vaincraient les forces du dernier roi babylonien. , Nabonidus . L’armée de Sargon a été vaincue et M_arduk-apla-iddina a obtenu le contrôle du sud de la Mésopotamie. [26]

Conquête de Karkemish et relations avec Urartu

Les anciennes frontières des États syro-hittites du nord du Levant c. 800 avant JC. Les premières guerres de Sargon ont eu lieu au Levant, la plupart des batailles étant dirigées contre les anciennes capitales révoltantes de ces royaumes.

En 717 avant JC, Sargon a conquis le petit mais riche royaume de Karkemish . Carchemish était positionnée à un carrefour entre l’Assyrie, l’Anatolie et la Méditerranée, contrôlait une importante traversée de l’Euphrate et avait pendant des siècles profité du commerce international. Augmenter encore le prestige du petit royaume était son rôle d’héritier reconnu de l’ancien empire hittite du IIe millénaire avant JC, occupant une position semi-hégémonique parmi les royaumes anatoliens et syriens dans les anciennes terres hittites. [26]

Pour attaquer Carchemish, auparavant un allié assyrien, Sargon a violé les traités existants avec le royaume, en utilisant l’excuse que Pisiri , le roi de Carchemish, l’avait trahi à ses ennemis. Le petit royaume ne pouvait pas faire grand-chose pour résister à l’Assyrie, et il fut donc conquis par Sargon. Cette conquête a permis à Sargon de sécuriser le grand trésor de Pisiri, comprenant 330 kilogrammes d’or purifié, de grandes quantités de bronze, d’étain, d’ivoire et de fer et plus de 60 tonnes d’argent. [26] Le trésor obtenu de Karkemish était si riche en argent que l’économie assyrienne a changé d’être principalement à base de bronze à principalement à base d’argent. [15] Cela a permis à Sargon de compenser les coûts croissants de ses déploiements intenses de l’armée assyrienne. [26]

La campagne de 716 avant JC de Sargon l’a vu attaquer les Manéens dans l’Iran moderne, pillant leurs temples, et en 715 avant JC, les armées de Sargon étaient dans la région appelée Media , conquérant des colonies et des villes et sécurisant des trésors et des prisonniers à renvoyer à Nimrud. [15] Pendant ces deux campagnes du nord, il était devenu évident que le royaume du nord d’Urartu , un précurseur de l’ Arménie tardive et un ennemi fréquent des Assyriens, présentait un problème persistant. Bien que le royaume ait été supprimé par Tiglath-Pileser III, il n’avait pas été complètement conquis ou vaincu et avait ressuscité pendant le temps de Shalmaneser V en tant que roi et avait commencé à faire des incursions frontalières répétées en territoire assyrien. [15]

Ces incursions à la frontière se sont poursuivies pendant le règne de Sargon. En 719 avant JC et 717 avant JC, les Urartiens ont mené des invasions mineures à travers la frontière nord, forçant Sargon à envoyer des troupes pour les éloigner. Un assaut à grande échelle a été effectué en 715 avant JC, au cours duquel les Urartiens ont réussi à saisir 22 villes frontalières assyriennes. Bien que les villes aient été rapidement reprises et que Sargon ait riposté en rasant les provinces méridionales d’Urartu, le roi savait que les incursions se poursuivraient et consommeraient à chaque fois un temps et des ressources importants. Pour triompher, Sargon devait vaincre Urartu une fois pour toutes, une tâche qui avait été impossible pour les rois assyriens précédents en raison de l’emplacement stratégique du royaume dans les contreforts des montagnes du Taurus ; lorsque les Assyriens ont envahi, les Urartiens se sont généralement simplement retirés dans les montagnes pour se regrouper et revenir plus tard. Bien qu’Urartu fût les ennemis de Sargon, ses propres inscriptions parlent du royaume avec respect, montrant l’admiration pour son système de communication rapide, ses chevaux et ses systèmes de canaux. [15]

Campagne contre Urartu

Carte d’ Urartu 715–713 avant JC, montrant le chemin de l’ invasion cimmérienne en 715 avant JC et la campagne de Sargon II en 714 avant JC.

En 715 avant JC, Urartu avait été gravement affaibli par un certain nombre de ses ennemis. Premièrement, la campagne de Rusa I contre les Cimmériens , un peuple nomade indo-européen dans le Caucase central , avait été un désastre, avec l’armée vaincue, le commandant en chef Kakkadana capturé et le roi fuyant le champ de bataille. Suite à leur victoire, les Cimmériens avaient attaqué Urartu, pénétrant profondément dans le royaume jusqu’au sud-ouest du lac Urmia . La même année, les Manéens, soumis à Urartu et vivant autour du lac Urmia, se sont rebellés en raison de l’attaque assyrienne de 716 avant JC contre eux et ont dû être réprimés. [27]

Sargon a probablement perçu Urartu comme une cible faible suite à la nouvelle de la défaite de Rusa I contre les Cimmériens. Rusa était conscient que les Assyriens étaient susceptibles d’envahir son royaume et avaient probablement gardé la majeure partie de son armée restante près du lac Urmia après sa victoire sur les Manéens car le lac était proche de la frontière assyrienne. Parce que le royaume avait été menacé par les Assyriens auparavant, la frontière sud de l’Urartu n’était pas entièrement sans défense. [27] Le chemin le plus court de l’Assyrie au cœur d’Urartu passait par le col Kel-i-šin dans les montagnes du Taurus. L’un des endroits les plus importants de tout Urartu, la ville sainte Musasir , était situé juste à l’ouest de ce col et en tant que tel, il nécessitait une protection étendue. Cette protection devait provenir d’une série de fortifications et pendant ses préparatifs pour l’attaque de Sargon, Rusa ordonna la construction d’une nouvelle forteresse appelée la Gerdesorah . Bien que la Gerdesorah soit petite, mesurant environ 95 x 81 mètres (311,7 x 265,7 pieds), elle était stratégiquement positionnée sur une colline d’environ 55 mètres (180,4 pieds) plus haute que le reste du terrain et avait des murs de 2,5 mètres (8,2 pieds) d’épaisseur. et les tours défensives. [28] Une faiblesse de la Gerdesorah était qu’elle n’avait pas encore complètement fini la construction, commençant seulement à être construite c. mi-juin 714 av. [29]

