vendredi 1 mars 2024

Tombant du ciel

On peut juger l’impact de son combat à  l’énergie déployée par son ennemi.

Il y a de cela une semaine, un clip vidéo américain est sorti sur le net. Il a provoqué un torrent de réactions indignées notamment depuis les chaines conservatrices américaines. Alors on pourrait se dire qu’il s’agit d’une énième provocation  à l’égard des croyants, un crachat de plus à la face des chrétiens. A vrai dire, après que ma curiosité m’a poussé à visionner la source de tout ce grabuge, je restais un peu sur ma faim. Tout ça pour ça? L’adversaire prend du plaisir à la colère des croyants. Ne lui donnez pas ce plaisir. Dans la mesure où j’ai pris connaissance de cette histoire au travers d’une vidéo réaction d’un jeune français qui adoptait spontanément cette attitude et l’enseignait, il est clair que  cet article n’aurait aucun intérêt si il n’allait pas plus loin. Et si c’est le cas, c’est qu’un indice a attiré mon attention. J’ai donc creusé le sujet.

En 2019, un jeune chanteur américain débarquait sur la scène internationale avec grand fracas.  A l’heure actuelle, le clip a fait 1.2 milliards de vues. Un chiffre qui parait bien irréel et qui est propre à faire tourner la tête à bien du monde. Lorsque l’on voit comment certains influenceurs affichent des comportements effrayants alors qu’ils ne font que des centaines de milliers de vues, voire parfois beaucoup moins, et il est clair que mon activité internet m’épargne  ce cirque, on s’imagine ce que cela peut donner quand on compte en milliards. N’ayant pas décortiqué la vie de cet individu, je vais essayer d’en faire une synthèse malgré tout.  Il me semble que dans les temps qui ont suivi son fulgurant succès, l’homme a fait son « coming-out ». Jusque là rien d’extraordinaire. L’année suivante, un nouveau morceau fait plusieurs centaines de millions de vues. On se dit qu’il a une carrière toute tracée. Mais déjà le succès semble avoir altéré grandement son image. Du premier clip très grand public, l’ambiance est devenue beaucoup plus déconnectée. Une autre facette du personnage se révèle. Enfin 2021 voit l’homme achever sa mutation au grand jour. Énormément de moyens sont investis dans le clip. Nous sommes alors dans un univers mystique, passant du ciel à l’enfer. Vers le début apparaît une inscription en grec sur le tronc de l’arbre de la connaissance. Il s’y lit quelques mots de Platon que l’on peut traduire ainsi:

«De l’époque où la nature humaine était déchirée en deux, chacune désirant l’autre  moitié d’elle-même».

Le thème évoqué ici est l’androgynie. La fin est explicite. L’homme tue la créature rouge cornue et place ses cornes sur sa propre tête. L’affaire fait grand bruit. Au même moment, c’est à dire pour la Pâque,  une paire de baskets détournée était produite pour appuyer l’effet de provocation. Outre un pentagramme et du sang humain, elle arborait une référence aux évangiles qui semblait être l’élément central de l’objet. Enfin, il est important de s’attarder sur le titre du morceau qui n’est autre que le propre prénom du chanteur habituellement sous pseudonyme. C’est un mot espagnol qui signifie de manière brute montagnard. Dans le contexte, et comprenant l’importance de ce prénom, nous pourrions traduire ce mot dans le sens de « Celui qui est dans les hauteurs ». Une mention à l’impératif est ajoutée entre parenthèses: « Nomme-moi par ton nom ». Et j’ai beau tourner la question dans tous les sens, il me semble que celui qui s’exprime dans ces parenthèses c’est l’adversaire lui-même. Ce dernier intime l’ordre au chanteur qui lui est alors entièrement soumis de le nommer par son propre prénom pour signifier au monde qu’il régnerait dans les hauteurs. Certains fans ont supposé que le mot faisait référence au jardin d’Eden, mais le sous-titre ne va pas en ce sens.

