Promesse à David

Promesse à David

VENDREDI 16 NOVEMBRE 2018

Cet article est un complément technique à l’article Miskan sur le rapport entre le Miskan et le Temple.

Introduction:
2Samuel 7.1 Lorsque le roi (David, paix sur lui) habita dans sa maison, et que l’Eternel lui eut donné du repos, après l’avoir délivré de tous les ennemis qui l’entouraient, 2 il dit à Nathan le prophète: Vois donc! j’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite au milieu d’une tente. 3 Nathan répondit au roi: Va, fais tout ce que tu as dans le coeur, car l’Eternel est avec toi.

Constatons que David a une idée en tête. Une idée d’adoration. Une idée à la hauteur de sa situation.

Voici la réponse:
4 La nuit suivante, la parole de l’Eternel fut adressée à Nathan : 5 Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle l’Eternel : Est-ce toi qui me bâtirais une maison pour que j’en fasse ma demeure ? 6 Mais je n’ai point habité dans une maison depuis le jour où j’ai fait monter les enfants d’Israël hors d’Egypte jusqu’à ce jour; j’ai voyagé sous une tente et dans un tabernacle. 7 Partout où j’ai marché avec tous les enfants d’Israël, ai-je dit un mot à quelqu’une des tribus d’Israël à qui j’avais ordonné de paître mon peuple d’Israël, ai-je dit: Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdre?

Constatons que le Créateur a la sienne.

8 Maintenant tu diras à mon serviteur David : Ainsi parle l’Eternel des armées : Je t’ai pris au pâturage, derrière les brebis, pour que tu fusses chef sur mon peuple, sur Israël; 9 j’ai été avec toi partout où tu as marché, j’ai exterminé tous tes ennemis devant toi, et j’ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre; 10 j’ai donné une demeure à mon peuple, à Israël, et je l’ai planté pour qu’il y soit fixé et ne soit plus agité, pour que les méchants ne l’oppriment plus comme auparavant 11 et comme à l’époque où j’avais établi des juges sur mon peuple d’Israël. Je t’ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis.

Et l’Éternel t’annonce qu’il t’établira une maison.

Le Créateur rappelle tous les bienfaits envers son peuple. Ceci pour rappeler l’Alliance. Au verset 11, le Créateur s’adresse à David en utilisant “laka”: il s’agit bien d’un don divin à son serviteur et non le contraire.

12 Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, j’élèverai ta postérité après toi, celui qui sera sorti de tes entrailles, et j’affermirai son règne.

L’accomplissement de la promesse se fera à partir de son fils, Salomon, paix sur lui.

13 Il établira une maison à mon nom, et j’affermirai pour toujours le trône de son royaume. 14 Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils. S’il fait le mal, je le châtierai avec la verge des hommes et avec les coups des enfants des hommes; 15 mais ma grâce ne se retirera point de lui, comme je l’ai retirée de Saül, que j’ai rejeté devant toi. 16 Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés, ton trône sera pour toujours affermi.

La promesse est claire: la royauté et la maison sont liées éternellement. Les promesses divines ne se démentent jamais. Or, une constatation d’évidence s’impose: la royauté en Israël a eu un terme. La seule conclusion est que cette royauté n’est pas de nature  politique, et ce, même si l’on considère qu’Israël puisse, hypothétiquement, être une théocratie. Naturellement, avec tout le recul que nous possédons, nous comprenons aisément que cette maison n’est pas un temple fait de pierres. David, dans son zèle à plaire de toute son âme au Créateur, n’a pu s’affranchir de ses désirs, de sa conception religieuse du monde. Lorsque Nathan est venu à lui pour lui rapporter la volonté divine, il a plaqué sa propre volonté toute humaine dessus. Et ce n’est pas Nathan, dévoué à son roi, qui aurait pu le contredire. Il n’était qu’un transmetteur.
Nous pourrions être amenés à penser que cette maison est celle de ses descendants. Après tout, il est question du fruit des entrailles de David. Nous parlerions alors des gens de la maison de David. Et il est vrai que cette maison n’aurait pas de fin.