 

Inscription de Sargon II au col Tang-i Var près du village de Tangivar , Hawraman , Iran

Sargon a quitté Nimrud pour attaquer Urartu en juillet 714 avant JC et aurait eu besoin d’au moins dix jours pour atteindre le col de Kel-i-šin , à 190 kilomètres (118 miles). Bien que le col ait été le moyen le plus rapide d’entrer en Urartu, Sargon a choisi de ne pas le prendre. Au lieu de cela, Sargon a fait marcher son armée à travers les rivières Great et Little Zab pendant trois jours avant de s’arrêter à la grande montagne du mont Kullar (dont l’emplacement reste inconnu), puis de décider qu’il attaquerait Urartu par une route plus longue, à travers le région Kermanshah . Le raisonnement derrière cette route n’était probablement pas la peur des fortifications d’Urartu, mais plutôt parce que Sargon savait que les Urartiens l’avaient prévu d’attaquer par le col de Kel-i-šin . [30] En outre, les Assyriens étaient principalement des combattants de plaine sans expérience dans la guerre de montagne. En n’entrant pas dans Urartu par le col de montagne, Sargon évitait d’avoir à se battre sur un terrain avec lequel les Urartiens étaient plus expérimentés. [15]

La décision de Sargon était coûteuse; sur la route la plus longue, il a dû traverser plusieurs montagnes avec toute son armée et cela, combiné à la plus grande distance, a rendu la campagne plus longue qu’une attaque directe. Le manque de temps a forcé Sargon à abandonner son plan de conquête totale d’Urartu et de prendre la capitale du royaume, Tushpa , car sa campagne devait être achevée avant octobre pour que les cols ne soient pas bloqués par la neige. [30]

Une fois que Sargon a atteint la terre de Gilzanu, près du lac Urmia, il a fait le camp et a commencé à envisager son prochain déménagement. Le contournement par Sargon de la Gerdesorah signifiait que les forces urartiennes devaient abandonner leur plan défensif original, se regroupant rapidement et construisant de nouvelles fortifications à l’ouest et au sud du lac Urmia. [31] À ce stade, les Assyriens avaient marché à travers un terrain difficile et inconnu et bien qu’ils aient reçu des approvisionnements et des eaux par les Mèdes récemment subjugués , ils étaient épuisés. Selon le propre récit de Sargon, « leur moral est devenu mutin. Je ne pouvais pas apaiser leur lassitude, pas d’eau pour étancher leur soif ». Lorsque Rusa I est arrivé avec son armée pour défendre son pays, l’armée de Sargon a refusé de se battre. Sargon, déterminé à ne pas se rendre ni battre en retraite, fit appel à son garde du corps personnel et les mena dans une attaque brutale et presque suicidaire contre les parties les plus proches de l’armée de Rusa. Alors que cette partie de l’armée urartienne s’enfuyait, le reste de l’armée assyrienne fut inspiré par Sargon qui dirigeait personnellement la charge et suivit leur roi dans la bataille. Les Urartiens ont été vaincus et se sont retirés, chassés vers l’ouest par les Assyriens, bien au-delà du lac Urmia. Rusa s’est enfui dans les montagnes plutôt que de se rallier pour défendre sa capitale. [15]

Ayant vaincu son ennemi et craignant que son armée ne se retourne contre lui s’il poursuivait Rusa dans les montagnes ou les poussait plus loin en Urartu, Sargon décida de retourner en Assyrie. [15] Sur leur chemin à la maison, les Assyriens ont détruit la Gerdesorah (qui à ce moment-là était probablement en garnison seulement par un équipage squelette ) et ont capturé et pillé la ville Musasir. [31] Le casus belli officiel explicitement pour le pillage de cette ville sainte était que son dirigeant, Urzana, avait trahi les Assyriens mais les vraies raisons étaient probablement économiques. Le grand temple de la ville, le temple de Haldi (le dieu urartien de la guerre), était vénéré depuis la fin du IIIe millénaire avant JC et avait reçu des cadeaux et des dons pendant des siècles. Le pillage par Sargon des temples et des palais de la ville a permis au roi d’obtenir, entre autres trésors, une dizaine de tonnes d’argent et plus d’une tonne d’or. [26] Selon les inscriptions de Sargon, Rusa s’est suicidé une fois qu’il a entendu parler du sac de Musasir, bien qu’il y ait des preuves de sa présence continue. [15] [32]

Construction de Dur-Sharrukin

 

Reconstruction du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin par l’architecte et historien français du XIXe siècle Charles Chipiez .

En 713 av.J.-C., ses finances renforcées par ses campagnes réussies, Sargon commença la construction de Dur-Sharrukin (Akkadian: Dur-Šarru-kīn , signifiant «forteresse de Sargon»), dans l’intention de devenir sa nouvelle capitale. Contrairement aux efforts des précédents rois assyriens pour déplacer la capitale (comme la rénovation d’Ashurnasirpal II de Nimrud des siècles auparavant ou le déménagement de Sennachérib à Ninive après la mort de Sargon), Dur-Sharrukin n’était pas l’expansion d’une ville existante mais la construction d’une ville entièrement nouvelle . L’emplacement choisi par Sargon, tout près de Nimrud, était ce que Sargon percevait comme le site parfait pour le centre de l’Empire assyrien. [26]

 

Un lamassu du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin . Exposé au Oriental Institute Museum de l’Université de Chicago .