Dans les temps qui ont suivi, l’homme a fait dans la surenchère dans les déclarations publiques et les images chocs. On pourrait se dire qu’il a trouvé un fond de commerce très lucratif et que la moquerie de la foi est un sport relativement bien pratiqué. Mais la technique d’annonce du morceau de 2024 est bien trop lourde et surtout ambiguë. Il ne s’agit pas seulement de pervertir les masses en glorifiant le péché. On dirait qu’il y a un message caché. D’ailleurs voici l’annonce officielle sur un  canal populaire actuellement:

My new single is dedicated to the man who had the greatest comeback of all time.

Mon nouveau single est dédié à l’homme qui a fait le plus grand retour de tous les temps
J Christ
January 12, 2024
00:00 EST

A première vue, on pourrait trouver curieux, avec tout le travail en amont, que le titre n’ait pas été sorti pour le 24 décembre. Ou bien à une date ultérieure étant donné l’agenda très étalé dans le temps adopté jusqu’ici. Cela aurait été encore plus efficace. Et ce d’autant que le précédent était sorti pour Pâques. Mais ici, le but est-il vraiment de viser ses millions de fans ou de viser une communauté attachée à son calendrier liturgique? Cette date est le détail qui a attiré mon attention. Le 12 janvier était un vendredi. Pour moi, ce n’est pas n’importe quelle date. En effet, ma vie a basculé le vendredi 13 janvier 2012. Et ce jour a été marqué par l’affichage du 00:00 sur l’horloge de mon téléphone.

Sur un arbre penché – Vendredi 13 Janvier 2012

Pur hasard pourrait-on dire.  Je me penche alors sur le verset cité sur les fameuses baskets qui apparaissent également dans ce clip: Luc 10.18. En voici la traduction usuelle, reprise ainsi par tous les médias:

10.18 Jésus leur dit: Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair.

Dans l’article au-dessus, je décris une blancheur aveuglante qui vient du ciel. Me voilà troublé. L’objectif visé se préciserait donc. Attirer l’attention du plus grand nombre sur ce verset, c’est s’assurer que son contenu soit connu de tous. Ainsi, un événement apparemment similaire constituerait une preuve imparable de son origine maléfique. Qu’importe ce que les gens pensent du rapporteur et de son rapport à la foi. Si la mise en garde se base sur des sources textuelles solides, elle remplit son office.

Dans l’exégèse classique, cette phrase trouve un écho dans l’apocalypse du corpus traditionnel:

  • 12.9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.
    12.10 Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.

Ce passage indique que l’adversaire est précipité sur terre quelques années avant l’avènement du Messie. En assemblant les deux passages bibliques, l’affaire semble entendue. Si quelqu’un devait annoncer qu’un éclair est tombé du ciel, ce ne pourrait être qu’un disciple du cornu, voire le cornu lui-même. Si l’individu possède des capacités de persuasion (séduction serait le terme employé par les détracteurs pour  en dénier le SIgne) basées sur les écritures, il pourrait très bien être qualifié d’antichrist. Y compris par les musulmans eux-mêmes dans la mesure où l’eschatologie traditionnelle annonce un Dajjal dont ils reconnaîtraient là les caractéristiques, même s’ils n’accordent aucune légitimité au dernier livre du corpus.

Imparable? Non. Il suffit de se référer au Coran. Il se trouve que le Coran dévoile des informations inconnues de la tradition biblique. Voici les versets:

Sourate al-Mulk 67:5 
5. « Nous avons embelli le ciel le plus proche avec des lampes [des étoiles] dont Nous avons fait des projectiles pour lapider les démons… »

 

Sourate as-Saffat 37:6-10 :
« Nous avons décoré le ciel le plus proche du décor des « planète / étoiles », 7. afin de le protéger contre tout diable rebelle. 8. Ils ne pourront être à l’écoute des dignitaires suprêmes [les Anges]; car ils seront harcelés de tout côté, 9. et refoulés. Et ils auront un châtiment perpétuel.10. Sauf celui qui saisit au vol quelque [information]; il est alors pourchassé par une « étoile / météorite » perçante. »