17 Nathan rapporta à David toutes ces paroles et toute cette vision. 18 Et le roi David alla se présenter devant l’Eternel, et dit : Qui suis-je, Seigneur Eternel, et quelle est ma maison, pour que tu m’aies fait parvenir où je suis? 19 C’est encore peu de chose à tes yeux, Seigneur Eternel; tu parles aussi de la maison de ton serviteur pour les temps à venir. Et tu daignes instruire un homme de ces choses, Seigneur Eternel ! 20 Que pourrait te dire de plus David ? Tu connais ton serviteur, Seigneur Eternel ! 21 A cause de ta parole, et selon ton coeur, tu as fait toutes ces grandes choses pour les révéler à ton serviteur. 22 Que tu es donc grand, Eternel Dieu ! car nul n’est semblable à toi, et il n’y a point d’autre Dieu que toi, d’après tout ce que nous avons entendu de nos oreilles. 23 Est-il sur la terre une seule nation qui soit comme ton peuple, comme Israël, que Dieu est venu racheter pour en former son peuple, pour se faire un nom et pour accomplir en sa faveur, En faveur de ton pays, des miracles et des prodiges, en chassant devant ton peuple, que tu as racheté d’Egypte, des nations et leurs dieux ? 24 Tu as affermi ton peuple d’Israël, pour qu’il fût ton peuple à toujours; et toi, Eternel, tu es devenu son Dieu. 25 Maintenant, Eternel Dieu, fais subsister jusque dans l’éternité la parole que tu as prononcée sur ton serviteur et sur sa maison, et agis selon ta parole. 26 Que ton nom soit à jamais glorifié, et que l’on dise : L’Eternel des armées est le Dieu d’Israël ! Et que la maison de ton serviteur David soit affermie devant toi! 27 Car toi-même, Eternel des armées, Dieu d’Israël, tu t’es révélé à ton serviteur, en disant : Je te fonderai une maison! C’est pourquoi ton serviteur a pris courage pour t’adresser cette prière. 28 Maintenant, Seigneur Eternel, tu es Dieu, et tes paroles sont vérité, et tu as annoncé cette grâce à ton serviteur. 29 Veuille donc bénir la maison de ton serviteur, afin qu’elle subsiste à toujours devant toi! Car c’est toi, Seigneur Eternel, qui as parlé, et par ta bénédiction la maison de ton serviteur sera bénie éternellement.

Le message est reçu. David a interprété qu’il s’agissait de la maison de ses descendants. C’est un bien plus grand don qu’un monument fait de pierres qui peut être détruit. Son histoire est ensuite longuement décrite. Puis nous changeons de livre: 1Roi. Il meurt au chapitre 2 puis Salomon monte sur le trône. Celui-ci règle ses comptes avec ses ennemis puis…

1Roi 3.4 Le roi se rendit à Gabaon pour y sacrifier, car c’était le principal des hauts lieux. Salomon offrit mille holocaustes sur l’autel. 5 A Gabaon, l’Eternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit : Demande ce que tu veux que je te donne. 6 Salomon répondit : Tu as traité avec une grande bienveillance ton serviteur David, mon père, parce qu’il marchait en ta présence dans la fidélité, dans la justice, et dans la droiture de coeur envers toi; tu lui as conservé cette grande bienveillance, et tu lui as donné un fils qui est assis sur son trône, comme on le voit aujourd’hui. 7 Maintenant, Eternel mon Dieu, tu as fait régner ton serviteur à la place de David, mon père; et moi je ne suis qu’un jeune homme, je n’ai point d’expérience. 8 Ton serviteur est au milieu du peuple que tu as choisi, peuple immense, qui ne peut être ni compté ni nombré, à cause de sa multitude. 9 Accorde donc à ton serviteur un coeur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?