Le projet était une tâche énorme et Sargon voulait que la nouvelle ville soit sa plus grande réalisation. Le terrain sur lequel la ville a été construite appartenait auparavant à des villageois du village voisin de Maganubba et dans les inscriptions de fondation de la ville, Sargon lui-même revendique fièrement le mérite d’avoir reconnu l’emplacement comme optimal et souligne qu’il a payé aux villageois de Maganubba le taux du marché pour leurs terres. Avec une superficie projetée de près de trois kilomètres carrés, la ville devait être la plus grande ville d’Assyrie et Sargon a commencé des projets d’irrigation pour fournir de l’eau pour la quantité massive d’agriculture qui serait nécessaire pour soutenir les habitants de la ville. [26] Sargon était fortement impliqué dans le projet de construction, le surveillant constamment tout en tenant également la cour à Nimrud et recevant et recevant des envoyés étrangers de pays tels que l’ Egypte ou Kush . [15] Dans une lettre au gouverneur de Nimrud, Sargon a écrit ce qui suit:

La parole du roi au gouverneur de Nimrud: 700 balles de paille et 700 ballots de roseau, chaque paquet de plus qu’un âne ne peut porter, doivent arriver à Dur-Sharrukin le premier du mois Kislev. Si un jour passe, vous mourrez. [15]

Bien que l’inspiration ait été tirée du plan de Nimrud, les plans des deux villes n’étaient pas identiques. Alors que Nimrud avait été rénové en profondeur par Ashurnasirpal II, c’était toujours une colonie qui s’était développée au fil du temps de manière quelque peu organique. La ville de Sargon était parfaitement symétrique, sans souci du paysage entourant le chantier. Tout dans la ville; deux plates-formes gigentic (l’une abritant l’arsenal royal, l’autre abritant les temples et le palais), l’enceinte fortifiée de la ville et sept portes monumentales de la ville ont été entièrement construites à partir de zéro. Les portes de la ville étaient placées à intervalles réguliers sans égard pour les réseaux routiers qui existaient déjà dans l’empire. [26] Le palais de Sargon à Dur-Sharrukin était plus grand et plus décoré que les palais de tous ses prédécesseurs. [26] Les reliefs ornant les murs dans le palais ont dépeint des scènes des conquêtes de Sargon, particulièrement la campagne d’Urartu et le sac de Sargon de Musasir. [15]

Les campagnes ultérieures de Sargon ont varié en succès. Sargon a réussi à conquérir le royaume d’Ashdod dans l’ Israël moderne en 711 avant JC et a incorporé avec succès les royaumes syro-hittites de Gurgum (711 avant JC) et Kummuhhu (708 avant JC) dans l’Empire assyrien. La campagne de Sargon en 713 av.J.-C. en Anatolie centrale, visant à conquérir le petit royaume de Tabal et à l’établir en tant que province assyrienne, a réussi, mais la province a été perdue en 712 avant JC à la suite d’une rébellion sanglante, ce qui ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire assyrienne. [26]

Reconquête de Babylone

Représentation de M_arduk-apla-iddina II , roi de Babylone et rival de Sargon II, enfantant (faisant un accord légal avec) un vassal. Exposé au Vorderasiatisches Museum Berlin .

La plus grande victoire de Sargon fut sa défaite de 710 à 709 avant JC contre son rival M_arduk-apla-iddina II à Babylone. [26] Depuis sa défaite dans sa première tentative de restaurer l’autorité assyrienne dans le sud, la Babylonie avait représenté une épine dans son côté mais il savait qu’il devait tenter une autre tactique que la méthode directe qu’il avait précédemment utilisée. [15] Lorsque Sargon a marché vers le sud en 710 avant JC, l’administration de l’empire et la supervision de son projet de construction ont été laissées entre les mains de son fils et prince héritier, Sennachérib. [15] Sargon n’a pas immédiatement marché à Babylone, marchant plutôt le long de la rive orientale du fleuve Tigre jusqu’à ce qu’il atteigne la ville Dur-Athara , près d’une rivière que les Assyriens appelaient le Surappu. Dur-Athara avait été fortifié par M_arduk-apla-iddina mais fut rapidement pris par les forces de Sargon et rebaptisé Dur-Nabu avec une nouvelle province, « Gambulu », proclamée comme constituant le territoire entourant la ville. Sargon passa quelque temps à Dur-Nabu, envoyant ses troupes dans des expéditions à l’est et au sud pour soumettre les gens qui y vivaient à son règne. Dans les terres entourant une rivière appelée Uknu, les forces de Sargon ont vaincu les soldats araméens et élamites, ce qui empêcherait ces peuples d’aider M_arduk-apla-iddina. [33]

Sargon se tourna alors pour attaquer Babylone elle-même, marchant ses forces vers la ville depuis le sud-est. [15] Une fois que Sargon a traversé le Tigre et l’une des branches de l’Euphrate et est arrivé à la ville de Dur-Ladinni , près de Babylone, M_arduk-apla-iddina a eu peur, peut-être parce qu’il avait peu de vrai soutien du peuple et de la prêtrise de Babylone ou parce que la plupart de son armée avait déjà été vaincue à Dur-Athara. [33] Parce qu’il ne souhaitait pas combattre les Assyriens, il quitta Babylone la nuit, emportant avec lui autant du trésor et de son mobilier royal personnel (y compris son trône) que son entourage pouvait porter. Ces trésors ont été utilisés par M_arduk-apla-iddina dans une tentative d’obtenir l’asile à Elam, les offrant comme pot-de-vin au roi élamite Shutur-Nahhunte II afin d’être admis à entrer dans son pays. Bien que le roi élamite ait accepté les trésors, M_arduk-apla-iddina n’a pas été autorisé à entrer dans Elam en raison des craintes de représailles assyriennes. [15] [33]

Au lieu de cela, M_arduk-apla-iddina a élu domicile dans la ville Iqbi-Bel , mais Sargon l’a rapidement poursuivi là-bas et la ville s’est rendue à lui sans qu’il soit nécessaire de se battre. M_arduk-apla-iddina a ensuite fui vers sa ville natale près des rives du golfe Persique , Dur-Jakin . [15] [33] La ville a été fortifiée, un grand fossé a été creusé autour de ses murs et la campagne environnante a été inondée par un canal creusé de l’Euphrate. Gardé par le terrain inondé, M_arduk-apla-iddina a installé son camp à un moment donné à l’extérieur des murs de la ville, où ils seraient bientôt vaincus par l’armée de Sargon, qui avait traversé le terrain inondé sans entrave. M_arduk-apla-iddina s’est enfui dans la ville alors que les Assyriens commençaient à ramasser le butin de guerre de ses soldats tombés au combat. [34] Après la bataille, Sargon assiégea Dur-Jakin mais fut incapable de prendre la ville. Alors que le siège se prolongeait, des négociations ont commencé et en 709 avant JC, il a été convenu que la ville se rendrait et démolirait ses murs extérieurs en échange de Sargon épargnant la vie de M_arduk-apla-iddina. [35]

Dernières années

Moulage de la stèle de Sargon , érigée en l’honneur de Sargon II à Kition sur Chypre en 707 avant JC. Exposé au Harvard Semitic Museum (l’original se trouve au Vorderasiatisches Museum Berlin ).