 

Sourate al-Hijr 15:16-18
16. « Certes Nous avons placé dans le ciel des « étoiles / constellations » et Nous l’avons embelli pour ceux qui regardent. 17. Et Nous l’avons protégé contre tout diable banni. 18. A moins que l’un d’eux parvienne subrepticement à écouter, une flamme brillante alors le poursuivait. »

 

Sourate al-Jinn 72:8-9
« Nous avions frôlé le ciel et nous l’avions trouvé bien gardé avec pleins d’« étoiles » (météorites). 9. Nous y prenions place pour écouterMais quiconque prête l’oreille maintenant, trouve contre lui une flamme aux aguets. »

Le Coran est clair sur le sujet: le Shaytan n’est pas un ange. Il ne l’a jamais été. Il n’est donc pas un ange déchu. Il n’est pas non plus au ciel, puisqu’il a été précipité sur terre en même temps que les deux premiers humains. Il est donc bel et bien sur terre, à errer. Le ciel lui est inaccessible ainsi qu’à ses subordonnées. En disant cela, je n’apprends rien aux musulmans et je ne risque pas de convaincre les chrétiens.
Néanmoins, avant d’approfondir, rappelons ce que dit la Bible:

Esaïe 14.12 Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations! 14.13 Tu disais en ton coeur: Je monterai au ciel, J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, A l’extrémité du septentrion; 14.14 Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très Haut. 14.15 Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, Dans les profondeurs de la fosse. 16 Ceux qui te voient fixent sur toi leurs regards, Ils te considèrent attentivement: Est-ce là cet homme qui faisait trembler la terre, Qui ébranlait les royaumes, 17 Qui réduisait le monde en désert, Qui ravageait les villes, Et ne relâchait point ses prisonniers ?

Cette chute est autant virtuelle que ne l’est la montée. Esaïe, paix sur lui, répond en se plaçant dans le même registre que celui qu’il accuse. εἰς τὴν γῆν peut se traduire mot à mot par:  dans la terre. C’est bien dans la terre et non sur/à la terre qu’est le séjour des morts. C’est exactement sur ce même schéma qu’est exposée la « complainte sur le roi de Tyr » où le roi se voit en « Ez 28.14 Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ».
Dans le cadre d’un dualisme occulte (réservé aux initiés), il faut bien comprendre tout l’intérêt qu’a l’adversaire de répandre le mensonge qu’il serait encore au ciel (celui qui ne nous est pas visible), car il peut ainsi prétendre être l’allié de certains  hommes « choisis » par lui tout en demeurant au-dessus de tous les autres. Tous ceux qui adhèrent à cette doctrine aspirent donc à rejoindre l’usurpateur, voire à penser qu’ils ont déjà acquis un statut transcendant. Dans le contexte d’Esaïe, paix sur lui, c’est à dire au moment de l’exil à Babylone, il est question d’un homme qui était roi de Babylone. La traduction usuelle, elle-même basée sur la traduction de la Septante, force l’idée du rapprochement entre ce roi et le Satan de par le nom utilisé: eosphoros, le porteur de lumière. Or le texte hébreu original est הֵילֵל בֶּן-שָׁחַר qui se dit Hillel ben Sahar/Shahar. Il me semble qu’Hillel serait plutôt une traduction d’un prénom  existant du type Enlil comme certains rabbins le suggèrent, suivi de celui de son père ou d’une divinité. Ce n’est qu’une supposition mais toujours est-il que je considère la traduction originale comme abusive.
Il n’y a donc aucun fondement à la doctrine théologique du Satan qui régnerait en enfer en ce moment. Sa seule façon de « régner » c’est d’exercer une emprise sur ceux qui se sont accaparé le pouvoir d’ici bas selon une hiérarchie basée sur l’orgueil (argent, pouvoir, luxure, idéologie, peur, etc… sont des outils de domination). Ce n’est donc uniquement par complicité, laxisme et asservissement volontaire que les humains se soumettent indirectement à Satan. Il n’est donc pas non plus question d’une malédiction liée à l’incarnation dans la matière comme certains groupes minoritaires qui s’affranchissent de la Torah le professent (dissociation de l’âme et du corps). Enfin, remarquons aussi que ce passage d’Esaie vient d’une certaine manière de confirmer le Coran:

J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu

Il serait impossible d’élever un trône au-dessous des étoiles (dans le ciel proche) sous peine de finir lapidé.

Nous allons tâcher de comprendre ce que cette mystérieuse phrase apparemment peu impactante prononcée par le Messie il y a 2000 ans et remise au gout du jour par l’actualité signifie. La voici en grec:

Εἶπεν δὲ αὐτοῖς, Ἐθεώρουν  τὸν Σατανᾶν ὡς ἀστραπὴν ἐκ τοῦ οὐρανοῦ πεσόντα.
Eípen dé aftoís, Etheóroun tón Satanán os astrapín ek toú ouranoú pesónta.

Traduisons mot à mot, voulez-vous:

Il dit (pas) pour eux: ils voient le Satan comme foudre depuis le ciel tombant.

Comme le fait remarquer un auteur d’étude (voir notes), l’ordre des mots de l’expression « tomber du ciel » est inversé par rapport à Esaïe 14 où on peut lire:

πῶς ἐξέπεσεν ἐκ τοῦ οὐρανοῦ ὁ ἑωσφόρος ὁ πρωὶ ἀνατέλλων
pṓs exépesen ek toû ouranoû ho heōsphóros ho prṑ anatéllōn
comment tombait depuis le ciel O porteur de lumière O matin levant

Alors que l’hébreu est:
אֵיךְ נָפַלְתָּ מִשָּׁמַיִם, הֵילֵל בֶּן-שָׁחַר
Eikh nafalta mishamayim, heilel ben-shachar
Comment il tombe depuis les cieux

Il est clair que l’interprétation chrétienne s’est construite sur la  base de l’erreur d’interprétation de la Septante. Dans ces conditions, nous ne pouvons que constater que le texte des évangiles que nous analysons est une traduction interprétée en grec d’une tradition orale en langue araméenne.

Or, tout comme en français, le mot grec « os » traduit par « comme », peut prendre plusieurs sens. Si « comme » peut signifier une comparaison, il peut aussi signifier une simultanéité. Voici un exemple tiré du même évangile:

7.12 Lorsqu’il fut près de la porte de la ville…
Os dé íngisen tí pýli tís póleos

La phrase est  introduite par os et c’est une mise en situation temporelle. Nous pouvons fournir une toute autre traduction pour ce passage de Luc:

Luc 10.18
Et le Messie dit à ses disciples: ils voient le Satan lorsque la foudre  depuis le ciel tombe.