10 Cette demande de Salomon plut au Seigneur. 11 Et Dieu lui dit : Puisque c’est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l’intelligence pour exercer la justice, 12 voici, j’agirai selon ta parole. Je te donnerai un coeur sage et intelligent, de telle sorte qu’il n’y aura eu personne avant toi et qu’on ne verra jamais personne de semblable à toi. 13 Je te donnerai, en outre, ce que tu n’as pas demandé, des richesses et de la gloire, de telle sorte qu’il n’y aura pendant toute ta vie aucun roi qui soit ton pareil. 14 Et si tu marches dans mes voies, en observant mes lois et mes commandements, comme l’a fait David, ton père, je prolongerai tes jours.

15 Salomon s’éveilla. Et voilà le songe. Salomon revint à Jérusalem, et se présenta devant l’arche de l’alliance de l’Eternel. Il offrit des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces, et il fit un festin à tous ses serviteurs.

Ainsi, la promesse s’est accomplie. Le don de la sagesse. Il ne s’agit donc pas d’un temple et pas plus d’une descendance de la chair. Nous allons avoir la confirmation par la suite. Juste après nous avons cette fameuse histoire des deux femmes et du bébé mort. Par sa sagesse, Salomon comprend qui est la vraie mère.

28 Tout Israël apprit le jugement que le roi avait prononcé. Et l’on craignit le roi, car on vit que la sagesse de Dieu était en lui pour le diriger dans ses jugements.

Je vous invite à lire l’article Hijaboun habibi: https://www.facebook.com/notes/stephan-pain/hijaboun-habibi/10155945626217645/
Il est expliqué ce qu’est ce don de la sagesse et comment celle-ci a été présenté dans le Coran à qui sait bien le lire. Mais si cette sagesse est propre à Salomon, en quoi la promesse faite à David d’une maison qui n’a pas de fin a été accomplie? Eh bien, nous avons déjà traité de ce sujet dans cet article-ci: https://www.facebook.com/notes/stephan-pain/avant-quabraham-f%C3%BBt-je-suis/10153422658627645/

Lisons Proverbes 8:
8.22 L’Éternel m’a créée la première de ses oeuvres, Avant ses oeuvres les plus anciennes. 8.23 J’ai été établie depuis l’éternité, Dès le commencement, avant l’origine de la terre. 8.24 Je fus enfantée quand il n’y avait point d’abîmes, Point de sources chargées d’eaux; 8.25 Avant que les montagnes soient affermies, Avant que les collines existent, je fus enfantée; 8.26 Il n’avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, Ni le premier atome de la poussière du monde. 8.27 Lorsqu’il disposa les cieux, j’étais là; Lorsqu’il traça un cercle à la surface de l’abîme,  8.28 Lorsqu’il fixa les nuages en haut, Et que les sources de l’abîme jaillirent avec force, 8.29 Lorsqu’il donna une limite à la mer, Pour que les eaux n’en franchissent pas les bords, Lorsqu’il posa les fondements de la terre,  8.30 J’étais à l’oeuvre auprès de lui, Et je faisais tous les jours ses délices, Jouant sans cesse en sa présence, 8.31 Jouant sur le globe de sa terre, Et trouvant mon bonheur parmi les fils de l’homme.

Le texte est clair: la sagesse est éternelle. Elle est de nature divine. Elle est un don du Créateur. Ce qui assure la continuité entre les générations de sages n’est pas l’hérédité. Pourtant, il y a bel et bien un lien entre elles. Comme dit dans l’article, l’expression mon/mes fils est répétée 21 fois dans les Proverbes. Nous pouvons résumer en un seul verset:

Pro 4.1 Écoutez, mes fils, l’instruction d’un père, Et soyez attentifs, pour connaître la sagesse;

Celui qui a reçu la sagesse, devient capable à son tour de l’enseigner à ceux qui le suivront. Eux-mêmes seront capables de la recevoir puis d’y ajouter la leur pour enfin la transmettre. Et ainsi de suite. C’est ce que nous appelons communément la parenté spirituelle. Parfois, si cela s’avère nécessaire, il faut savoir renier les enseignements de ses parents biologiques et de ses proches pour accéder à la vérité. Cela fait écho à certains versets des évangiles qui paraissent choquant au premier abord.
Pour ceux qui n’ont pas reçu la sagesse, voici comment le livre se poursuit:

4 Maintenant l’Eternel, mon Dieu, m’a donné du repos de toutes parts; plus d’adversaires, plus de calamités ! 5 Voici, j’ai l’intention de bâtir une maison au nom de l’Eternel, mon Dieu, comme l’Eternel l’a déclaré à David, mon père, en disant : Ton fils que je mettrai à ta place sur ton trône, ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom.