Après la reconquête babylonienne, Sargon fut proclamé roi de Babylone par les citoyens de la ville et passa les trois années suivantes à Babylone, dans le palais de M_arduk-apla-iddina, [33] recevant les hommages et les cadeaux des dirigeants aussi loin du cœur de son empire comme Bahreïn et Chypre . [15] [26] En 707 avant JC, [36] plusieurs royaumes chypriotes ont été vaincus par l’état vassal assyrien Tyr , avec l’aide assyrienne. Grâce à la campagne, qui n’a pas servi à établir la domination assyrienne sur l’île, mais simplement à aider leur allié, les Assyriens ont acquis une connaissance détaillée de Chypre (qu’ils appelaient Adnana) pour la première fois de leur histoire. [37] Après la fin de la campagne, les Cypriotes, probablement avec l’aide d’un tailleur de pierre assyrien envoyé par la cour royale, [38] ont façonné la Stèle de Sargon . La stèle n’était pas destinée à servir de revendication permanente pour gouverner l’île, mais plutôt de marqueur idéologique indiquant la limite de la sphère d’influence du roi assyrien. La stèle a servi à marquer l’incorporation de Chypre dans le « monde connu » (les Assyriens ayant maintenant acquis une connaissance suffisante de l’île) et comme elle avait l’image et les mots du roi dessus, a servi de représentation de Sargon et de substitut à sa présence. . [37] Si les Assyriens avaient voulu conquérir Chypre pour eux-mêmes, ils auraient été incapables de le faire. Ils manquaient complètement de flotte. [39]

Sargon a participé aux fêtes du Nouvel An babylonien , a creusé un nouveau canal de Borsippa à Babylone, et a vaincu un peuple appelé les Hamaranaeans qui avait pillé des caravanes dans les environs de la ville de Sippar . [33] Pendant que Sargon résidait à Babylone, Sennachérib a continué à agir en tant que régent à Nimrud, Sargon retournant seulement au coeur assyrien quand la cour a été déplacée à Dur-Sharrukin en 706 BC. Bien que la ville ne soit pas encore complètement terminée, Sargon a finalement pu profiter de la capitale qu’il avait rêvé de construire en son honneur, même s’il ne pourrait pas en profiter longtemps. [15] [26]

En 705 avant JC, Sargon retourna dans la province rebelle de Tabal, dans l’intention de la transformer une fois de plus en une province assyrienne. Comme pour sa campagne réussie contre la Babylonie, Sargon quitta Sennachérib en charge du cœur assyrien et dirigea personnellement son armée à travers la Mésopotamie et en Anatolie. [15] [26] Sargon, qui n’a apparemment pas réalisé la vraie menace représentée par un pays mineur tel que Tabal (qui avait été récemment renforcé par une alliance avec les Cimmériens , un peuple qui reviendrait dans les années plus tard pour affliger les Assyriens) , a chargé personnellement l’ennemi et a rencontré une fin violente dans la bataille, [40] au choc de son armée. Son corps n’a pas pu être récupéré par les soldats et a été perdu par l’ennemi. [15] [26]

Famille et enfants

 

Sargon II (à gauche) fait face à un haut fonctionnaire, peut-être Sennachérib , son fils. D’un relief conservé au British Museum .

Bien que la relation de Sargon avec son père supposé Tiglath-Pileser III et son frère aîné supposé Shalmaneser V ne soit pas entièrement certaine, il est connu avec confiance pour avoir eu un frère cadet, Sîn-ahu-usur, qui en 714 avant JC commandait la cavalerie royale de Sargon. garde et avait sa propre résidence à Dur-Sharrukin. Si Sargon était le fils de Tiglath-Pileser, sa mère aurait pu être la première épouse de Tiglath-Pileser Iabâ . [16] Vers l’époque de l’ascension de Tiglath-Pileser au trône, Sargon a épousé une femme du nom de Ra’īmâ , qui était la mère d’au moins ses trois premiers enfants. Il a également eu une deuxième épouse, Atalia , dont la tombe a été découverte à Nimrud dans les années 1980. [1] Les enfants connus de Sargon sont:

  • Deux fils aînés (noms inconnus) de Sargon et Ra’īmâ, décédés avant la naissance de Sennachérib. [1]
  • Sennachérib (akkadien: Sîn-ahhī-erība ) [41] – fils de Sargon et Ra’īmâ, successeur de Sargon comme roi d’Assyrie 705-681 av. [1]
  • Ahat-abisha (akkadien: Ahat-abiša ) [42] – une fille. [1] A été marié à Ambaris, le roi de Tabal. Quand Ambaris fut détrôné lors de la première campagne de Sargon en 713 avant JC à Tabal, Ahat-abisha fut probablement forcé de retourner en Assyrie. [42]
  • Au moins deux fils plus jeunes (noms inconnus). [1]

Personnage

Sargon II, représenté dans son char royal observant une attaque assyrienne sur une ville, sur un bas-relief en albâtre de son palais de Dur-Sharrukin , v. 710 avant JC. Exposé au Musée de l’ Irak .