Mais si nous avons corrigé la traduction du verbe « voir », il nous faut être précis avec la grammaire. Débutant en grec, j’utilise les outils à ma disposition. Il se trouve que Satanán est un masculin tandis que astrapín (éclair) est un féminin. Le participe aoriste actif « πεσόντα » s’accorde avec le nom auquel il se rapporte et il est ici au masculin. Le ciel ne pouvant tomber, la chute ne peut concerner que Satan. Il n’en demeure pas moins que la traduction initiale est incorrecte puisque le sujet de la phrase est la troisième personne du pluriel.
Toutefois, comme je le mentionnais plutôt, le texte grec n’est pas la version originale de la tradition qui s’est répandue oralement essentiellement en langue araméenne. Cette traduction en grec a nécessairement été influencée par la Septante et non par le texte hébreu original. Il est tout à fait possible que l’ordre des mots en grec reflète l’inversion initiale du texte araméen et que l’accord grammatical a été opéré suivant l’interprétation. Le traducteur aurait alors ignoré l’accord existant éventuel considérant qu’il s’agissait là d’une erreur de transcription de l’oral à l’écrit. En français oral par exemple, il serait impossible de s’assurer du genre et donc d’établir formellement le sujet de l’action de chuter. Les seules versions connues des Évangiles en araméen sont des traductions à partir du grec. Cet araméen est une version modernisée. Il nous est donc impossible de vérifier par ce biais.
Il apparaît certain que si l’on s’en réfère au Coran, le Satan, en tant que chef des démons, n’a aucun intérêt à aller dans le ciel. Il n’a pas besoin de lire le Coran pour savoir le sort qui est réservé aux djinns qui tentent de quitter la zone où ils sont maintenus. Il y a donc peu de chance qu’il tombe du ciel proche également parce qu’il aurait été frappé pour son imprudence. Quand on parle d’errer sur la terre, cela inclut le ciel visible d’où on ne peut régner (en tant que démiurge). Voir au-dessus.

Si dans Luc le contexte de cette phrase indique que les démons sont sous l’autorité des disciples, revenons au choix porté sur les premiers disciples, à savoir les 12 apôtres.

3.14 Il en établit douze, pour les avoir avec lui, 3.15 et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons.3.16 Voici les douze qu’il établit: Simon, qu’il nomma Pierre; 3.17 Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, auxquels il donna le nom de Boanergès, qui signifie fils du tonnerre;

Ces versets confirment que les premiers disciples étaient les prolongateurs de l’action opérée au ciel proche sur terre. Le tonnerre de Mc 3.17 est bel et bien connecté à la foudre de Luc 10.18. Luc 10 rapporte simplement que ce pouvoir a été étendu des 12 aux 70. En Luc 10.20, mise en garde est faite aux disciples de ne pas se réjouir trop vite et que ce pouvoir semble prendre fin à leur disparition et/ou que ce pouvoir n’est pas une sinécure.

10.19 Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi;  et rien ne pourra vous nuire.
10.20 Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis;
mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux.

Au sujet du pouvoir de chasser les démons, oubliez tout de suite tout ce qu’un grand nombre de charlatans vous ont montré jusqu’ici. Il ne s’agit pas de parler fermement à une personne, de faire de grands gestes devant une assemblée ou que sais-je. C’est bien plus humiliant que cela et surtout beaucoup plus douloureux. Ceux qui se vantent de chasser les démons ne l’ont en réalité jamais fait. Car le jour où il a été décidé en Haut-lieu de vous allouer cette tâche, vous allez le sentir passer et c’est une expérience dont on n’a du mal à ressortir et dont on évite de parler. Ensuite, à chacun ses capacités et son assignation devrais-je dire. Placez votre confiance dans le Créateur, Il a les choses en main.
https://www.stephanpain.com/2020/02/16/le-possede-de-gadara/

Luc 10.18 est une mise en garde qui concerne directement les disciples pour leur temps. Elle pourrait avoir pris effet peu de temps après son départ:

Actes 9.3 Comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.

Un éclair tombe du ciel et ils voient l’apôtre des gentils. Cette explication peut justifier la traduction usuelle puisqu’elle rentre en conflit avec la théologie.
La question qui se pose alors: quelle différence y-a-il entre ce dont je témoigne de ce qui m’est arrivé le 13 janvier 2012 et ce qui est arrivé à l’apôtre sur le chemin de Damas? Au fond, pas grand chose. Sur la question de la légitimité, il n’y a aucune comparaison possible. Une chose est sure, il n’y a aucun héritage spirituel. Du point de vue chrétien, je m’y oppose totalement. Il suffit d’occulter le verset et tout rentre dans l’ordre pour eux. Du point de vue musulman, l’opposition peut s’avérer pencher en ma faveur, mais il suffirait d’accepter ma traduction pour considérer que bien qu’opposés par nos doctrines nous soyons à rejeter de la même manière. Certains pourraient se frotter les mains et se dire que mon orgueil m’a confondu. Certes. Il est clair que la foi n’est pas matière d’argumentation logique. Le Livre est avant tout une base légale et d’enseignements spirituels et non un outil pour déterminer avec certitude le degré de foi de tel ou tel.
Pour se sortir de tout cela, il suffit de lire la suite de l’évangile:

10.21 En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

La foi ne vient pas en lisant. Ces articles n’ont pas vocation à convaincre de choisir de se convertir par des arguments rationnels. Ils sont là pour effacer le travail de l’adversaire et assainir l’interprétation du Livre. Rappel (Traduction corrigée selon le sens et qui constitue une mise en abyme):

22.52 Nous n’avons envoyé, avant toi, ni Messager ni prophète qui n’ait espéré  (fait des vœux pieux) sans que le Diable n’ait jeté (son mensonge) dans ses espoirs.
Allah laisse inscrire (à coté de sa Révélation) ce que le Diable jette, et Allah place sa sagesse (afin de discerner/juger) dans Ses versets – Allah est Omniscient et Sage – 53 afin de faire, de ce que jette le Diable, une tentation pour ceux qui ont une maladie au cœur et ceux qui ont le cœur dur. Et les injustes sont certes dans un schisme profond.
54 Et afin que ceux à qui le savoir a été donné sachent que (le Coran) est en effet, la Vérité venant de ton Seigneur, qu’ils y croient alors, et que leurs cœurs s’y soumettent en toute humilité. Allah guide certes vers le droit chemin ceux qui croient.
55 Et ceux qui mécroient ne cesseront d’être en doute à son sujet, jusqu’à ce que l’Heure les surprenne à l’improviste ou que les atteigne le châtiment d’un jour terrifiant.
56 La souveraineté ce jour-là appartiendra à Allah qui jugera parmi eux. Ceux qui auront cru et fait de bonnes œuvres seront dans les Jardins du délice,
57 et quant aux infidèles qui auront traité Nos révélations de mensonges, ils auront un châtiment avilissant !

 

La foi réelle est irrationnelle et nous la recevons directement individuellement. Si quelqu’un qui n’a pas été touché par la grâce venait à lire ses lignes, il s’en tiendrait éloigné quelque soit ses croyances initiales. De même, l’attitude des gens à mon encontre dans la vie de tous les jours, même si elle peut être influencée par mon propre comportement n’en demeure pas moins le fruit de l’intérieur de la personne.
Comment arrive-je à gérer ma situation? Je crois que dans le domaine, je suis logé à la même enseigne que tout le monde. Mes expériences mystiques peuvent être considérées comme des manifestations démoniaques par d’autres. Tous les envoyés ont été traités de sorciers, de magiciens, de menteurs.

Pour conclure, nous allons exposer une autre mise en abyme. Il se trouve que nos amis les JW  ont soulevé une apparente contradiction. Il est question de l’ange Michael, paix sur lui, du Messie et des anges. Voici la traduction usuelle de l’évangile:

Mat 13.36 Après avoir renvoyé la foule, il entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui et lui demandèrent : « Explique-​nous l’exemple de la mauvaise herbe dans le champ. » 37  Alors il dit : « Celui qui a semé le bon grain, c’est le Fils de l’homme. 38  Le champ, c’est le monde. Le bon grain, ce sont les fils du Royaume. La mauvaise herbe, ce sont les fils du méchant, 39  et l’ennemi qui l’a semée, c’est le Diable. La moisson, c’est la période finale d’un monde, et les moissonneurs, ce sont des anges. 40  La mauvaise herbe est ramassée et brûlée : c’est ce qui arrivera dans la période finale du monde. 41  Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils ramasseront et enlèveront de son royaume tous ceux* qui font trébucher les autres et tous ceux qui agissent au mépris de la loi.