Hors de tout contexte, ce verset est cité de la promesse. Celui qui entend cela ne peut saisir qu’il ne s’agit pas d’un temple. Il s’ensuit une description de la construction d’un temple avec moult détails. Il n’est pas indiqué que ceci correspond à des prescriptions divines. C’est alors que:

11 L’Eternel adressa la parole à Salomon, et lui dit : 12 Tu bâtis cette maison!
Si tu marches selon mes lois, si tu pratiques mes ordonnances, si tu observes et suis tous mes commandements, j’accomplirai à ton égard la promesse que j’ai faite à David, ton père, 13 j’habiterai au milieu des enfants d’Israël, et je n’abandonnerai point mon peuple d’Israël.

Le Créateur fait une affirmation à propos de la maison. Ni plus ni moins. D’ailleurs, on pourra faire remarquer que le verbe utilisé est le même que dans la promesse: banah. Banah signifie bâtir mais aussi établir. Il n’y a pas d’obligation de construction physique. Avec la même phrase, le Créateur pourrait tout aussi bien constater que de par son action, son serviteur est un maillon zélé de la transmission de la sagesse. Il n’y aurait aucun rapport avec la construction du temple qui précède. On pourrait alors se dire que dans sa sagesse, Salomon a compris qu’il allait devoir construire ce temple et que celui-ci allait servir de manière temporaire. Dans le contexte où il est, c’est la meilleure action qu’il puisse mener. Mais cette construction n’est pas l’accomplissement de la promesse en soi. Peut-il expliquer cela à ses contemporains? Certes, non.
Doit-il faire comprendre cela de manière cachée à ceux qui le suivront? Dans un esprit illuministe, nous pourrions le croire. Mais ce n’est pas le cas. C’est au Créateur qu’il advient d’assurer cette transmission. De manière totalement claire. Tout est une question de temporalité: chaque chose en son temps.
Au fond, il n’y a pas vraiment à s’étonner de ce que les illuministes se soient accroché à l’idée d’un temple physique. Le faux appelle le faux.

Voici d’ailleurs la suite:

1Rois8.18 Et l’Eternel dit à David, mon père : Puisque tu as eu l’intention de bâtir une maison à mon nom, tu as bien fait d’avoir eu cette intention. 19 Seulement, ce ne sera pas toi qui bâtiras la maison; mais ce sera ton fils, sorti de tes entrailles, qui bâtira la maison à mon nom.

Nous voyons bien que la parole a été déformée. Qui parle réellement ici? La suite est bien pire encore avec des accusations d’idolâtrie et de fornication. Ce qui est totalement nié dans le Coran. Difficile de vraiment conclure quant à l’origine réelle de la volonté d’ériger un temple de pierre. Voire si tout simplement il ne s’agit pas d’une pure invention scripturaire tardive.

En réalité la royauté et la maison sont une seule et même chose. Ainsi lorsque le Messie s’est proclamé roi en entrant dans Jérusalem, l’instant d’après il s’est attaqué au temple. C’était inéluctable. Le temps était venu. Il n’y a donc aucune malédiction, aucune épreuve là-dedans. Juste un temps qui s’achève. Le motif de la condamnation était “roi des juifs”. Ce motif incluait la destruction du temple matériel. Chose impensable aux yeux de ceux qui n’avaient pas la sagesse en eux. Ces gens-là avaient le pouvoir. La mort était donc elle aussi inéluctable. Sagesse et pouvoir sont généralement incompatibles. C’est ainsi.Cet article est un peu technique, mais il me semblait indispensable.
Paix sur vous.

Les commentaires sont clos.