Sargon II était un roi guerrier et un conquérant qui commandait ses armées en personne et rêvait de conquérir le monde entier, suivant les traces de Sargon d’Akkad. Sargon II a utilisé plusieurs des titres royaux mésopotamiens antiques les plus prestigieux pour signifier son désir d’atteindre cet objectif, tels que  » roi de l’univers  » et  » roi des quatre coins du monde « . Sa puissance et sa grandeur ont été exprimées avec des titres tels que «grand roi» et «roi puissant». Sargon voulait être perçu comme un chef de guerre courageux et omniprésent se jetant toujours dans la bataille, se décrivant dans ses inscriptions comme un « brave guerrier » et un « puissant héros ». [43] Le roi a cherché à projeter une image de piété, de justice, d’énergie, d’intelligence et de force. [44]

Bien que les inscriptions de Sargon contiennent des actes de représailles brutales contre les ennemis de l’Assyrie, comme le font les inscriptions de la plupart des rois assyriens, elles ne contiennent aucun sadisme manifeste (contrairement aux inscriptions de certains autres rois, comme Ashurnasirpal II). Les actions brutales de Sargon contre ses ennemis doivent être comprises dans le contexte de la vision du monde assyrienne; puisque Sargon s’est perçu comme ayant reçu la royauté par les dieux, les dieux ont approuvé sa politique, et donc ses guerres étaient justes. Les ennemis de l’Assyrie étaient considérés comme des peuples qui ne respectaient pas les dieux et ils étaient donc traités et punis comme des criminels. [45] Le soutien des dieux est renforcé dans les propres inscriptions de Sargon, qui (comme celles des autres rois assyriens) commencent toujours par des mentions des dieux. [46] Il y a des situations dans lesquelles Sargon a fait preuve de miséricorde (et d’autres rois assyriens pourraient ne pas l’avoir), comme épargner la vie des gens qui s’étaient rebellés contre lui dans le centre assyrien au début de son règne et épargner la vie de son rival, M_arduk-apla-iddina. [15] [26] Les atrocités les plus brutales décrites dans les inscriptions de Sargon ne reflètent pas nécessairement la réalité; bien que les scribes aient été présents pendant ses campagnes, le réalisme et l’exactitude n’étaient pas aussi importants que la propagande (servant à la fois à renforcer la gloire du roi et à intimider les autres ennemis de l’Assyrie). [45]

Bien que ses exploits soient probablement exagérés dans ses inscriptions, Sargon semble avoir été un stratège habile. Le roi avait un vaste réseau d’espionnage, utile pour l’administration et les activités militaires, et employait des éclaireurs bien entraînés pour la reconnaissance lors de la campagne. Parce que la plupart des États limitrophes de l’Empire néo-assyrien étaient les ennemis de Sargon, les cibles des campagnes devaient être choisies judicieusement pour éviter le désastre. [47]

Contrairement à certains «grands conquérants» de l’histoire, comme Alexandre le Grand , Sargon n’était pas un chef charismatique. Ses propres troupes semblent l’avoir craint autant que ses ennemis, le roi menaçant de punitions, telles que l’empalement et le massacre des familles, pour assurer la discipline et l’obéissance. Puisqu’il n’existe aucune trace de telles sanctions, il est probable qu’il s’agissait simplement de menaces. Ses soldats, familiers avec ces actions menées contre les ennemis de Sargon, auraient pu considérer les menaces comme suffisantes et ne pas exiger que des exemples concrets soient faits pour obéir. La principale motivation pour continuer à servir dans l’armée assyrienne n’était probablement pas la peur, mais plutôt le butin de guerre fréquent qui pouvait être pris après les victoires. [48]

Héritage

Découvertes archéologiques

1861 illustration par Eugène Flandin des fouilles des ruines de la capitale de Sargon II, Dur-Sharrukin .

Bien qu’il ne soit pas aussi célèbre que Sargon d’Akkad, qui était devenu légendaire même à l’époque de Sargon II, la grande quantité de sources laissées par le règne de Sargon II signifie qu’il est mieux connu des sources historiques que le roi akkadien. [49] Comme tous les autres rois assyriens, Sargon s’est donné beaucoup de mal pour laisser des témoignages de sa gloire, s’efforçant de surpasser les réalisations de ses prédécesseurs, créant des annales détaillées et une grande quantité d’inscriptions royales et érigeant des stèles et des monuments pour commémorer ses conquêtes et marquez les frontières de son empire. [50] D’autres sources pour l’époque de Sargon incluent les nombreuses tablettes d’argile datant de son règne, y compris les documents juridiques et administratifs et les lettres personnelles. Au total, 1 155 à 1 300 lettres ont été découvertes du temps de Sargon, bien que beaucoup d’entre elles ne soient pas liées au roi lui-même. [51]

La redécouverte de Dur-Sharrukin a été faite par hasard. Le découvreur, archéologue et consul français Paul-Émile Botta avait à l’origine fouillé un site voisin qui n’a pas donné de résultats immédiats (inconnu de Botta, ce site était la plus tardive et bien plus grande capitale Ninive) et a déplacé ses fouilles dans le village de Khorsabad. en 1843. Là, Botta découvrit les ruines de l’ancien palais de Sargon et ses environs et en fouilla une grande partie avec un autre archéologue français, Victor Place . L’endroit a fouillé presque tout le palais ainsi que de grandes parties de la ville environnante. D’autres fouilles ont été effectuées par des archéologues irakiens dans les années 1990. Si une grande partie de ce qui a été fouillé à Dur-Sharrukin a été laissé à Khorsabad, des reliefs et autres artefacts ont depuis été transportés et sont aujourd’hui exposés à travers le monde, notamment au Louvre , à l’ Institut oriental de l’Université de Chicago et au musée de l’ Irak . [24]

Le site de Khorsabad a subi d’importants dommages pendant la guerre civile irakienne de 2014-2017 , il aurait été pillé par l’ État islamique d’Irak et du Levant au printemps 2015 et en octobre 2016, le site a été endommagé par le bulldozer et la construction des forces kurdes peshmergas. grands postes militaires au sommet de vestiges archéologiques. [52]

Héritage et évaluation par les historiens

Stitched Panorama
Deux autres lamassus du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin . Exposé au Louvre .