 

Mat 16.27 Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et il donnera alors à chacun ce qu’il mérite en fonction de sa conduite.

Comme chacun sait les JW sont en désaccord avec les autres  chrétiens sur la question de la divinité du Messie. Il s’agit d’une querelle entre chrétiens, et en disant cela je vais me mettre à dos un grand nombre qui refuse le fait que les JW soient dans leurs rangs. Mais là n’est pas le propos. Or, dans les exemples donnés, le Messie aurait des anges, ce qui semble un attribut divin. Parmi les idées émises, l’une d’elle a attiré mon attention: ils prétendent que l’ange Michael et le Messie sont une seule et même personne, ce qui expliquerait qu’il commande des anges. Pour se faire, ils citent deux passages de l’apocalypse:

  •  12.7 Et une guerre a éclaté dans le ciel : Michel et ses anges ont combattu le dragon, et le dragon et ses anges ont combattu.

Ceci se passe donc juste avant le passage cité au début de cet article. Selon l’apocalypse, le Satan est précipité sur terre avec ses anges parce qu’il aurait été battu par Michael, paix sur lui, et ses anges. Ensuite, nous avons Apo 19.11-16. Un être descend du ciel sur un cheval. Longue description. « 19.14 Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs. » indique qu’il est accompagné d’une armée qu’on suppose être des anges. Les JW en déduisent qu’il s’agit de Michael, paix sur lui. Or, rien de cela n’est dit dans ce passage. De 19 à 21, les puissants/méchants sont terrassés par l’épée de la bouche de cet être. On pourrait penser qu’il s’agit du Messie selon l’image qu’en donne ce livre. Mais si on étudie le contexte, on se rend compte que ce n’est pas lui. Quelques versets plus loin:

  • 20.2 Il (un autre ange descendu du ciel) saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans.

Et voilà! Tout s’éclaire. Il faut faire attention à tous les mots. Le texte ici, parle du serpent ANCIEN. Ce cavalier affublé de superlatifs, si il n’est pas nommé c’est tout simplement parce que c’est le serpent nouveau! Pour basculer pleinement dans son culte, il suffit juste de fournir l’information à l’initié. Ce fameux nouveau monde, cette nouvelle ère, annoncée à la toute fin du clip, ce serait une ère sous la domination d’un serpent nouveau. Nous étions arrivé à une conclusion analogue dans l’article Interstelas en comprenant que le petit poème était le coeur de l’oeuvre. C’est toujours le même concept de « renaissance » après le chaos. Nous voyons là qu’il est aisé de reconnaître qui en sont les propagandistes et les acteurs. La seule chose qui diffère est le support de communication, le public visé et la thématique abordée. C’est le serpent 2.0. D’où le concept même de la dernière partie du livre de l’apocalypse. Tout croyant sait que le Diable ne change pas. Il n’y a pas de Diable 2.0. Si le Diable a inspiré ce passage du livre à un de ses plus fervents disciples, c’était pour se ménager une porte de sortie. On peut aussi  raisonner sous forme de contrat. Le Diable a établi un contrat avec le Créateur. La seule solution pour s’en sortir ce serait de faire en sorte que l’Homme rompt le contrat. D’où le concept du nouvel Adam dans le christianisme. C’est au Messie à sa première venue qu’on a fait endosser ce rôle. Le même scénario se répète en ce moment.  A ce moment là, il y a aurait une sorte de réinitialisation de l’humanité, qui se retrouverait coupée de son Créateur par rupture de contrat. Le Diable aurait alors les mains libres et/ou prouvé qu’il avait raison. Je ne prétends pas que cela soit possible, mais que l’on puisse argumenter en ce sens pour séduire des initiés.