La mort de Sargon au combat et la perte de son corps étaient une tragédie pour les Assyriens à l’époque et étaient perçues comme un mauvais présage. Pour subir ce sort, on croyait que Sargon avait commis d’une manière ou d’une autre une forme de péché qui a poussé les dieux à l’abandonner sur le champ de bataille. Craignant que le même sort ne lui arrive, l’héritier de Sargon, Sennachérib, abandonna immédiatement Dur-Sharrukin et déplaça la capitale à Ninive. [15] La réaction de Sennachérib au sort de son père était de se distancier de Sargon [53] et semble avoir été le déni, refusant de reconnaître et de traiter ce qui lui est arrivé. Avant de commencer tout autre projet majeur, l’une des premières actions de Sennachérib en tant que roi fut de reconstruire un temple dédié au dieu Nergal , associé à la mort, au désastre et à la guerre, dans la ville de Tarbisu . [54]

Sennachérib était superstitieux et passait beaucoup de temps à demander à ses devins quel genre de péché Sargon aurait pu commettre pour subir le sort qu’il avait commis. [14] Une campagne mineure 704 BC [55] (non mentionnée dans les récits historiques ultérieurs de Sennachérib), menée par les magnats de Sennachérib plutôt que le roi lui-même, a été envoyée contre Tabal afin de venger Sargon. Sennachérib a passé beaucoup de temps et d’efforts pour débarrasser l’empire des images de Sargon. Les images que Sargon avait créées au temple d’Assur furent rendues invisibles en élevant le niveau de la cour, la femme de Sargon, Atalia, fut enterrée à la hâte lorsqu’elle mourut sans égard aux pratiques funéraires traditionnelles (et dans le même cercueil qu’une autre femme, la reine de l’ancien roi Tiglath-Pileser III), et Sargon n’est jamais mentionné dans ses inscriptions. [56] Le traitement de Sennachérib de l’héritage de son père suggère que les gens d’Assyrie ont été rapidement encouragés à oublier que Sargon les avait jamais gouvernés. [15] Après le règne de Sennachérib, Sargon a parfois été mentionné comme l’ancêtre des rois plus tardifs. Il est mentionné dans les inscriptions de son petit-fils Esarhaddon ( r . 681–669 av .  J.-C.), [57] son arrière-petit-fils Shamash-shum-ukin ( r . 668–648 av .  J.-C. en Babylonie) [58] et son arrière-arrière- petit-fils Sinsharishkun ( r .  627–612 avant JC). [59]

Avant la redécouverte de Dur-Sharrukin dans les années 1840, Sargon était une figure obscure de l’ assyriologie . À l’époque, les érudits du Proche-Orient ancien étaient dépendants des auteurs classiques et de l’Ancien Testament de la Bible. Bien que certains rois assyriens soient mentionnés à plusieurs endroits (et certains apparaissent très en évidence), tels que Sennachérib et Esarhaddon, Sargon n’est mentionné qu’une seule fois dans la Bible. [60] Les érudits étaient intrigués par la mention de l’obscur Sargon et avaient tendance à l’identifier avec l’un des rois les plus connus, soit Shalmaneser V, Sennachérib ou Esarhaddon. En 1845, l’assyriologue Isidor Löwenstern fut le premier à suggérer que le Sargon brièvement mentionné dans la Bible était le constructeur de Dur-Sharrukin, bien qu’il croyait toujours que c’était le même roi qu’Esarhaddon. [61] L’exposition d’architecture fouillée à Dur-Sharrukin et la traduction des inscriptions découvertes à la ville dans les années 1860 ont confirmé l’idée que Sargon était un roi distinct des autres. Dans la neuvième édition de l’Encyclopædia Britannica (1886), Sargon avait sa propre entrée et au tournant du siècle, il était aussi accepté et reconnu que ses prédécesseurs et successeurs auparavant plus connus. [62]

L’image moderne de Sargon dérive de ses propres inscriptions de Dur-Sharrukin et des travaux de chroniqueurs mésopotamiens ultérieurs. Aujourd’hui, Sargon est reconnu comme l’un des rois les plus importants de l’empire néo-assyrien grâce à son rôle dans la fondation de la dynastie des Sargonides, qui régnera sur l’Assyrie jusqu’à sa chute environ un siècle après sa mort. Grâce à l’étude de son plus grand projet de construction, Dur-Sharrukin, il a été considéré comme un mécène des arts et de la culture et il était un constructeur prolifique de monuments et de temples, à la fois à Dur-Sharrukin et ailleurs. Ses campagnes militaires réussies ont consolidé l’héritage du roi en tant que grand chef militaire et tacticien. [15]

Titres

Relief du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin représentant des eunuques portant son trône. Exposé au Musée de l’ Irak .

 

Cylindre en terre cuite de Sargon II racontant ses campagnes militaires. De Khorsabad, Irak. Musée de l’Irak .

La stèle chypriote de Sargon en 707 av.J.-C. accorde au roi le titre suivant:

Sargon, le grand roi, le puissant roi, roi de l’univers, roi d’Assyrie, vice-roi de Babylone, roi de Sumer et d’Akkad, roi des quatre régions de la terre, favori des grands dieux, qui me précèdent; A_ssur, N_abû et M_arduk m’ont confié un royaume sans égal et ont fait que mon gracieux nom atteigne la plus haute renommée. [63]

Dans un compte rendu des travaux de restauration effectués au palais d’Ashurnasirpal II à Nimrud (écrit avant sa victoire sur M_arduk-apla-iddina II), Sargon utilise le titre plus long suivant:

Sargon, préfet d’ Enlil , prêtre d’Assur, élu d’ Anu et Enlil, le puissant roi, roi de l’univers, roi d’Assyrie, roi des quatre quarts du monde, favori des grands dieux, souverain légitime, qu’A_ssur et M_arduk ont ​​appelé, et dont ils ont fait atteindre le nom à la plus haute renommée; héros puissant, vêtu de terreur, qui envoie son arme pour abattre l’ennemi; brave guerrier, depuis le jour de son accession au pouvoir, il n’y a pas eu de prince égal à lui, qui n’ait été sans conquérant ni rival; qui a amené sous sa domination toutes les terres du lever au soleil couchant et a assumé la direction des sujets d’E_nlil; chef guerrier, à qui Nudimmud a accordé la plus grande puissance, dont la main a tiré une épée qui ne peut être résistée; prince exalté, qui se trouva face à face avec Humbanigash, roi d’Elam, dans les faubourgs de Dêr et le battit; subjuguer le pays de Juda, qui est au loin; qui a emporté le peuple de Hamath, dont les mains ont capturé Yau-bi’di, leur roi; qui a repoussé le peuple de Kakmê, de méchants ennemis; qui ont mis en ordre les tribus manniennes désordonnées; qui réjouissait le cœur de sa terre; qui a étendu la frontière de l’Assyrie; règle minutieuse; piège des infidèles; dont la main a capturé Pisiris, roi de Hatti, et placé son fonctionnaire sur Karkemish, sa capitale; qui a emmené les gens de Shinuhtu, appartenant à Kiakki, roi de Tabal, et les a amenés à Assur, sa capitale; qui a placé son joug sur la terre de Muski; qui a conquis les Manneans, Karallu et Paddiri; qui a vengé sa terre; qui renversa les Mèdes lointaines jusqu’au soleil levant. [64]

Voir également

  • Liste des rois assyriens
  • Histoire militaire de l’empire néo-assyrien
  • Stèle de Sargon
  • Annales de Sargon II
  • Prisme A de Sargon II

Les références

  1. ^ un b c d e f g Melville 2016 , p. 56.
  2.  Bertin 1891 , p. 49.
  3. ^ A b c Elayi 2017 , p. 13.
  4. ^ A b c Elayi 2017 , p. 14.
  5. ^ A b c Davenport 2016 , p. 36.
  6. ^ un b Radner 2016 , p. 47.
  7. ^ Parker 2011 , p. 367.
  8. ^ A b c d Mark 2014A .
  9. ^ a b Elayi 2017 , p. 8, 26.
  10. ^ Cogan 2017 , p. 154.
  11. ^ Chen 2020 , p. 201.
  12.  Garelli 1991 , p. 46.
  13. ^ A b c Elayi 2017 , p. 27.
  14. ^ un b Brinkman 1973 , p. 91.
  15. ^ a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa Mark 2014b .
  16. ^ a b Elayi 2017 , p. 28.
  17. ^ Ahmed 2018 , p. 63.
  18. ^ Fales 2014 , p. 204, 227.
  19. ^ A b c Elayi 2017 , p. 26.
  20. ^ Hurowitz 2010 , p. 93.
  21. ^ a b Elayi 2017 , p. 12.
  22. ^ Elayi 2017 , p. 15.
  23. ^ Elayi 2017 , p. 29.
  24. ^ a b Elayi 2017 , p. 7.
  25. ^ Yamada et Yamada 2017 , pp. 406–408.
  26. ^ a b c d e f g h i j k l m n o p q r s Radner 2012 .
  27. ^ un b Jakubiak 2004 , p. 192.
  28. ^ Jakubiak 2004 , p. 191.
  29. ^ Jakubiak 2004 , p. 194.
  30. ^ un b Jakubiak 2004 , p. 197.
  31. ^ un b Jakubiak 2004 , p. 198.
  32. ^ Elayi 2017 , p. 143.
  33. ^ A b c d e f Van Der Spek 1977 , p. 57.
  34.  Van Der Spek 1977 , p. 60.
  35.  Van Der Spek 1977 , p. 62.
  36. ^ Radner 2010 , p. 434.
  37. ^ un b Radner 2010 , p. 440.
  38. ^ Radner 2010 , p. 432.
  39. ^ Radner 2010 , p. 438.
  40. ^ Luckenbill 1924 , p. 9.
  41. ^ Harmanşah 2013 , p. 120.
  42. ^ un b Dubovský 2006 , pp. 141–142.
  43. ^ Elayi 2017 , p. 16.
  44. ^ Elayi 2017 , p. 23.
  45. ^ a b Elayi 2017 , p. 18.
  46. ^ Elayi 2017 , p. 21.
  47. ^ Elayi 2017 , p. 19.
  48. ^ Elayi 2017 , p. 20.
  49. ^ Elayi 2017 , p. 4.
  50. ^ Elayi 2017 , p. 5.
  51. ^ Elayi 2017 , p. 6.
  52. ^ Romey 2016 .
  53. ^ Frahm 2008 , p. 15.
  54.  Frahm 2014 , p. 202.
  55.  Frahm 2003 , p. 130.
  56.  Frahm 2014 , p. 203.
  57. ^ Luckenbill 1927 , pp. 224-226.
  58.  Karlsson 2017 , p. dix.
  59. ^ Luckenbill 1927 , p. 413.
  60.  Holloway 2003 , p. 68.
  61. ^ Holloway 2003 , pp. 69–70.
  62.  Holloway 2003 , p. 71.
  63. ^ Luckenbill 1927 , p. 101.
  64. ^ Luckenbill 1927 , pp. 71–72.