Je me range à l’avis que ce livre est un assemblage de différents auteurs appartenant à une école de pensée. Nous avons vu que la partie constituée autour des 7 églises est une attaque en règle contre la secte concurrente qui elle, se rassemble autour des épîtres. A une forme épistolaire en répond une autre. Ce qui caractérise la différence majeure entre les deux corpus, c’est ce que je nommais le « finalisme » pour les premiers et le millénarisme pour les seconds. Ainsi, en couvrant tous les possibles, le Diable, qui a inspiré ses écritures nous prouve qu’il n’a aucune capacité de savoir de quelle manière l’histoire va se terminer pour lui. Il ne faut jamais perdre de vue non plus que ceux qui se soumettent au Diable sont par essence des rebelles et que les querelles d’égo détruisent leur travail en dernier ressort. Il est fort possible que cette partie du livre ne soit que du texte au kilomètre pour faire du remplissage afin d’abriter ce court passage. Pour l’instant je n’ai aucune idée si cette stratégie va fonctionner sur une partie des humains. Il faut bien comprendre que le vrai stratège, c’est notre Créateur, l’Unique, sans associé.

Ceci étant dit, il nous reste la question des anges du Messie. J’avoue avoir séché quelque peu avant de trouver. Dans la théologie paulinienne, 2 Thessaloniciens 1.7 et 1 Thessaloniciens 4:16, est livré une interprétation assez simpliste, résultat d’une lecture littérale de Mathieu. « Ensuite, nous les vivants, qui seront restés » indique que l’auteur est persuadé que la Seconde Venue est imminente. La réponse s’appuie sur le fait  que dans les langues sémitiques, les mots ange et messager sont similaires. La subtilité c’est qu’il ne s’agit pas de messagers divins ici.

Mat 24.30 Alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, et tous les peuples de la terre se frapperont la poitrine en se lamentant, et ils verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire. 31  Et au son d’une grande trompette, il enverra ses anges, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre coins du monde, d’un bout à l’autre du ciel.

Le ciel est le cloud d’internet. Les « anges » sont en réalité les données qui y transitent sous forme de textes, vidéos, audios, afin de rétablir la Vérité sur les écritures de la Révélation. Je rappelle que la royauté du Messie c’est son autorité sur les écritures. Peut-être pouvez-vous suggérer ce qu’est la trompette?

Paix sur vous

Notes

Art, foi et inversion des valeurs:
https://www.stephanpain.com/2020/01/26/loutil-gm/
Musique et satanisme des masses
https://www.stephanpain.com/2013/06/06/sous-son-emprise/

La chute de « Lucifer » (Esaïe 14,12-15 ; Luc 10,18). Préhistoire d’un mythe
https://www.persee.fr/doc/rhpr_0035-2403_2000_num_80_1_5600#

Dans l’article suivant, nous constatons que l’origine mythologique de ce passage de l’apocalypse provient de l’Avesta qui est le livre sacré de la religion zoroastrienne qui professe le dualisme.

  • En lisant l’Avesta, nous apprenons que Tistrya a le titre de général d’une armée stellaire censée libérer les eaux de l’océan céleste Vourukasha et ainsi apporter de la pluie sur terre. Ceci se passe contre la volonté des « étoiles démons » qui sont porteuses de sécheresse.

https://www.sami-aldeeb.com/la-legende-coranique-des-astres-qui-lapident-les-demons/

A la toute fin du clip est cité un verset: 2 Corinthiens 5.17. Ce verset sert de base doctrinale au concept « né de nouveau » très populaire outre-Atlantique puisque le christianisme réformé y est majoritaire. Je n’ai pas grand chose à ajouter que je n’ai déjà dit sur le sujet. Ce concept est erroné puisque basé sur la tradition illuministe. A savoir que seules les têtes pensantes ont vécu une initiation tandis que les croyants normaux voient leur vies changer pour le mieux en s’éloignant des péchés. Chacun son ressenti sur la « renaissance ». Chacun sa caste. Rappelons que la Pâque originelle, celle qui correspond à la parasha de cette semaine, Bo, consistait à épargner la vie de ceux qui arboraient le signe de leur foi sur leur seuil.