Bibliographie

  • Ahmed, Sami Said (2018). Le sud de la Mésopotamie à l’époque d’Assurbanipal . Walter de Gruyter GmbH & Co KG. ISBN 978-3111033587.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Bertin, G. (1891). « Chronologie et histoire babyloniennes » . Transactions de la Royal Historical Society . 5 : 1–52. doi : 10.2307 / 3678045 . JSTOR  3678045 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Brinkman, JA (1973). « Le problème babylonien de Sennachérib: une interprétation ». Journal des études cunéiformes . 25 (2): 89–95. doi : 10.2307 / 1359421 . JSTOR  1359421 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Chen, Fei (2020). « Une Liste des Rois Assyriens » . Étude sur la liste des rois synchronistes d’Assur . BARBUE. ISBN 978-9004430921.
  • Cogan, Mordechai (2017). « Restaurer l’Empire » . Journal d’exploration d’Israël . 67 (2): 151-167. JSTOR  26740626 .
  • Davenport, TL (2016). Situation et organisation: The Empire Building of Tiglath-Pileser III (745-728 BC) (PDF) (Thèse de doctorat). Université de Sydney.
  • Dubovský, Peter (2006). Ézéchias et les espions assyriens: la reconstruction des services de renseignement néo-assyriens et leur importance pour 2 Rois 18-19 . Presse grégorienne et biblique. ISBN 978-8876533525.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Elayi, Josette (2017). Sargon II, roi d’Assyrie . SBL Press. ISBN 978-1628371772.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Fales, Frederick Mario (2014). « Les Deux Dynasties d’Assyrie » . À Gaspa, Salvatore; Greco, Alessandro; Morandi Bonacossi, Daniele; Ponchia, Simonetta; Rollinger, Robert (éd.). De la source à l’histoire: études sur les anciens mondes du Proche-Orient et au-delà . Münster: Ugarit Verlag. ISBN 978-3868351019.
  • Frahm, Eckart (2003). « Nouvelles sources pour la » première campagne « de Sennachérib  » . Isimu . 6 : 129-164.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Frahm, Eckart (2008). « La Grande Ville: Ninive à l’ère de Sennachérib » . Journal de la Société canadienne d’études mésopotamiennes . 3 : 13-20.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Frahm, Eckart (2014). « Questions de Famille: Réflexions Psychohistoriques sur Sennachérib et Son Temps ». Dans Kalimi, Isaac; Richardson, Seth (éd.). Sennachérib aux portes de Jérusalem: histoire, histoire et historiographie . Leiden: Brill. ISBN 978-9004265615.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Garelli, Paul (1991). « La réalisation de Tiglath-pileser III: nouveauté ou continuité? » (PDF) . Dans Cogan, M .; Eph’al, I. (éd.). Études en histoire assyrienne et historiographie ancienne du Proche-Orient présentées à Hayim Tadmor . Jérusalem: Magnes.
  • Harmanşah, Ömür (2013). Villes et formation de la mémoire dans l’ancien Proche-Orient . La presse de l’Universite de Cambridge. ISBN 978-1107533745.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Holloway, Steven W. (2003). « La Quête de Sargon, Pul et Tiglath-Pileser au dix-neuvième siècle » . À Chavalas, Mark W .; Younger, Jr, K. Lawson (éd.). La Mésopotamie et la Bible . A&C Black. ISBN 978-0567082312.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Hurowitz, Victor Avigdor (2010). « Le nom Midrashim et le mot joue sur les noms dans les écrits historiques akkadiens » . Dans Horowitz, Wayne; Gabbay, Uri; Vukosavovic, Filip (éd.). Une femme de valeur: Jérusalem antique études proche – orientales en l’ honneur de Jeanne Goodnick Westenholz . Presse CSIC. ISBN 978-8400091330.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Jakubiak, Krzysztof (2004). « Quelques remarques sur la huitième campagne de Sargon II de 714 avant JC » . Iranica Antiqua . 39 : 191–202. doi : 10.2143 / IA.39.0.503895 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Karlsson, Mattias (2017). « Titulaire Royal Assyrien en Babylonie » . S2CID  6128352 . Citer le journal nécessite |journal=( aide )CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Luckenbill, Daniel David (1924). Les Annales de Sennachérib (PDF) . Presses de l’Université de Chicago.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Luckenbill, Daniel David (1927). Documents anciens de l’Assyrie et de la Babylonie Volume 2: Documents historiques de l’Assyrie de Sargon à la fin . Presses de l’Université de Chicago.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Melville, Sarah C. (2016). Les campagnes de Sargon II, roi d’Assyrie, 721–705 BC University of Oklahoma Press. ISBN 978-0806154039.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Parker, Bradley J. (2011). « La construction et l’exécution de la royauté dans l’empire néo-assyrien ». Journal de recherche anthropologique . 67 (3): 357-386. doi : 10.3998 / jar.0521004.0067.303 . JSTOR  41303323 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Radner, Karen (2016). « Révoltes dans l’Empire Assyrien: Guerres de Succession, Rébellions contre un Faux Roi et Mouvements d’Indépendance » . Dans Collins, John J .; Manning, JG (éd.). Révolte et résistance dans l’ancien monde classique et au Proche-Orient: dans le creuset de l’Empire . Éditeurs Brill. ISBN 978-9004330184.
  • Radner, Karen (2010). « La stèle de Sargon II d’Assyrie à Kition: un foyer pour une identité chypriote émergente? » . Dans Rollinger, Robert; Gufler, Birgit; Lang, Martin; Madreiter, Irene (éd.). Interkulturalität in der Alten Welt: Vorderasien, Hellas, Ägypten und die vielfältigen Ebenen des Kontakts . Harrassowitz Verlag. ISBN 978-3447061711.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Van Der Spek, R. (1977). « La lutte du roi Sargon II d’Assyrie contre le Chaldéen Merodach-Baladan (710-707 BC) » . JEOL . 25 : 56–66.CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )
  • Yamada, Keiko; Yamada, Shiego (2017). « Shalmaneser V et son époque, revisité » . À Baruchi-Unna, Amitai; Forti, Tova; Aḥituv, Shmuel; Ephʿal, Israël; Tigay, Jeffrey H. (éd.). «Maintenant, cela s’est passé à cette époque»: des études en historiographie biblique, assyrienne et autre ancienne du Proche-Orient présentées à Mordechai Cogan à l’occasion de son 75e anniversaire . 2 . Lac Winona, Indiana: Eisenbrauns. ISBN 978-1575067612.

Sources Web

  • Mark, Joshua J. (2014). « Dynastie Sargonid » . Encyclopédie de l’histoire du monde . Récupéré le 9 décembre 2019 .
  • Mark, Joshua J. (2014). «Sargon II» . Encyclopédie de l’histoire du monde . Récupéré le 9 février 2020 .
  • Radner, Karen (2012). « Sargon II, roi d’Assyrie (721-705 BC) » . Bâtisseurs d’empire assyrien . Récupéré le 9 février 2020 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )

Sources de nouvelles

  • Romey, Kristin (10 novembre 2016). « Les sites antiques emblématiques ravagés dans le dernier combat d’ISIS en Irak » . National Geographic . Récupéré le 9 février 2020 .CS1 maint: réf duplique par défaut ( lien )

Liens externes

  • Daniel David Luckenbill de documents anciens d’Assyrie et en Babylonie Volume 2: dossiers historiques d’Assyrie De Sargon à la fin , contenant les traductions d’un grand nombre d’inscriptions de Sargon II.
Sargon II
Dynastie des Sargonides

Né: c. 762 BC Mourut: 705 BC

Précédé par
Shalmaneser V
Roi d’Assyrie
722-705 avant JC
Succédé par
Sennachérib
Précédé par
M_arduk-apla-iddina II
Roi de Babylone
710-705 avant JC